Samedi,  26 septembre 2020  11:20

Crédits voyage : un agent croit avoir trouvé la solution


Crédits voyage : un agent croit avoir trouvé la solution

« Je crois avoir trouvé une solution pour les crédits voyages qui réglerait le problème pour tout le monde », nous écrit Christian Laganière, propriétaire de l’agence Rabaisvoyages.com (VED).

LIRE PLUS : Crédits voyage, où en est-on ?

Selon lui, les compagnies d’assurances ne rembourseront pas les voyageurs concernés, puisqu’elles ont leur clause sur les crédits voyage dans leur contrat. Et leur remboursement via la rétrofacturation par les compagnies émettrices de cartes de crédit n’est pas une solution non plus.

« Les chargebacks... C'est la faillite pour tous ! », opine Christian Laganière.

Selon lui, toute autre solution risquerait d’entraîner de coûteuses démarches devant les tribunaux et des « délais interminables ».

Son idée...

« Mon idée : simplement que le gouvernement finance à court terme la totalité des crédits voyages pour chacun des t.-o., mais en versant cette somme dans l'OPC [le Fonds d'indemnisation des clients des agents de voyages, que gère l’OPC], et que l’OPC [le FICAV] rembourse tout le monde. »

Christian Laganière suggère qu’en retour de ce financement, les voyagistes signent un contrat de financement les engageant à rembourser au gouvernement le montant total de leurs crédits voyage.

Selon lui, ce financement gouvernemental serait, en quelque sorte, « un prêt sans intérêt, sur par exemple, une période de 36 mois – soit le temps estimé durant lequel les clients utiliseraient leur crédit voyage de toute façon ».

Tous gagnants ?

De cette manière, tous y gagneraient, croit Christian Laganière. Les clients seraient remboursés à 100 %, de façon rapide, sans combats en justice. Pour leur part, les t.-o. et les agences de voyages seraient protégées contre les chargebacks. Enfin, le gouvernement serait remboursé par les voyagistes « dans un délai décent ».

« [Le gouvernement] bénéficierait de la gratitude de ses citoyens et tout le monde [serait] heureux. Coût zéro, sinon la perte des intérêts sur 3 ans du financement », plaide Christian Laganière, en rappelant que le gouvernement a perdu bien davantage en aidant de grandes entreprises comme Bombardier et le Cirque du Soleil.

Christian Laganière fait valoir que sa solution protégerait, d'un seul coup, tout le domaine du voyage au Québec.

« Qui peut s'opposer à cela ? », demande-t-il.

Par ailleurs, Christian Laganière trouve d’autres avantages à sa solution.

Pour les t.-o., il mentionne que le fait de connaître leurs mensualités pour 36 mois leur procurerait plus de stabilité, beaucoup plus que « de recevoir une tonne de résas dans une courte période, mais avec des crédits voyages seulement » – une source d’instabilité financière garantie, selon lui.

Comme « cerise sur le Sunday », Christian Laganière suggère que le gouvernement pourrait établir « un petit moratoire de remboursement de 6 mois pour les t.-o. avant de commencer le remboursement ». Cela stabiliserait toute l'industrie, croit-il, alors que des centaines d’emplois et d’agences sont en péril.

L'idée de M. Laganière est lancée. Reste à voir si elle trouvera preneur !

Indicateur