Samedi,  26 septembre 2020  12:03

« Sommes-nous les oubliés de cette crise ? »


« Sommes-nous les oubliés de cette crise ? »
Andréane Laroche, propriétaire de Voyages Bélaro.

En mars dernier, alors qu’on était encore au début de la pandémie, Andréane Laroche, propriétaire de Voyages Bélaro, avait pris la plume pour transmettre un message percutant, sur Facebook, à l’intention de « ceux qui croient pouvoir se passer d’un conseiller en voyages ».

Quelque cinq mois plus tard, elle vient de récidiver, cette fois, pour exposer « la vraie réalité des agences de voyages » – une réalité que les médias (grand public) et les gouvernements semblent délibérément ignorer, selon elle.

Andréane Laroche a aimablement autorisé PAX à reproduire son cri du cœur*.

LIRE PLUS : Message d’une propriétaire d’agence à ceux qui croient pouvoir se passer d’un conseiller en voyages


« On se sent tellement oubliés et effacés… »

J'ai peine à croire que les médias ne parlent pas de notre industrie, les voyages ! Suis-je la seule qui trouve que nous sommes les oubliés de cette crise ?

Nous entendons parler des restaurateurs, des commerces, etc., mais qu'en est-il de la réalité des agences de voyages ? 

Quand se prononceront-ils sur ce qu'ils ont en tête pour notre relance ? À quel moment ? De quelle manière ? 

Nous sommes là, à attendre, à espérer et à tenter de prédire avec une boule de cristal quand la quarantaine pourrait être levée. 

Si nous acceptons de réserver un voyage pour octobre (exemple), il se pourrait que la quarantaine ne soit pas levée encore et que le client désire remettre son voyage à plus tard. 

Ceci veut dire que nous travaillons 2-3 fois un même dossier pour voir une seule fois la commission payée ! Qui a envie de ça ? 

Imaginez un serveur qui doit servir trois repas à ses clients sur une période de 6-9 mois pour enfin espérer recevoir une fois son pourboire ! 

LA VRAIE RÉALITÉ des agences de voyages est la suivante : 

Lorsqu'un client réserve un voyage, nous envoyons l'argent total au fournisseur, qui nous retourne une commission lorsque le client part. 

Ce qui veut dire que tous les départs que nous avions réservés pour les mois de mars, avril, mai, juin, etc. ont été réservés les mois précédents. Pour tout le travail effectué en décembre, janvier, février : aucune rémunération, car les voyages ont été annulés ! 

Non seulement nous avons dû travailler le dossier pour le réserver avant la crise, mais nous avons dû gérer l'annulation CHAOTIQUE, et nous devrons réserver à nouveau, ce voyage, plus tard (avec le crédit voyage offert). Et c'est seulement à ce moment que nous aurons une rémunération. 

En plus, quelques compagnies aériennes ont accepté le remboursement, donc nous avons dû retourner nos commissions (et je le comprends). 

Maintenant, nous attendons que la quarantaine soit abolie, mais quand ? Pour combien de temps en avons-nous ? Le gouvernement veut-il vraiment que toutes les agences de voyages s'endettent pour tenir en vie sans savoir à quand la relance ? C'est moi ou c'est rire de nous ? 

Et quand les voyages repartiront, nous savons très bien que cela ne reviendra pas pareil du jour au lendemain ! Qu'est-ce que le gouvernement a prévu pour nous aider ? 

Les agences de voyages tombent une après l'autre depuis quelque temps. C'est tellement triste de voir cela, avec tout le travail qu'il y a derrière ! 

En attendant, nous voulons bien nous former pour vendre des forfaits escapades au Québec, mais ce ne sont pas des petits forfaits à 200 $ - 300 $ qui nous tiendront en vie ! 

On fait de notre mieux. On veut élaborer une stratégie d'affaires pour tenir le coup et être toujours là quand ça reprendra. Mais si on n'a AUCUNE idée d'un semblant de plan de match de relance, comment voulez-vous que nous le fassions ?

On se sent tellement oublié et effacé, comme si on nous cachait quelque chose, comme si on voulait détruire à tout jamais le tourisme… SVP, aidez-nous, parlez-nous !

*Le texte a été légèrement édité pour en faciliter la lecture.

Indicateur