Manon Martel écrit à Simon Jolin-Barrette : « la situation est urgente, il faut que le gouvernement nous aide »


Manon Martel écrit à Simon Jolin-Barrette : « la situation est urgente, il faut que le gouvernement nous aide »
Manon Martel, directrice régionale de l’ACTA au Québec, et Simon Jolin-Barrette, ministre de la Justice (et responsable de l’OPC).

Le 2 septembre, la directrice régionale de l’ACTA au Québec, Manon Martel, a écrit au ministre de la Justice (et responsable de l’OPC), Simon Jolin-Barrette, afin de réitérer la demande d’une aide sectorielle aux agences de voyages.

LIRE PLUS - Intentions de Québec quant à l’indemnisation des voyages annulés : l’ACTA affiche un optimisme prudent

Dans sa lettre, Mme Martel rappelle au ministre que l’ACTA a déjà fait plusieurs démarches semblables au cours des derniers mois – mais sans obtenir de réponse satisfaisante jusqu’à ce jour.

Or, pendant ce temps, loin de s’améliorer, la situation devient de plus en plus alarmante...

« Les agences de voyages sont en péril, sans aucun revenu », écrit Manon Martel au ministre.

La directrice explique au ministre que les agences ne peuvent voir la lumière au bout du tunnel, actuellement, alors que les frontières demeurent fermées, que les avertissements d’éviter les voyages non essentiels et les croisières demeurent en vigueur, et que l’on continue d’exiger une quarantaine de 14 jours aux personnes arrivant au Canada.

Suivre l’exemple de l’Ontario

Bref, « il faut que le gouvernement nous aide », insiste Manon Martel, en faisant valoir qu’en Ontario, le gouvernement vient pour sa part d’adopter une mesure d’aide aux agences (une mesure qui était réclamée par l’ACTA).

En effet, le gouvernement ontarien a décidé de contribuer au financement du TICO, permettant ainsi aux agents de voyages et aux voyagistes de ne pas payer les frais annuels de renouvellement de leur enregistrement ou la cotisation au Fonds d'indemnisation du secteur du voyage, et ce, pour la période du 1er avril 2020 au 31 mars 2021.

« Si TICO peut le faire en Ontario, je ne vois pas pourquoi l’OPC ne pourrait pas le faire aussi au Québec », déclare Manon Martel, en entrevue avec PAX.

La directrice régionale de l’ACTA précise qu’en plus d’écrire au ministre Jolin-Barrette, elle a transmis son message de vive voix à un conseiller économique du premier ministre François Legault, avec qui elle est en contact. En outre, les mêmes doléances ont été exprimées au ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibon, via un groupe de travail dont l’ACTA fait partie.

Et que répond-on à l’ACTA ?

« On me répond que le gouvernement "travaille là-dessus", sans plus de détails », indique Manon Martel, qui ne cache pas une certaine impatience, alors que, « depuis bientôt six mois, tout le monde se refile la patate chaude », plutôt que d’agir.

L’ACTA se bat pour vous

Parallèlement, l’ACTA, elle, se démène et multiplie les démarches à tous les niveaux, assure Manon Martel.

À titre d’exemple, elle souligne que l’ACTA a exprimé au gouvernement du Canada sa déception que le programme Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC) n’ait pas été prolongé à la fin d’août, et ce, alors que deux autres programmes d’aide aux petites entreprises (le CUEC et le PCE) l’ont été.

LIRE PLUS : Ottawa prolonge deux mesures d’aide aux petites entreprises, mais pas l’aide au loyer

« L’ACTA demande que l’AUCLC soit remis en place pour l’industrie du voyage, et ce, jusqu’au 31 mars 2021 », indique Manon Martel.

L'Association rappelle que, pour la plupart des entreprises, le loyer représente la deuxième dépense en importance, après les salaires.

« Compte tenu de la baisse de revenus qui dépasse les 95 %, les agences de voyages n’auront d’autre choix que de fermer leurs portes en raison de ces coûts fixes », s’inquiète-t-elle.

L’ACTA encourage les agents à communiquer avec leur député fédéral ET leur député provincial pour raconter leur histoire et l’impact subi s’ils n’obtiennent pas cette subvention qui les aiderait à payer leur loyer.

Campagne de lettres

Dans la même optique, l’ACTA encourage ses membres à participer à une nouvelle campagne de lettres demandant au gouvernement fédéral, non seulement la remise en place du programme d’aide au loyer, mais aussi le maintien d’autres programmes, comme la SSUC et la PCU.

LIRE PLUS : Le lobbyisme des agences de voyages porte fruit, soutient l’ACTA

Les signataires de la lettre type demandent aussi l’octroi de prêts et subventions spécifiques au secteur du voyage et du tourisme, un congé de TPS/TVH, et bien sûr la réouverture sécuritaire des frontières.

« Beaucoup de gens dans l’industrie ne semblent pas conscients des efforts que font les différentes associations en leur nom. Je veux que tout le monde dans l’industrie sache que l’ACTA se bat pour eux. Pas juste pour ses membres : pour l’ensemble des agents de voyages ! » conclut Manon Martel.

Indicateur