Les Canadiens privilégient les humains aux machines


Les Canadiens privilégient les humains aux machines
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Bonne nouvelle pour les conseillers en voyages : un sondage révèle que, malgré la technologie qui facilite plus que jamais l'accès à l'information, la plupart des Canadiens privilégient les conseils personnels à ceux des moteurs de recherche.

Lorsqu’ils planifient un voyage, 66 % des Canadiens préfèrent consulter quelqu’un plutôt que de se fier à des renseignements provenant du Web seulement.   

LIRE PLUS : Quel avenir pour la distribution de voyages en ligne?

La proportion des Canadiens privilégiant les humains aux machines est la même (66 %) lorsqu’il s’agit de planifier une sortie au restaurant. Elle grimpe à 70 % lorsqu’il s’agit d’obtenir des conseils financiers. Pour ce qui est des autres produits ou services en ligne, elle tombe à 60 %.

Le sondage révèle par ailleurs que lorsqu'il s'agit d'événements importants de la vie, comme un mariage, l'achat d'une maison ou un emploi, de nombreux répondants (63 %) préfèrent demander conseil à leurs amis et à leur famille.

Comme il est fait pour le compte de la Banque CIBC, le sondage de s’attarde surtout aux conseils de nature financière et n’aborde la question des voyages qu’au passage. Les conseillers en voyages se féliciteront néanmoins des conclusions établissant que lorsqu'ils ont des choix à faire, les Canadiens apprécient les conseils d'une personne en qui ils ont confiance.

« Un peu comme le ferait un membre de la famille ou un ami proche, un conseiller financier a pour rôle de comprendre vos besoins, de traiter vos objectifs comme s'il s'agissait des siens et de vous donner des conseils pour concrétiser vos ambitions », souligne Kathleen Woodard, de la CIBC.

Certes, Mme Woodard parle ici des conseillers financiers, mais sans doute ce qu’elle avance pourrait-il s’appliquer tout autant aux conseillers en voyages.

« Internet peut être un portail vers de grandes quantités de renseignements, mais les décisions importantes sont personnelles », conclut-elle.

Indicateur