Samedi,  14 décembre 2019  0:34

Lettre ouverte d'un agent de bord à l'intention d'un passager grossier


Lettre ouverte d'un agent de bord à l'intention d'un passager grossier
Christine Hogg

Christine Hogg est éditrice adjointe au contenu numérique. Avant son arrivée chez PAX, elle a obtenu un baccalauréat spécialisé en journalisme à l'Université de Toronto. Après avoir obtenu son diplôme, elle a écrit pour plusieurs publications de voyage tout en parcourant le monde: la plus longue dura trois semaines en Europe et la plus courte seulement 16 heures en Islande.

Si vous voyagez pour la première fois, vous ne faites peut-être pas attention aux agents de bord. Du moins, vous ne vous préoccupez d'eux que lorsque vous entendez le chariot de nourriture et de boissons rouler ou que vous vous voulez peut-être faire un achat hors taxes à bord.

Mais pour ceux qui sont habitués à voyager, que ce soit pour le travail ou pour les loisirs, nous savons que les agents de bord jouent un rôle crucial pour nous amener tous en toute sécurité à nos destinations. Pourtant, il arrive encore qu'un passager manque de respect ou rabaisse un agent de bord pour le travail pour lequel il a été formé.

Après avoir vécu ce genre de scénario, une hôtesse de l'air a pris sa plus belle plume et a rédigé une lettre ouverte à une personne qu'elle qualifie de « passager 5A ». Son identité reste anonyme, mais la réalité de ses paroles résonne avec ceux d'entre nous qui connaissent cette industrie de l'intérieur.

Vous pouvez lire la lettre complète ci-dessous :


« Cher Passager 5A,

Hier, alors que je ne vous laissais pas venir à l'avant de l'avion parce que les pilotes entraient et sortaient du cockpit, vous m'avez informé que je n'étais "qu'un agent de bord". J'ai eu le temps d'y réfléchir et j'ai décidé de vous renseigner sur quelques faits concernant mon métier.

Premièrement, nous passons en revue ma formation et les exigences de ce travail. Je sais comment combattre les incendies à une altitude de 35 000 pieds; je peux effectuer la réanimation cardio-pulmonaire (RCP), opérer les premiers secours; je sais identifier toute sorte d'armes, incluant les armes; je sais comment identifier les bombes, puis les déplacer à un endroit de l'avion qui, espérons-le, causera le moins de dommages possible si elles explosent.

Je connais des techniques de base de survie sur terre et sur l’eau; je sais comment désarmer des personnes brandissant une arme à feu; comment tuer quelqu'un si besoin est; comment préparer un avion pour un atterrissage d'urgence afin que chaque personne à bord ait la meilleure chance de survie, et comment ensuite évacuer l'avion en moins de 60 secondes.

Toujours avec le sourire, on m'a appris à traiter avec des personnes de cultures différentes, des personnes mécontentes et des personnes qui sont carrément grossières. J'ai reçu une excellente formation pour toutes ces choses et chaque année, je dois suivre de nouvelles formations et apprendre de nouvelles compétences.

Deuxièmement, j'aimerais partager avec vous certaines des expériences personnelles que j'ai vécues au cours des 20 dernières années en tant qu'agente de bord. J'ai tenu la main d'une mère en deuil qui volait à travers le pays pour le réclamer le cadavre de son fils de 21 ans, J'ai donné mes vêtements personnels à un passager qui a vomi, même si je n'avais rien d'autre à lui mettre. J'ai été piqué dans le bras et les côtés de nombreuses fois par des personnes qui ne pouvaient pas attendre que je finisse avec une personne avant de recevoir leur verre.

J'ai gardé des bébés pendant que leurs parents allaient aux toilettes. On m'a crié de ne pas avoir la nourriture exacte voulue par une personne. J'ai préparé un avion pour un atterrissage d'urgence et, pendant que vous vous disputiez avec moi parce que vous refusiez d'éteindre votre ordinateur, j'espérais pouvoir revoir mes enfants une fois de plus. Je me tenais, les larmes aux yeux, devant la porte d'un avion tandis que les restes d'un soldat américain étaient déposés dans un cercueil drapé d'un drapeau. J'ai eu l'honneur de transporter des troupes américaines dans des zones de déploiement à l'étranger. J'ai manqué le jour de Noël avec ma famille pour que vous puissiez rejoindre la vôtre. Mon horaire de travail change constamment et il m'arrive parfois de passer cinq ou six jours sans dormir la nuit.

J'ai regardé les événements du 11 septembre avec horreur, le cœur brisé parce que mes collègues ont vécu ce jour-là. J'avais peur de retourner au travail, mais j'ai rassuré mon enfant en lui disant que je reviendrais à la maison tout en sachant que cela pourrait se reproduire. J'ai regardé un homme mourir devant moi, car le CPR que nous avions exécuté ne le ranimait pas. J'ai ensuite essayé de placer son corps respectueusement sur le plancher de l'avion pour le reste du vol et, lorsque nous avons atterri, attendu à côtés de sa dépouille pendant plus d'une heure jusqu'à ce que le coroner puisse le ramasser.

S'il vous plaît, sachez que j'aime mon travail et que je le fais du mieux possible. J'ai un diplôme universitaire, je suis une mère, une grand-mère, un ami, un être humain. Alors, la prochaine fois que vous me regardez et pensez que je suis juste "qu'un agent de bord", j'espère que vous vous souviendrez rapidement de qui est formé et disposé à vous sortir d'un avion écrasé, à vous sauver des pirates de l'air, à effectuer la RCP au besoin et - la partie la plus facile de mon travail - vous donner à manger et à boire. »

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER

Indicateur