Lundi,  28 septembre 2020  11:38

Plaidoyer CONTRE les crédits pour voyages futurs


Plaidoyer CONTRE les crédits pour voyages futurs

La semaine dernière, PAX publiait le plaidoyer de Joane Tétreault, présidente de l’ATOQ et de Skylink, en faveur des crédits pour voyages futurs offerts par les fournisseurs de voyages. Comme l’on sait, cette opinion ne fait pas l’unanimité, ni chez les consommateurs, ni même au sein du réseau de distribution. 

LIRE PLUS : Plaidoyer en faveur des crédits pour voyages futurs

Pour faire bonne mesure, PAX accorde aujourd’hui un droit de réplique à Steve Pelletier, président de l’agence Boutique Aventure Voyages / Voyages Culturels Plus (et ancien administrateur de l'APAV).

« Je voulais donner un autre son de cloche, explique M. Pelletier, en entrevue. On est tous affectés, mais on ne doit pas oublier pour autant l'intérêt des consommateurs. Ce ne sont pas tous les agents qui ne pensent pas aux consommateurs ! »

Se mettre dans la peau des clients

Pour sa part, Steve Pelletier dit se mettre dans la peau de ses clients, à qui il parle tous les jours.

« Ces personnes ont peut-être perdu leur emploi ou sont victimes de la récession... Elles ont peut-être du mal à faire face à leurs obligations ou à payer leur hypothèque... Peu importe ! On doit comprendre qu’elles souhaitent disposer de leur argent maintenant, plutôt que d’un crédit pour un voyage on ne sait pas quand ! »

Selon Steve Pelletier, il n’y a pas lieu de tergiverser.

« Ma position est simplement que les voyagistes et les compagnies aériennes remboursent les clients qui ont payé pour un service qu’ils n’ont pas obtenu. »

Néanmoins, Steve Pelletier suggère que les fournisseurs ne pénalisent pas les conseillers en voyages « qui ont fait leur travail » et qu’ils maintiennent les commissions.

« S’il le faut, les voyagistes pourraient peut-être demander le remboursement de ces commissions au gouvernement fédéral. Ainsi, tous seraient gagnants », suggère-t-il.

Et la survie des fournisseurs ?

Et le danger que le remboursement des clients plutôt que l’offre d’un crédit affecte la trésorerie des fournisseurs au point d’en acculer certains à la faillite ? Il n’émeut guère Steve Pelletier…

« Je m’excuse, mais l’argent que le fournisseur a reçu est censé être mis dans un compte en fidéicommis pour payer des billets d’avion et des hôtels – pas pour payer le loyer ! »

La prise de position de l’OTC en faveur des crédits voyage (pour les transporteurs aériens) ? La récente décision du gouvernement de l’Ontario de légitimer les crédits-voyages ? Les décisions semblables de différents gouvernements en Europe ? Rien pour ébranler la conviction de Steve Pelletier...

LIRE PLUS - Crédit vs remboursement : la situation se précise en Ontario, mais demeure floue au Québec

Les crédits voyage ne sont pas une solution, plaide-t-il. En fait, selon lui, ils risquent plutôt d’être la source de multiples problèmes.

« Par exemple : un couple ou de bons amis obtiennent un crédit-voyage. Un an et demi plus tard, ils ne sont plus ensemble ou ne s’entendent plus. Que feront-ils de leur crédit-voyage ? Ça va être compliqué à gérer », illustre-t-il.  

En outre, prévient Steve Pelletier, il y a le danger réel que des fournisseurs ne soient plus là pour offrir le service au moment où le client sera prêt à voyager. « Gros casse-tête pour l’OPC ! » lance-t-il.

À la limite…

À la limite, Steve Pelletier serait plus favorable aux crédits pour voyages futurs s’ils étaient assortis d’une bonification par rapport au montant payé originalement, comme le proposent certaines compagnies de croisières…

Mais même dans ce cas, le client devrait pouvoir choisir entre le remboursement et le crédit bonifié, croit-il.

L’OPC interpelé

Steve Pelletier ne s’est pas contenté que d’exposer sa position à PAX. Il l’a aussi exprimée par écrit à la présidente de l’OPC, Marie-Claude Champoux. Au moment de l’entrevue, il n’avait pas encore obtenu de réponse à sa lettre.

LIRE PLUS : L’AAVQ et l’ATOQ pressent Québec d’officialiser l’offre de crédits pour voyage futur à la place d’un remboursement

En revanche, l’OPC a confirmé à PAX avoir reçu la lettre de l’AAVQ et de l’ATOQ demandant que la loi soit amendée pour autoriser les fournisseurs de voyages à ne remettre qu’un crédit plutôt qu’un remboursement.

Steve Pelletier et tous ceux qui partagent son opinion seront peut-être contrariés d’apprendre qu’apparemment, la porte n’est pas fermée…

« Des discussions ont cours en ce moment avec différents interlocuteurs sur toute la question des crédits voyage. L’Office espère faire le point prochainement à ce sujet », a indiqué à PAX le porte-parole de l’OPC, Charles Tanguay.

LIRE PLUS : Tout ce qu'il faut savoir sur la COVID-19

Indicateur