Vendredi,  23 octobre 2020  17:20

La manifestation à Ottawa en faveur de l'industrie du voyage aura lieu le 20 octobre


La manifestation à Ottawa en faveur de l'industrie du voyage aura lieu le 20 octobre
La « MarchToSaveCanadianAviation », qui aura lieu le mardi 20 octobre à midi, débutera au parc LeBreton Flats à Ottawa et se dirigera vers la Colline du Parlement.
Michael Pihach

Michael Pihach est un acteur actif de l'industrie des médias au Canada depuis plus de 10 ans. Il a débuté sa carrière en tant que journaliste et éditeur pour diverses publications, telles que le Toronto Xtra! et les magazines IN, ainsi que le magazine 2B à Montréal.

Un groupe de défense des travailleurs de l'aviation veut manifester sur la Colline du Parlement ce mois-ci dans le but de convaincre le gouvernement canadien de mettre en œuvre des mesures spécifiques à l'industrie afin de soutenir le secteur de l'aviation canadien en pleine pandémie de COVID-19.

La « MarchToSaveCanadianAviation », qui aura lieu le mardi 20 octobre à midi, débutera au parc LeBreton Flats à Ottawa et se dirigera vers la Colline du Parlement via Wellington St / Ottawa 34. (Cliquez ici pour voir le parcours).

Le rassemblement est organisé par les membres d'un groupe Facebook appelé « Les travailleurs de l'aviation licenciés au Canada par la crise du COVID-19 » (Aviation workers made redundant in Canada by the COVID-19 crisis), dans lequel les employés des compagnies aériennes dont les emplois ont été touchés par la crise de la  COVID-19 « peuvent parler de leurs problèmes connu des gouvernements fédéral et provinciaux du Canada. »

« Les compagnies aériennes sont un élément clé de l'économie canadienne », a déclaré Lisa Kampis, organisatrice de mars, directrice de vol chez Air Transat et vice-présidente de Locale 4041. « Le fait de ne pas avoir de plan de reprise spécifique à l'aviation empêchera la reprise de l'aviation au Canada pour les années à venir."

Lisa Kampis a indiqué à PAX que la manifestation impliquait plusieurs groupes, dont les agents de bord d'Air Transat, les pilotes Gilles Hudicourt et Michel St-Marie, ainsi que d'autres personnes de différents domaines de l'aviation.

« Nous voulons un redémarrage sûr de l’industrie du voyage, car c’est l’un des moteurs économiques du Canada », a-t-elle déclaré. « Nous croyons que le gouvernement fédéral a un rôle majeur à jouer dans ce processus ».

Le groupe Facebook, qui compte plus de 11 200 membres, est le même groupe qui a tenté d'organiser une manifestation de même nature à Ottawa, le 23 septembre.

LIRE PLUS : La manifestation à Ottawa aura peut-être lieu le 23 septembre… peut-être pas !

Cet événement, malheureusement, a été reporté en raison de problèmes de calendrier et de logistique, a déclaré le groupe dans un communiqué le mois dernier.

Vendredi matin (le 9 octobre), la page de l’événement de la marche du 20 octobre montrait que 119 personnes avaient répondu «Participe », et 371 autres déclaraient qu’elles étaient « Intéressés ».

Lisa Kampis a déclaré que le collectif travaillait aux côtés de l'Association internationale des pilotes de ligne (ALPA), de la Division aérienne nationale du SCFP, du SCFP national, entre autres groupes.

Elle a qualifié l’aviation de l’un des secteurs « les plus dynamiques » du Canada.

« Nous attendons de nos représentants à la Chambre des communes qu'ils écoutent les milliers d'agents de bord que représente le SCFP et les dizaines de milliers de travailleurs employés directement ou indirectement dans le secteur de l'aviation qui s'inquiètent pour leur avenir», a déclaré Kampis.

Une action urgente est nécessaire

Comme beaucoup dans l’industrie du voyage au Canada, les travailleurs de l’aviation qui ont perdu leur revenu au milieu de la pandémie du COVID-19 font face à des difficultés financières croissantes, a déclaré Lisa Kampis, ce qui rend l’appel à l’action du groupe encore plus urgent.

« Nos collègues, les travailleurs de notre industrie, sont des employés extrêmement compétents dans un domaine particulier », a déclaré Lisa Kampis. « Ils ont perdu leur emploi. Le report du paiement hypothécaire est maintenant terminé… Certaines personnes perdent leur maison au moment où nous parlons et ont de la difficulté à nourrir leur famille ».

Ce que le gouvernement canadien pourrait faire, c'est d'introduire rapidement le test rapide COVID-19 dans les aéroports, ce qui relancerait l'industrie et permettrait à « des dizaines de milliers de travailleurs de reprendre progressivement le travail et de payer leurs impôts », a déclaré Lisa Kampis.

« Nous pensons que le gouvernement pourrait changer la situation actuelle de l'industrie, qui est actuellement en train de mourir », a déclaré Lisa Kampis à PAX.

De plus, Ottawa doit introduire une aide financière spécifique pour le secteur du tourisme afin de permettre aux industries, aux entreprises et à leurs employés de survivre à cette « crise sans précédent », a-t-elle déclaré.

« Nous avons tous choisi cette profession pour une raison », reconnait Lisa Kampis. « Prendre soin des gens est notre affaire. Le gouvernement doit prendre des mesures concrètes dès maintenant pour assurer une reprise économique en innovant scientifiquement un redémarrage de ce moteur économique vital ».

Travailler en étroite collaboration avec les parlementaires

Lisa Kampis a précisé que la marche du 20 octobre n'est pas censée critiquer les mesures du gouvernement canadien en matière de santé.

« Le gouvernement fait de son mieux pour protéger le public », a-t-elle déclaré. « Nous sommes tous favorables à cela. »

Les participants à la manifestation ont reçu pour instruction de suivre les protocoles de santé et de sécurité COVID-19, tels que le port de masque et la distanciation sociale.

Le groupe s'est également donné beaucoup de mal pour s'assurer de cocher toutes les cases requises pour organiser une manifestation publique.

« Nous avons parlé avec le gouvernement, nous avons informé la police, nous nous sommes assurés de savoir si un permis était nécessaire ou non, nous avons établi notre itinéraire pour la marche pour en informer la police », explique Lisa Kampis à PAX.

Les directives actuelles de l'Ontario sur la COVID-19 pour les événements / rassemblements extérieurs sans personnel / non supervisés, notamment, limitent la capacité à 25 personnes ou moins.

Lisa Kampis a reconnu que la marche du 20 octobre pourrait voir des chiffres bien au-delà de cette limite.

« Nous travaillons avec les forces de l'ordre pour respecter les directives en matière de santé énoncées par les gouvernements fédéral et provincial », a-t-elle déclaré. « Ils sont conscients que les nombre de manifestant est difficile à déterminer et pourrait dépasser 100 personnes. Ils nous ont fait savoir [qu’ils] s’adapteraient à ça. »

Bien que les forces de l'ordre aient suggéré au groupe de limiter leur événement à 25 personnes, elles ont également été « utiles et favorables aux droits des citoyens de manifester », note Lisa Kampis.

Les conseillers en voyages sont les bienvenus

Lorsqu'on leur a demandé si les conseillers en voyages pouvaient participer le 20 octobre, la réponse de Kampis a été : « Bien sûr ! »

« Nous sommes tous dans le même bateau ! », avoue-t-elle. « L'industrie du tourisme ne représente pas seulement les membres d'équipage des compagnies aériennes. C’est l’ensemble de l’industrie du voyage qui est touchée, ce qui représente 102 milliards de dollars d’impact économique. »

Elle a mentionné les 1,8 million de Canadiens qui travaillent dans les voyages et le tourisme qui sont « durement touchés par cette pandémie ».

Le groupe, maintenant, tente de susciter un désir de mobilisation à la même date le 20 octobre dans d'autres provinces afin que ceux qui ne peuvent pas se rendre à Ottawa puissent également faire entendre leur voix.

« Il va sans dire que les agents de voyages, les mécaniciens d'aéronefs, les personnes travaillant dans les aéroports, les restaurants et les services de restauration, les citoyens travaillant dans l'organisation d'événements festifs, de salles de concert et de centres de congrès doivent se mobiliser et agir avec les membres d'équipage des compagnies aériennes pour cette marche », conclut Lisa Kampis.

Pour plus d'informations sur la marche du 20 octobre à Ottawa, cliquez ici.

Indicateur