Aider les Bahamas (et soi-même) grâce à Bahamas Paradise !


Aider les Bahamas (et soi-même) grâce à Bahamas Paradise !
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Alors que les dégâts provoqués par l’ouragan Dorian sont encore frais dans les mémoires, un fier représentant de cette destination – Bahamas Paradise Cruise Line (BPCL) – était de passage à Montréal hier pour présenter son offre à une cinquantaine de conseillers réunis au Sheraton Centre-Ville de Montréal.

« Les Bahamas sont de retour », affirme d’emblée Clark Reber, directeur des ventes de cette compagnie spécialisée dans les croisières de deux jours au départ de Palm Beach, en entrevue avec PAX.

Les secteurs touristiques (relativement) épargnés

Selon Clark Reber, l’image des Bahamas présentée dans certains reportages télévisés est trompeuse. 

« En fait, seulement une moitié de Grand Bahama a été sévèrement affecté par l’ouragan Dorian. Et cette fois, contrairement à des ouragans précédents, ce sont surtout des secteurs résidentiels qui ont été frappés, malheureusement pour la population. Mais les secteurs touristiques s’en sont tirés à relativement bon compte. »

Par contre, l’aéroport a été entièrement détruit et sa renaissance n’est pas pour demain. Dans l’intervalle, BPCL se trouve à être un lien vital vers Grand Bahama.

Souhaitant faire œuvre utile auprès de la population bahamienne, BPCL a organisé deux croisières humanitaires à bord du Grand Celebration après le passage de Dorian, transportant matériel (génératrices, bouteilles d’eau potable…) et personnes (premiers intervenants, résidents…).

LIRE PLUS : Les Bahamas veulent tourner la page Dorian

Le tourisme pour faire oublier Dorian

De concert avec le gouvernement des Bahamas et le ministère du Tourisme, BPCL a ensuite décidé de reprendre ses opérations commerciales vers Grand Bahama.

« Nous croyons que la meilleure façon d’appuyer les Bahamas est d’y ramener les touristes pour relancer l’économie », explique Clark Reber.

La première croisière commerciale post-Dorian du Grand Celebration (1900 passagers) a eu lieu vendredi dernier. Les passagers ont pu, comme c’est toujours le cas, rester à bord et profiter de l’animation offerte autour de la piscine et en d’autres endroits du navire.

On leur a aussi proposé un choix (limité) d’excursions terrestres, parmi lesquelles la traditionnelle journée à la plage. « Les participants y ont passé du très bon temps », affirme Clark Reber, en montrant à PAX d’éloquentes photos, prises samedi dernier, pour appuyer ses dires.

L’éventail d’excursions s’élargira rapidement au fil des croisières, précise Clark Reber. « Par exemple, d’ici peu, les passagers se verront de nouveau offrir la possibilité de nager avec des cochons », illustre-t-il, en évoquant cette originale expérience bahamienne.

Excursions humanitaires

Entre-temps, BPCL offre déjà un nouveau type d’excursion à ses passagers : des expériences humanitaires, leur permettant de prêter main-forte aux Bahamiens affectés par Dorian. Différentes options leur sont proposées, selon leur désir d’implication, leur disponibilité et leurs talents.

Selon Clark Reber, ces expériences humanitaires s’avèrent déjà étonnamment populaires. « Environ la moitié des passagers y ont participé lors de la première croisière », dit-il.

S’attarder aux Bahamas

BPCL n’offre pas que des croisières de deux jours aux Bahamas. Ses forfaits Cruise & Stay permettent de combiner leur croisière à un séjour (d’une à quatre nuits) dans un centre de villégiature tout compris.

Normalement, BPCL propose quatre complexes hôteliers à Grand Bahama dans le cadre de ces forfaits : les Viva Wyndham Fortuna Beach, Pelican Bay, Marlin, Taino Beach et Grand Lucayan. Ce dernier était déjà fermé pour rénovation avant le passage de Dorian. Les autres rouvriront le 10 décembre. Dès lors, ils pourront se combiner aux croisières du Grand Celebration.

Quant au deuxième navire de la flotte de BPCL, le Grand Classica (1680 passagers), il effectuera sous peu son retour aux Bahamas depuis Vancouver où il était affecté depuis quelques mois. À compter du 20 octobre, il commencera à offrir des itinéraires entre Palm Beach et Nassau.

BPCL négocie actuellement avec des hôteliers comme l’Atlantis, le Hyatt Baha Mar, le Meliá Nassau Beach pour étoffer le programme Cruise & Stay du Grand Classica.

Message aux conseillers québécois : « saisissez l’occasion ! »

Les passagers de BPCL sont surtout américains, provenant souvent de la Floride et des États voisins, ainsi que de l’État de New York.

Toutefois, une proportion intéressante d’entre eux sont des Canadiens – « et même des Canadiens français », précise Clark Reber. Il appert en effet que bon nombre de snowbirds québécois s’initient à la croisière grâce à BPCL.

« C’est d’ailleurs l’un des messages que je veux livrer aux professionnels québécois. Actuellement, plusieurs agences de la Floride vendent des croisières et des forfaits Cruise & Stay de Bahamas Paradise aux Québécois. C’est un marché qui leur échappe et qui devrait leur revenir. Saisissez l’occasion que vous propose Bahamas Paradise ! »

Selon Clark Reber, c’est un marché d’autant plus intéressant que BPCL offre aux conseillers une commission de 15 %, et ce, tant sur les croisières que sur les forfaits Cruise & Stay. « Et chez nous, il n’y a pas de frais non-commissionnables », insiste Clark Reber.

Le directeur des ventes assure que les deux navires de BPCL ont tout ce qu’il faut pour séduire les croisiéristes néophytes : animation, bars-lounges, restaurants, programme pour enfants, casino sans fumée… Donc, cette première bonne expérience de croisière pourrait bien donner aux clients le goût d’en faire d’autres, qui sait ?

Les pros sont invités à s’inscrire au www.bookparadise.com pour en savoir plus sur BPCL et pour profiter de ses programmes et outils.

Au Canada, BPCL est représenté par la compagnie Discover The World, où Ernesto D'Alessandro agit comme directeur des ventes.

Indicateur