Samedi,  26 septembre 2020  10:06

Ottawa a dépensé 37 M$ pour que des Canadiens passent leur quarantaine à l’hôtel


Ottawa a dépensé 37 M$ pour que des Canadiens passent leur quarantaine à l’hôtel
L’hébergement de voyageurs en sites de quarantaine aurait coûté plus de 37 M$ aux contribuables.
Michael Pihach

Michael Pihach est un acteur actif de l'industrie des médias au Canada depuis plus de 10 ans. Il a débuté sa carrière en tant que journaliste et éditeur pour diverses publications, telles que le Toronto Xtra! et les magazines IN, ainsi que le magazine 2B à Montréal.

Plus de 3 000 voyageurs rentrés au Canada pendant la pandémie de COVID-19 ont passé leur deux semaines de quarantaine dans un hôtel payé par le gouvernement fédéral – une disposition qui a coûté plus de 37 M$ aux contribuables, selon une enquête de CBC News.

LIRE PLUS : Le Conseil international des aéroports condamne les mesures de quarantaine inutiles

Le pendant anglophone de RDI a décrit en détail des situations où des voyageurs ont été conduits à bord d’une navette dans un « établissement de quarantaine fédéral » parce qu’ils étaient incapables de trouver un endroit convenable pour s’auto-isoler pendant 14 jours.

Pour reprendre les mots d’un voyageur de retour qui a été interviewé par CBC, l’établissement de quarantaine où il a été envoyé était un « très bel » hôtel avec des chambres « luxueuses » et un « beau grand lit ».

D’autres voyageurs interrogés par CBC ont toutefois qualifié leurs chambres d’hôtel de petites et s’y sont sentis confinés, n’étant en aucun cas autorisés à quitter leur chambre. Un répondant a même dit qu’il avait l’impression d’être « emprisonné », étant donné la présence de gardiens de sécurité.

Une option de dernier recours

S’adressant à CBC, la porte-parole de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), Tammy Jarbeau, a expliqué que les chambres d’hôtel sont offertes aux voyageurs en dernier recours, s’ils ne sont pas en mesure de trouver un hébergement convenable pour effectuer leur période d’auto-isolement de 14 jours.

Un exemple : une personne vivant avec des gens plus à risque de contracter une maladie grave liée à la COVID-19, comme une personne âgée.

11 sites de quarantaine + 2

CBC a précisé que le Canada exploite actuellement 11 sites de quarantaine, auxquels s’ajoutent deux autres qui sont gérés conjointement par les gouvernements fédéral et provinciaux. Les sites seraient pour la plupart postés à proximité des aéroports.

Le programme, qui n’est pas présenté sur le site Web du gouvernement du Canada, comprendrait l’hébergement, les repas, le transport, les vérifications de santé. Certains sites offriraient un soutien infirmier 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Selon l'ASPC, quelque 3222 personnes ont été installées à ces endroits entre le 25 mars (date d’entrée en vigueur du décret de quarantaine) et le 16 août. En date du 6 août, 258 personnes y vivaient leur auto-isolement.

Quarantaine critiquée

Au cours des dernières semaines, de nombreux membres de l’industrie canadienne des voyages ont critiqué la mesure de quarantaine de 14 jours du Canada. Plusieurs la considèrent comme un obstacle majeur au redémarrage de l’économie canadienne des voyages et du tourisme, qui pourrait lui causer des dommages irréparables.

LIRE PLUS : La quarantaine obligatoire et les restrictions entraînent des dommages potentiellement irréparables, selon le CAC

À l’instar de La Table ronde sur le tourisme, plusieurs appellent le Canada à suivre l’exemple l’Europe, qui a assoupli ses règles de quarantaine pour plusieurs pays tout en établissant des couloirs aériens sécuritaires pour les voyageurs dans certaines régions.

Indicateur