Vendredi,  22 janvier 2021  7:35

Des jours meilleurs à venir en 2021, prédit BMO


Des jours meilleurs à venir en 2021, prédit BMO
Photo : Rico Reutimann / Unsplash

Après les défis auxquels le monde a été confronté en 2020, BMO Groupe financier prédit des jours meilleurs à venir en 2021.

LIRE PLUS – Où les Canadiens voudront-ils voyager (ou pas) après la pandémie ? 

La grande normalisation

La vaccination devant se dérouler rapidement au premier semestre de l'année, tout est en place pour une forte reprise de la croissance en 2021, avance BMO, dans un rapport intitulé La grande normalisation.

« Le secteur des services devrait être l'un des principaux bénéficiaires de la reprise, à mesure que l'économie en mode présentiel reprendra dans le monde post-pandémique. En outre, le soutien budgétaire et salarial, qui a joué un rôle crucial pour les économies et les marchés en 2020, devrait se poursuivre dans la nouvelle année », prédit BMO.

Le secteur des voyages et du tourisme

Selon l’institution bancaire, tandis que les conditions économiques continueront à s'améliorer, le problème que risque de rencontrer le secteur des voyages et du tourisme l’an prochain ne sera plus la faiblesse de la demande, mais des contraintes de capacité pour répondre à la demande !

« D'ici le milieu de l'année, nous prévoyons que certains secteurs, comme les voyages et le tourisme, se heurteront à des contraintes de capacité à mesure que les vacances et d'autres dépenses retardées se matérialiseront », a déclaré Frederick Demers, directeur, Solutions d'investissement multiactif, BMO Gestion mondiale d'actifs.


« À mesure que la normalité reviendra, les dépenses de consommation devraient augmenter et les taux de chômage seront nettement inférieurs aux taux actuels. À l'approche de 2021, nous avons bon espoir de voir une amélioration des conditions économiques et des jours meilleurs à venir », ajoute-t-il.

L’empreinte de la COVID

Cela dit, tout ne sera pas nécessairement rose, prévient BMO.

Par exemple, si l'économie canadienne s'est redressée au cours des derniers mois à la suite de l'adoption de mesures budgétaires agressives, elle devrait toutefois être à la traîne par rapport à la reprise américaine et mondiale.

« La réponse budgétaire a entraîné une augmentation de la dette, le déficit fédéral devant dépasser les 150 milliards de dollars canadiens pour l'exercice 2021/22 alors que les programmes de soutien en santé, aux salaires et au revenu se poursuivent. »

Par ailleurs, en ce qui concerne les voyages d'affaires, BMO prédit que la COVID-19 y laissera « une empreinte permanente ». Ce sera également le cas pour d’autres activités telles que le télétravail.


Photo : Wonderlane / Unsplash

Indicateur