Option consommateurs en croisade contre les crédits voyage


Option consommateurs en croisade contre les crédits voyage
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Option consommateurs s’inquiète de l’octroi généralisé de crédits voyage aux consommateurs et réclame une intervention immédiate des gouvernements afin d’obliger les transporteurs aériens à rembourser les consommateurs dont les vols ont été annulés en raison de la pandémie de la COVID-19.

LIRE PLUS : Vol en retard écrit au ministre des Transports pour dénoncer les crédits voyages offerts par les transporteurs aériens

« Les consommateurs doivent être remboursés », tranche l’association sans but lucratif, qui a écrit au ministre des Transports, Marc Garneau, ainsi qu’à l’Office de la protection du consommateur (OPC) et à l’Office du transport du Canada (OTC) pour exprimer son opposition aux crédits.

Option consommateurs, rappelons-le, est représentée sur le Comité consultatif des agents de voyages, qui conseille la présidente de l'OPC sur les affaires relative aux agences de voyages.

LIRE PLUS - Crédit pour voyage futur : Moscou Côté présente la position de l’AAVQ sur les ondes de Radio-Canada

Des crédits aucunement avantageux pour les consommateurs

Option consommateurs dit recevoir, depuis le début de la pandémie, de nombreux appels de consommateurs « qui souhaitent légitimement obtenir un remboursement pour leur vol annulé et qui se butent au refus des transporteurs aériens ».

« Plusieurs de ces consommateurs ont soudainement perdu leur emploi, et il est envisageable que leur situation économique d’ici les prochaines années ne leur permette tout simplement plus de voyager. Dans ce contexte, l’imposition d’un crédit voyage n’est aucunement avantageuse pour eux », explique l’association.

Elise Thériault, avocate chez Option consommateurs, comprend mal pourquoi on ne ferait pas preuve d’autant de souplesse envers les consommateurs qu’envers les transporteurs aériens dans le contexte actuel de crise.

« Si les compagnies aériennes éprouvent des problèmes de liquidités, bien des consommateurs subissent eux aussi des pertes financières graves », dénonce-t-elle.

LIRE PLUS - VIDÉO : l’opinion de deux avocats sur les crédits pour voyage futur

Pire encore, selon Option consommateurs, les crédits voyage renferment de nombreuses restrictions « dont l’obligation d’être utilisés pour la même destination que celle prévue initialement, l’absence de garantie de prix et l’impossibilité de les revendre ».

L’association se dit aussi d’avis que ces crédits voyage, qui comportent une date d’expiration allant de 12 à 24 mois, contreviennent à la fois aux dispositions du Code civil du Québec sur la restitution des prestations en cas de force majeure et à celles de la Loi sur la protection du consommateur du Québec sur les instruments de paiement prépayés.

« Il est pour le moins surprenant que le gouvernement fédéral et des organisations gouvernementales approuvent des pratiques commerciales qui vont directement à l’encontre des lois d’une province du Canada », conclut Me Thériault.

Notons que dans sa position exprimée par voie de communiqué, Option consommateur ne mentionne que les crédits offerts par les transporteurs aériens. L'association ne fait pas spécifiquement mention des crédits offerts par les voyagistes.

Indicateur