Mercredi,  21 octobre 2020  17:45

Indemnisation des consommateurs dont le voyage a été annulé : Simon Jolin-Barrette entend intervenir


Indemnisation des consommateurs dont le voyage a été annulé : Simon Jolin-Barrette entend intervenir

Le ministre de la Justice, responsable de l’Office de la protection du consommateur, Simon Jolin-Barrette, souhaite que les Québécois dont le voyage a été annulé en raison de la pandémie de COVID-19 soient remboursés. 

Aujourd'hui (19 août), à l’occasion de l’étude des crédits budgétaires de l’OPC en commission parlementaire, il a assuré vouloir trouver rapidement une solution à ce problème – quitte à bonifier le cadre juridique.

LIRE PLUS - Agents de voyages, voici votre nouveau ministre : Simon Jolin-Barrette

Solution globale recherchée

Simon Jolin-Barrette a indiqué rechercher une solution globale, couvrant l’ensemble des contrats de consommation, tant les voyagistes, les compagnies d’assurance, les compagnies de crédit que les transporteurs aériens…

Le ministre inclut les transporteurs aériens dans sa liste, même si ces derniers relèvent de la réglementation fédérale. À ce propos, le ministre Jolin-Barrette fait valoir que le Québec a compétence sur tous les contrats de consommation.

Et c’est parce que ces différents acteurs se renvoient la balle pour éviter de rembourser les consommateurs que le cadre juridique doit être bonifié, a expliqué le ministre.

De la suite dans les idées

La position exprimée aujourd’hui par Simon Jolin-Barrette n’est pas surprenante. Le 28 mai dernier (avant d’être nommé ministre de la Justice, responsable de l’OPC), il avait voté en faveur d’une motion invitant le gouvernement du Canada à ordonner aux compagnies aériennes de rembourser les clients dont les voyages ont été annulés en raison de la COVID-19.

LIRE PLUS - Crédits voyage : l’Assemblée nationale vote unanimement en faveur du remboursement

« C'est fondamental. Il faut trouver un mécanisme qui va faire en sorte que les Québécois soient remboursés », avait-il alors déclaré, à titre de leader parlementaire du gouvernement.

(Rappelons que la motion – qui ne concernait que les transporteurs aériens et pas les agences de voyages ni les voyagistes – avait été adoptée à l’unanimité.)

Ce même jour, tandis que Simon Jolin-Barrette semblait surtout se préoccuper des consommateurs, son collègue Pierre Fitzgibbon, ministre de l'Économie, semblait se soucier en outre des agences de voyages. Par conséquent, il ne s’opposait pas aux crédits voyage… pourvu qu’ils soient flexibles.

« Ce n'est pas juste binaire. On est soucieux des agents de voyages qui risquent de faire faillite. Puis en même temps, les consommateurs ont le droit d'avoir un crédit flexible », déclarait-il.

LIRE PLUS : Québec n'est pas contre les crédits, pourvu qu'ils soient «flexibles» !

On n’a jamais su ce que M. Fitzgibbon entendait précisément par « crédit flexible ».

Simon Jolin-Barrette a hérité du ministère de la Justice le 22 juin dernier.


Indicateur