Trafic de drogue et risques d'arnaques : Ottawa prévient les voyageurs âgés


Trafic de drogue et risques d'arnaques : Ottawa prévient les voyageurs âgés
Christine Hogg

Christine Hogg est éditrice adjointe au contenu numérique. Avant son arrivée chez PAX, elle a obtenu un baccalauréat spécialisé en journalisme à l'Université de Toronto. Après avoir obtenu son diplôme, elle a écrit pour plusieurs publications de voyage tout en parcourant le monde: la plus longue dura trois semaines en Europe et la plus courte seulement 16 heures en Islande.

Le gouvernement du Canada et l'Agence des services frontaliers du Canada ont lancé un avertissement aux voyageurs canadiens plus âgés, qui sont de plus en plus la cible de trafic de drogue à l'échelle internationale.

Au moyen de diverses escroqueries, telles que l'hameçonnage (phishing) par courriel et les appels téléphoniques, les fraudeurs attirent les personnes âgées avec la promesse d'une romance, d'une grosse somme d'argent ou d'opportunités commerciales moyennant des frais de déplacement ou des autres montants à payer. 

Une fois que le voyageur naïf a établi une relation avec l’escroc, il est pris au piège d’un réseau de trafiquants de drogue qui les contraint alors, sans qu'il ne le sache véritablement, à faire passer clandestinement de grandes quantités de stupéfiants illégaux à la frontière. S'il se fait prendre, ce voyageur risque de lourdes amendes, des peines d'emprisonnement et, dans certains cas, la peine de mort.

Comment fonctionne l'arnaque ?

La plupart des arnaques du genre fonctionnent de la même manière : le voyageur est contacté par une personne prétendant être une source fiable ayant le pouvoir de fournir des vacances payées intégralement ou une relation amoureuse. Cette personne peut se trouver ailleurs au pays ou à l'autre bout du monde.

Une fois que la victime est suffisamment à l'aise avec l'escroc (généralement après de fréquents échanges) et qu'elle a confiance en ce que son nouvel ami promet ou vend, on lui demande souvent d'aller à l'étranger, généralement en Afrique, en Amérique du Sud ou en Asie, afin de recevoir comme promis des récompenses financières. À leur arrivée à l'étranger, les voyageurs sont encouragés à ramener un « cadeau » à la maison pour un proche de l'escroc... sans savoir que ces objets — une valise, un ours en peluche ou même des bonbons — dissimulent de la drogue, le plus souvent de l'héroïne ou de la cocaïne.

Sensibiliser pour éviter

La semaine dernière, WestJet a averti le public d'une escroquerie téléphonique en cours selon laquelle des fraudeurs se font passer pour des représentants de WestJet.

« Il est important que le public sache que ces appels ne proviennent ni de WestJet ni d'un représentant de WestJet. Bon nombre d’entre nous, qui avons reçu ces appels, comprennent l’irritation qu’ils provoquent. Nous nous excusons pour tout inconvénient causé au public et encourageons les Canadiens à faire part de leurs préoccupations aux autorités compétentes afin de localiser la source du problème », a déclaré Richard Bartrem, vice-président des communications marketing de WestJet.

Selon le gouvernement canadien, la sensibilisation est la meilleure défense. Les agents de voyages peuvent partager les recommandations suivantes avec leurs clients plus âgés :

  • Préparez toujours votre propre sac avant le départ. Ne laissez jamais personne ajouter quelque chose à la dernière minute, à moins que vous ne sachiez ce qu'il contient.
  • Méfiez-vous des courriels ou des appels téléphoniques non sollicités. Si cela semble trop beau pour être vrai, c'est probablement le cas.
  • Vérifiez d'où proviennent ces appels / courriels. Si vous avez réservé avec une compagnie aérienne ou une agence réputée, vérifiez et informez-les de ce qui se passe.

Toutes les escroqueries ne se produisent pas toujours avant le départ; méfiez-vous des personnes avec lesquelles vous partagez des informations personnelles, telles que votre lieu de résidence ou de destination. Et une fois que vous arrivez à destination, méfiez-vous des personnes qui semblent trop amicales.

Qu'est-ce qui se passe si vous êtes pris sur le fait ?

De manière générale, ce type d'escroqueries provient de pays où des avis de voyages sont déjà en vigueur. Les lois et les cultures locales y sont généralement différentes de nos lois canadiennes. Si un Canadien est pris en flagrant délit de trafic de drogue à une frontière internationale, même s'il plaide l'innocence, le gouvernement canadien ne peut pas faire grand-chose. 

Le gouvernement canadien déclare sur son site Web que :

« Si vous êtes surpris en train de transporter des stupéfiants, vous risquez une arrestation, des poursuites pénales et une condamnation pour trafic de drogue. Le fait de ne pas le savoir ne vous exonérera pas nécessairement de la responsabilité de ce que vous possédez dans votre bagage. »

Si vous êtes arrêté ou détenu dans un autre pays pour trafic de drogue, le site Web du gouvernement canadien stipule qu' « il faut clairement informer les autorités chargées de l'arrestation que vous souhaitez qu'elles avertissent immédiatement de votre arrestation le bureau du gouvernement canadien à l'étranger le plus proche ».

Pour plus d'informations, visitez le site web du gouvernement du Canada.

Indicateur