En combien de temps doit se faire le ménage d'un avion entre deux vols ?


En combien de temps doit se faire le ménage d'un avion entre deux vols ?
Marie-Eve Vallières

Marie-Eve est une Montréalaise pour qui le voyage n'a plus de secrets. Ayant vécu à Londres et en France, elle nourrit une soif d'aventure et de découverte depuis maintenant neuf ans. 29 pays plus tard, Marie-Eve continue de bourlinguer à travers le monde.

En aviation comme dans la vie, le temps, c'est de l'argent. Et dans le cas d'un avion qui se pose et qui doit redécoller quelques heures plus tard avec de nouveaux passagers à son bord, ce ne sont que quelques minutes dont disposent les équipes de nettoyage pour ramasser les déchets, laver les surfaces et désinfecter les aires communes.

Comment cela se passe-t-il, concrètement?

« Entre le moment où l'avion est stationné dans les cales et celui où il décolle, il y a une heure, top chrono, explique Daniel Cormier, chef services avions, procédures et formations chez Air Transat. Le débarquement complet des passagers prend entre 20 et 25 minutes. Le ménage de l'appareil, lui, doit se faire en 20 minutes maximum dans un Airbus 330 ou 15 minutes dans nos autres appareils plus petits. En cas de retard, chaque minute doit être justifiée. »

LIRE PLUS : «Y'a-t-il un médecin dans l'avion?» : comment sont gérées les urgences médicales à bord

Ainsi, en seulement 20 minutes top chrono, une équipe de quelques personnes — habituellement une dizaine — doit accomplir une liste pour le moins exigeante de tâches avant que l'appareil n'accueille ses nouveaux passagers :

  • Recroiser les ceintures sur les sièges
  • Nettoyer les tablettes
  • Nettoyer les portes de compartiments à bagages
  • Vider les pochettes des sièges et remplacer les magazines ou la documentation le cas échéant
  • Passer l'aspirateur sur le tapis
  • Vadrouiller les sols
  • Nettoyer les fours et réfrigérateurs
  • Désinfecter les toilettes et restocker les matériaux (papier de toilette, savon, etc.)

Il faut savoir qu'il ne s'agit pas d'employés de la compagnie aérienne mais bien de sous-traitants embauchés par les autorités aéroportuaires.

Source: La Presse

Indicateur