Apparitions et disparitions dans une agence fermée par l’OPC


Apparitions et disparitions dans une agence fermée par l’OPC

Première affichetteDès la fermeture de Voyages Orientation Varennes, dont la propriétaire a remis son permis à l’OPC, deux affichettes annonçant la réouverture prochaine de l’agence, «sous une autre bannière», ont fait leur apparition dans la vitrine du commerce. On y trouvait les numéros de téléphone permettant de rejoindre l’ancienne détentrice du permis, Lyna Cossette, ou encore d’effectuer des réservations pour un prochain voyage. Avisés de la situation, nous avons communiqué avec l’OPC vendredi matin (le 23 janvier) pour savoir si cette pratique était conforme à la législation. Curieusement, les deux affichettes en question avaient disparu vendredi soir. Et le porte-parole de l’OPC nous a répondu lundi matin que les recherches portant sur la légalité de cet affichage inusité ne seraient pas menées à terme, puisque les avis avaient été retirés «à la demande de l’administrateur provisoire».

Résumons. Le 20 janvier, Lyna Cossette, propriétaire de Voyages Orientation Varennes (ne pas confondre avec Voyages Orientation La Seigneurie, à Boucherville!), avisait l’Office de la protection du consommateur (OPC) qu’elle voulait remettre son permis. Dès le lendemain, l’OPC retenait les services de Michel Thibault, de la firme Raymond Chabot Grant Thornton, à Laval, à titre d’administrateur provisoire de l’agence. Celui-ci faisait donc afficher dans la vitre du commerce un avis invitant les clients concernés à communiquer avec Nicole Chevrier au 514-858-3328.

Deux autres avis faisaient bientôt leur apparition à côté du premier. Sur l’un d’eux, on pouvait lire : «La situation est temporaire et nous serons bientôt de retour sous une autre bannière. Surveillez notre ré-ouverture.» Ainsi que : «À court terme, pour un voyage, communiqué (sic) au 1-866-628-6241, poste 103.»

Il s’agit du numéro de téléphone de Voyages Aqua Terra, à Laval. Lyna Cossette et d’autres anciens employés d’Orientation Varennes figurent d’ailleurs maintenant sur la liste des conseillers certifiés d’Aqua Terra.

Sur l’autre affichette, Lyna Cossette écrivait : «Bientôt, nous serons de retour auprès de vous avec la même équipe qui a su vous offrir un service personnalisé depuis plusieurs années.» Suivait le numéro du cellulaire d’un monsieur Jacques Camiré : 514-919-0434, invitant à appeler «pour réservation et info».

Deuxième affichetteMis au fait de la situation et informé par au moins deux voyagistes qu’Orientation Varennes leur devait de l’argent, nous avons demandé à l’OPC, le 22 janvier au matin, si cette situation était conforme à la légalité.

Vendredi soir, les deux affiches litigieuses avaient été retirées. Ne restait que celle de l’administrateur provisoire.

Hier, en début d’après-midi, Charles Tanguay, porte-parole de l’OPC nous rappelait pour nous informer que les affichettes litigieuses avaient été retirées à la demande de l’administrateur provisoire. Quant à savoir si le procédé était légal, nous sommes restés sur notre faim. «Il s’agit d’une situation inusité», convenait Charles Tanguay. «Mais nous n’avons pas poursuivi les recherches quant à la légalité du procédé, puisque les affiches ont été retirées.»

Par contre, Lyna Cosette ne sera plus autorisée à agir comme détentrice du permis, tant que les sommes que l’administrateur devra puiser dans le FICAV (Fonds d’indemnisation des clients des agents de voyages) pour dédommager ou faire voyager les consommateurs concernés par la fermeture n’auront pas été remboursées. «La règlementation prévoit qu’aucune personne ayant été titulaire d’un permis pour une agence qui a entraîné des déboursés à même le FICAV ne peut obtenir un autre permis tant que les remboursements au FICAV n’auront pas été faits», indiquait Charles Tanguay. 

Indicateur