Air Canada : résultats de l’exercice 2014


Air Canada : résultats de l’exercice 2014

Air Canada a annoncé ses résultats pour l’exercice 2014 avec  un bénéfice net ajusté de 531 M$ pour l'exercice en regard d'un bénéfice net ajusté de 340 M$ en 2013, une amélioration de 191 M$.

 Le BAIIALA (bénéfice avant intérêts, impôts, dotation aux amortissements et aux pertes de valeur et location d'avions) s'est chiffré à 1,671 G$ par rapport à un BAIIALA (à l'exclusion de l'incidence des modifications du régime d'avantages du personnel) de 1,433 G$ en 2013, soit une amélioration de 238 M$, ou de 16,6 %.

Pour 2014, Air Canada annonce un bénéfice d'exploitation établi selon les PCGR de 815 M$, en hausse de 196 M$, ou de 31,7 %, par rapport à 2013. La compagnie aérienne annonce un bénéfice net de 105 M, pour 2014, contre un bénéfice net de 10 M$, soit un bénéfice net dilué de 0,02 $ par action, pour 2013.

« En 2014, Air Canada a affiché la meilleure performance financière pour un exercice complet de son histoire depuis sa création voilà 77 ans, a indiqué Calin Rovinescu, président et chef de la direction. Le bénéfice net ajusté a atteint 531 M$, en hausse de 56,2 % en glissement annuel. Quant au BAIIALA, il s'est accru de 16,6 % par rapport à l'exercice précédent. Le BAIIALA du quatrième trimestre de 2014 s'est établi à 319 M$, soit 42 M$ de plus que celui du quatrième trimestre de 2013, à l'exclusion de l'incidence des modifications du régime d'avantages du personnel. Nous avons servi près de trois millions de clients de plus en 2014 et avons transporté au total 38,5 millions de passagers, dont trois millions sur rouge. En parallèle à l'agrandissement de notre parc de gros-porteurs et à notre croissance à l'échelle internationale, nous avons enregistré un coefficient d'occupation record. Le cours de l'action d'Air Canada s'est apprécié de 60 % au cours de l'exercice, sa valeur ayant plus que sextuplé depuis le début de 2013. Ces résultats sans précédent pour un deuxième exercice d'affilée représentent un pas significatif vers la réalisation de notre objectif de rentabilité durable et nous permettent de verser la somme de 46 M$ à nos employés au titre du programme de participation aux bénéfices, une augmentation de 15 M$ par rapport à l'exercice précédent.

« Nous continuons de mettre en œuvre des initiatives de compression des coûts et de génération de revenus, notamment l'accroissement rentable des activités à l'échelle internationale et le déploiement stratégique de rouge afin de livrer concurrence sur les marchés du voyage d'agrément. Nous demeurons focalisés sur la gestion prudente de la capacité et sur une stratégie de tarification axée sur la demande du marché qui, dans l'ensemble, est restée forte en ce début de 2015. Bien que les prix du carburant demeurent volatils, la récente baisse devrait engendrer d'importantes économies de coûts en 2015 et nous fournit l'occasion d'accroître sensiblement le bénéfice net ajusté, de réduire la dette nette ajustée et de renforcer encore davantage notre situation financière. Je tiens à remercier nos 27 000 employés pour le rôle qu'ils ont joué dans les réalisations accomplies au cours de la dernière année et pour la priorité qu'ils accordent sans cesse au service à la clientèle alors que nous visons à atteindre une rentabilité durable dans une industrie caractérisée par une concurrence intense, de conclure M. Rovinescu. »

Points saillants :

En 2014, du fait du relèvement de 7,8 % de la capacité, les produits passages réseau se sont chiffrés à 11,804 G$, augmentant de 783 M$ (+7,1 %) par rapport à 2013. Cette augmentation des produits passages réseau est principalement attribuable à une hausse de 8,5 % du trafic, partiellement contrebalancée par le recul de 1,3 % du rendement unitaire. L'accroissement de 2,3 % de la longueur d'étape moyenne par rapport à 2013, qui traduit la croissance des services long-courriers internationaux, a eu pour effet de comprimer le rendement unitaire de 1,3 point de pourcentage. En fonction de la longueur d'étape ajustée, le rendement unitaire réseau n'a pas varié par rapport à 2013. De légers reculs du rendement unitaire sont une conséquence prévue et naturelle de la mise en œuvre fructueuse de la stratégie commerciale d'Air Canada visant à accroître de manière rentable les services long-courriers internationaux ainsi que les lignes d'agrément.

Les produits passages par siège-mille offert (« PPSMO ») ont reculé de 0,6 % par rapport à 2013, car la baisse du rendement unitaire a été largement neutralisée par l'amélioration de 0,6 point de pourcentage du coefficient d'occupation. En 2014, les produits passages réseau liés à la cabine Affaires ont crû de 109 M$ (+4,9 %) en raison de la hausse du rendement unitaire.

En 2014, les charges d'exploitation se sont établies à 12,457 G$, en hausse de 694 M$ (+6 %) par rapport à 2013 en raison du relèvement de 7,8 % de la capacité. L'incidence défavorable de la dépréciation du dollar canadien sur les charges d'exploitation libellées en devises (principalement en dollars américains) en 2014, en regard de 2013, a accru les charges d'exploitation d'environ 397 M$.

Les charges d'exploitation par siège-mille offert ajustées (« CESMO ajustées1) ») d'Air Canada, qui ne tiennent pas compte de la charge de carburant, des coûts liés à la portion terrestre des forfaits de Vacances Air Canada ni des éléments exceptionnels, ont reculé de 2,6 % par rapport à 2013, baisse qui concorde avec celle de 2,5 % à 3,5 % que prévoyait Air Canada dans son communiqué de presse du 6 novembre 2014.

En 2014, Air Canada a inscrit un bénéfice d'exploitation de 815 M$, en regard d'un bénéfice d'exploitation de 619 M$ en 2013, soit une amélioration de 196 M$ (+31,7 %). La compagnie aérienne a enregistré une marge d'exploitation de 6,1 %, contre une marge d'exploitation (à l'exclusion de l'incidence des modifications du régime d'avantages du personnel) de 4,3 % en 2013, soit une amélioration de 1,8 point de pourcentage.

Perspectives actuelles :

Capacité

Pour le premier trimestre de 2015, Air Canada prévoit que sa capacité réseau exprimée en sièges-milles offerts (« SMO ») augmentera de l'ordre de 8,5 % à 9,5 % en regard du premier trimestre de 2014 et comprendra une augmentation du total de sièges répartis (réseau) de l'ordre de 7,0 % à 8,0 % ainsi qu'un accroissement de la longueur d'étape moyenne (réseau) (qui correspond aux SMO divisés par les sièges répartis) d'environ 1,5 % par rapport au trimestre correspondant de 2014.

Pour l'ensemble de l'exercice 2015, Air Canada s'attend toujours à ce que la capacité réseau exprimée en SMO augmente de 9,0 % à 10,0 %. Pour l'ensemble de l'exercice 2015, Air Canada s'attend toujours à une augmentation du total de sièges répartis (réseau) de l'ordre de 6,0 % à 7,0 % par rapport à l'exercice 2014 alors que la longueur d'étape moyenne (réseau) devrait croître d'environ 3,0 % en glissement annuel. Une tranche approximative de 55 % de l'accroissement prévu de la capacité pour 2015 sera attribuable à la croissance continue assortie de coûts moindres d'Air Canada rouge alors qu'une tranche d'environ 38 % visera certaines lignes internationales choisies qu'exploite le transporteur principal.

Air Canada s'attend à ce que la capacité exprimée en SMO des lignes intérieures pour l'exercice 2015 au complet augmente de l'ordre de 3,5 % à 4,5 % (contrairement à la hausse de 4,0 % à 5,0 % que projetait Air Canada dans son communiqué de presse daté du 6 novembre 2014) en regard de 2014, une grande partie de la croissance étant axée sur les services transcontinentaux de la compagnie aérienne.

 L'accroissement des services transcontinentaux est en partie le fait du positionnement de certains appareils 777 et 787 de Boeing dans les plaques tournantes d'Air Canada que sont les aéroports deToronto et de Vancouver. De plus, en 2015, une portion d'environ 30 % du relèvement projeté de la capacité des lignes intérieures pour 2015 sera imputable au chevauchement issu de l'intégration d'appareils au parc aérien en vue de remplacer les actuels appareils 190 d'Embraer.

Ce chevauchement vise à mieux apparier la capacité et la demande prévue pour la saison estivale 2015. Pour l'ensemble de l'exercice 2015, Air Canada s'attend toujours à une augmentation du total de sièges répartis (lignes intérieures) de l'ordre de 2,5 % à 3,5 % alors que la longueur d'étape moyenne (lignes intérieures) devrait croître d'environ 1,0 % par rapport à l'exercice 2014 au complet.

Indicateur