Dimanche,  27 septembre 2020  15:11

Position de Québec quant aux crédits des voyagistes : « ça s’annonce bien », croit l’ACTA


Position de Québec quant aux crédits des voyagistes : « ça s’annonce bien », croit l’ACTA

À la suite d’une discussion qu’elle a eue vendredi dernier avec le conseiller économique du premier ministre François Legault, la directrice régionale de l’ACTA au Québec, Manon Martel, est confiante que le moment approche où le gouvernement du Québec dévoilera ses couleurs quant à l’offre de crédits voyage par les voyagistes.

LIRE PLUS - Crédits, rétrofacturation, commissions : l’ACTA propose un guide des meilleures pratiques aux fournisseurs !

En entrevue avec PAX, Mme Martel se dit même optimiste vis-à-vis du fait que le gouvernement parvienne à une option qui convienne aux conseillers en voyages. 

« Ça s’annonce bien ! », dit-elle, s'abstenant toutefois de divulguer toute information confidentielle.

La directrice de l’ACTA rappelle que son association entretient des relations haut placées avec le gouvernement du Québec. En plus d’être en contact avec le conseiller économique du premier ministre, Manon Martel souligne s’entretenir sur une base régulière avec l’attaché politique de la ministre de la Justice, Sonia Lebel, entre autres.

« Nous savons, bien sûr, que le gouvernement se préoccupe des consommateurs, dit-elle. Mais nous savons également qu’il se soucie de ne pas mettre les agences de voyages en péril. Alors qu’il peaufine sa position, à la recherche du bon équilibre, nous avons bon espoir qu’il parviendra à quelque chose qui paraisse satisfaisant pour les agents, et qui convienne aussi aux passagers. »

Néanmoins, Manon Martel ne s’attend pas à ce que la décision du gouvernement fasse l’unanimité. 

« Dans les deux camps, il y en aura toujours qui ne seront pas contents. C’est inévitable », note-t-elle.

Les recommandations de l’ACTA prises en compte ?

Mais pour ce qui est important aux yeux de l’ACTA, Manon Martel est optimiste. Elle sait que le gouvernement a pris connaissance des recommandations de l’ACTA et elle est persuadée qu’il tiendra compte de plusieurs de celles-ci lorsqu’il annoncera ses couleurs. « Ce qui serait très positif », dit-elle.

Rappelons que la position de l’ACTA vis-à-vis des crédits pour voyage futur (FTV) est celle-ci :

  • Fournir aux agences de voyages un FTV écrit dans les 14 jours après l’annulation d’une réservation.
  • Le FTV doit présenter une date d’échéance à 24 mois de la date de voyage originale.
  • Le FTV doit présenter tout au moins la même valeur.
  • Offrir toute valeur résiduelle sous forme de crédit ou de remboursement en espèces.
  • Aucune destination particulière, classe de service des compagnies aériennes, catégorie d’hôtel ou de compagnie de croisière ne doit être établie.
  • Le FTV doit pouvoir se transférer à une autre personne, entreprise corporative. L’agent de réservation devrait être en mesure d’effectuer et de gérer le processus de transfert du FTV.
  • Le FTV doit être accessible et pouvoir se gérer par l'entremise du GDS ou d’un autre logiciel de réservation.
  • L’émission et le rachat des crédits doivent pouvoir s’effectuer sans coûts additionnels.
  • S’assurer que toutes les politiques sont identiques, peu importe que la réservation soit effectuée directement par le consommateur ou via une agence de voyages.
  • Le FTV doit être remboursable après échéance (24 mois).
  • Défendre auprès du gouvernement le besoin de protéger les FTVs au moyen d’une garantie du gouvernement fédéral pour s’assurer que les consommateurs ont droit à un remboursement garanti advenant l’insolvabilité d’une ligne aérienne, d’un fournisseur, d’une compagnie de croisière, d’une agence de voyages ou d’une entreprise dans le domaine du voyage.

Jeudi dernier, lors d’un débat à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Écomomie, Pierre Fitzgibbon, a défendu le principe de « crédits flexibles ». Même si le ministre n’a pas précisé ce qu’il entendait exactement par « crédits flexibles », Manon Martel y voit un indice que le gouvernement retiendra plusieurs des propositions de l’ACTA.

LIRE PLUS : Le gouvernement du Québec penche en faveur d’«un crédit flexible»

Cela dit, Manon Martel reconnaît n’avoir aucune indication quant au moment où le gouvernement prendra officiellement position.

« Mais je vais recommencer à écouter le point de presse quotidien du premier ministre. On ne sait jamais ! », conclut-elle.

Indicateur