Mercredi,  30 septembre 2020  14:12

Crédits voyage : nouvelles notes discordantes


Crédits voyage : nouvelles notes discordantes

Vous n’aviez pas aimé la chronique que Stéphanie Grammond avait signée dans La Presse+ le 11 avril dernier ? Vous n’aimerez probablement pas davantage l’opinion émise un mois plus tard par Michel Girard dans Le Journal de Montréal.

LIRE PLUS - Crédits vs remboursements : quand les médias grand public s’en mêlent…

Dans sa chronique intitulée « Avant de voler au secours de l’industrie du voyage », Mme Grammond plaidait, rappelons-le, pour que les gouvernements conditionnent leur aide au remboursement des consommateurs dont le voyage a été annulé.

Intitulée « Air Canada et Transat doivent rembourser en argent les clients », la chronique de celui qu’on présente comme « le chien de garde des petits épargnants et le défenseur des consommateurs et des contribuables » va dans le même sens.

M. Girard dénonce ainsi les transporteurs qui proposent des « notes de crédit » plutôt que le remboursement, et ce, tout en bénéficiant d’« une montagne d’aide financière » d’Ottawa. Il critique particulièrement Air Canada et Transat.

« Le refus de rembourser les clients m’apparaît d’autant inacceptable étant donné la très coûteuse transaction d’achat de Transat par Air Canada qui est sur le point de se conclure », écrit le chroniqueur économique, en relevant que cette transaction promet d’être très avantageuse pour les administrateurs et actionnaires de Transat compte tenu du cours actuel de l’action.

Michel Girard critique également l’Office des transports du Canada (qui s’est montré favorable aux crédits) et approuve Option consommateurs et le groupe Droits des voyageurs (qui y sont opposés).

LIRE PLUS - Crédits voyage : l’AAVQ réplique à Option consommateurs

À la radio

Michel Girard a également exprimé son opinion dans le cadre de l’émission de Richard Martineau sur les ondes de QUB Radio.

L’animateur de Politiquement incorrect qualifie d’« odieux » le traitement réservé aux consommateurs – tandis que, dit-il, « les gros boss des compagnies aériennes, ils ont aucun problème. Les actionnaires et tout ça, eux autres, ça va bien. Les "fat cats", ça va super bien pour eux autres ! »

Notons que tant dans sa chronique qu’en entrevue radiophonique, Michel Girard ne présente qu’un point de vue (celui des opposants aux crédits) dans le débat crédit vs remboursement.

Ajout : L’agence QMI rapporte que le Bloc québécois s’est également prononcé contre toute aide à l’industrie du transport aérien sans remboursement des consommateurs qui ont vu leurs vols annulés.

Indicateur