Le tourisme est de retour au niveau de 1990 !


Le tourisme est de retour au niveau de 1990 !
Sinéad O'Connor.

Pour certains, 1990, c’était l’année de Nothing Compares 2 U de Sinéad O'Connor. Pour d’autres, c’était plutôt Vogue  de Madonna. Et pour d’autres encore, c’était Pump Up the Jam de Technotronic !

De bons souvenirs, peut-être, mais d’une époque déjà lointaine...

Or, ce voyage dans le temps, le tourisme mondial l’accomplit pour de vrai, en 2020, selon les dernières données de l'Organisation mondiale du tourisme !

LIRE PLUS – Bonne nouvelle : 70 % des destinations ont levé les restrictions de voyage ! Mais… 

En effet, sur la base des éléments actuels, l'OMT s'attend à ce que les arrivées internationales diminuent de 70 à 75 % pour l'ensemble de l'année 2020.

Dans ce cas, le tourisme mondial sera revenu aux niveaux d'il y a 30 ans, avec un milliard d'arrivées en moins et une perte de quelque 1 100 G$US de recettes touristiques internationales.

« Cet effondrement du tourisme dû à la pandémie pourrait entraîner une perte économique de 2 000 G$US du PIB mondial », prévient l’OMT.

Les restrictions coupables

Les causes de « la pire année jamais enregistrée dans l'histoire du tourisme » ne sont pas un mystère. Ce sont la lutte mondiale pour contenir la pandémie de COVID-19, les restrictions sur les voyages et la faible confiance des consommateurs.

Malheureusement, les restrictions sur les voyages continuent de freiner la relance, déplore l’OMT.

« Même si l'annonce d'un vaccin renforce la confiance des voyageurs, la route est encore longue vers la reprise. Il nous faut donc intensifier nos efforts pour ouvrir les frontières en toute sécurité », commente le secrétaire général de l'OMT, Zurab Pololikashvili.

Un rebond au second semestre 2021 ?

Les scénarios étendus pour 2021-2024 présentés par l’OMT font état d’un rebondissement pour le second semestre 2021. Voilà qui est encourageant !

Néanmoins, un retour aux niveaux de 2019 en termes d'arrivées internationales pourrait prendre entre deux ans et demi et quatre ans, prédit l’OMT.

Entre-temps, l’OMT relève que, tandis que les arrivées internationales ont diminué partout cette année, la baisse a été un peu moins marquée dans les Amériques.

« Cela s’explique par la réouverture de nombreuses destinations de la région, dont les petits États insulaires en développement des Caraïbes », indique l’OMT.

Parallèlement, un nombre croissant de destinations assouplissent ou lèvent désormais les restrictions sur les voyages.

Selon les dernières recherches de l'OMT, la proportion de destinations fermées est passée de 82 % fin avril 2020 à 18 % début novembre (exprimée en pourcentage des arrivées internationales).

« Il est essentiel d'adopter une approche coordonnée pour assouplir et lever les restrictions sur les voyages chaque fois que cela est possible sans danger. Il sera ainsi possible de rouvrir les destinations au tourisme », souligne M. Pololikashvili.

Selon lui, des règles claires et cohérentes entre les pays contribueront grandement à rétablir la confiance dans les voyages internationaux et à accroître la confiance des consommateurs.

À propos des dépenses du tourisme

L’OMT fournit également des données sur les dépenses du tourisme international. Sans surprise, elles reflètent la très faible demande pour les voyages à l'étranger.

Néanmoins, certains grands marchés comme les États-Unis, l'Allemagne et la France ont montré des signes de reprise ces derniers mois.

En outre, la demande touristique intérieure continue de croître sur certains marchés, dont la Chine et la Russie.

Indicateur