Voici la destination où il faut absolument aller en 2019


Voici la destination où il faut absolument aller en 2019

Près de 10 ans après la fin de la guerre civile, le Sri Lanka a été nommé le meilleur pays du monde à visiter en 2019 par Lonely Planet.

L’île d’Asie du Sud s’est vue décerné la première place du prix Best in Travel grâce à de meilleures liaisons de transport, de nouveaux hôtels et un nombre croissant d’activités.

« Le Sri Lanka était déjà apprécié par les voyageurs intrépides pour son mélange de religions et de cultures, ses temples, sa faune sauvage riche et accessible, la qualité du surf et pour l’accueil et la gentillesse de ses habitants », explique Ethan Gelber, auteur de Lonely Planet dans le livre Best in Travel 2019 qui vient d’être publié.

Les expériences à ne pas manquer comprennent l'exploration de la faune sauvage, comme le rassemblement de 300 éléphants dans le parc national de Minneriya, les monuments bouddhistes millénaires, les randonnées pédestres et les voyages en train à travers les plantations de thé de Hill Country.

Un record de 2,1 million de visiteurs

L’affluence touristique au Sri Lanka a considérablement augmenté depuis la fin des 26 années de conflit, passant de 447 890 en 2009 à un record de 2,1 millions l’année dernière, chiffre que les autorités sri-lankaises pour le développement du tourisme espèrent doubler d’ici à 2020.

Routes ferroviaires panoramiques

Le système ferroviaire passe par Jaffna et une grande partie du nord pour la première fois depuis 1990 - une zone auparavant considérée comme trop dangereuse pour les touristes. Les routes ferroviaires panoramiques au Sri Lanka sont maintenant considérées comme parmi les meilleures au monde. 

Des autoroutes ont également été construites jusqu’à Matara au sud et le nombre de liaisons aériennes nationales a également augmenté ces dernières années. Par exemple, on peut se rendre de la capitale Colombo, sur la côte ouest, à Batticaloa, de l’autre côté de l’île, en 45 minutes.

Des investissements considérables ont également été consentis dans de nouveaux hébergements: des séjours chez l'habitant aux éco-retraites haut de gamme, tel que celle du Wild Coast Lodge dans le parc national de Yala. Les grandes chaînes hôtelières internationales, notamment Shangri-La, Mövenpick, Sheraton et Grand Hyatt, sont toutes en train d’ouvrir de nouvelles propriétés.

La popularité du surf au Sri Lanka ne cesse de croître car une plus grande partie de la côte est devenue accessible. De plus, les voyagistes proposent désormais des randonnées dans la jungle ainsi que des séjours de yoga avec des traitements traditionnels ayurvédiques.

Il existe également de nombreuses attractions gratuites notamment des rituels colorés de puja au sommet de la falaise de Koneswaram Kovil à Trincomalee, dans le nord-est; le principal marché de Pettah à Colombo et les murs fortifiés entourant la vieille ville coloniale de Galle au sud.

Gare au surtourisme

Alors que le ratio touristes-résidents est relativement faible comparé aux pays où le surtourisme constitue désormais un problème majeur, certains défenseurs de l'environnement ont exprimé leur préoccupation face à la vitesse de développement de certaines zones.

« Le tourisme est un important générateur de revenus pour le pays. Malheureusement, une grande partie de notre tourisme est centré sur le nombre de touristes plutôt que sur l'investissement qu'ils font dans le pays », a déclaré Asha de Vos, biologiste marine et fondatrice de l'organisation de protection de la nature basée au Sri Lanka, Oceanswell.

Elle pense que le tourisme au Sri Lanka peut être bénéfique, mais estime que le gouvernement doit réglementer, éduquer, avoir une vision à long terme et protéger les zones du développement excessif.

« Pour répondre aux besoins du nombre, nous construisons davantage d'hôtels et d'infrastructures et conquérons des espaces naturels. La pression exercée sur notre faune et nos sites culturels est immense et destructrice, partage-t-elle. Le surdéveloppement est permanent et sans fin - et en raison du manque de coordination et de planification, de nombreux hôtels sont vides. Donc, si le tourisme a ses avantages, si vous faites cela au hasard et sans planification, vous détruisez les ressources mêmes qui attirent les gens. »

Les organisations caritatives de défense des droits de l'homme ont également critiqué le développement touristique à grande échelle pour son impact négatif sur les populations locales.

Le palmarès Lonely Planet

Best in Travel de Lonely Planet répertorie les dix meilleurs pays, villes et régions ainsi que d’autres expériences de voyage pour l’année à venir, classés par le personnel de Lonely Planet, y compris les éditeurs et les contributeurs du monde entier.

L'Allemagne est classée deuxième dans la liste des pays, avec un clin d'oeil au centenaire du Bauhaus l'année prochaine, et le Zimbabwe - où les touristes commencent à revenir après la démission de Robert Mugabe - arrive en troisième position.

Le Kirghizistan se trouve en cinquième position avec 2 700 km de nouvelles routes de randonnée. Copenhague, Shenzhen en Chine et Nova Sad en Serbie ont été désignées comme les meilleures villes vers lesquelles voyager en 2019, tandis que les principales tendances incluent le tourisme dans les lieux sombres (avec une augmentation du nombre de voyageurs désirant observer les étoiles et les éclipses solaires) et un nombre croissant de compagnies de location de voitures proposant des alternatives aux véhicules à essence et au diesel.

Source : The Guardian

Indicateur