Dimanche,  27 septembre 2020  15:43

Crédits voyage : « la table est mise », selon l’AAVQ


Crédits voyage : « la table est mise », selon l’AAVQ

L’AAVQ se montre satisfaite de l’intervention faite hier (18 mai) par le premier ministre François Legault dans le débat crédit vs remboursement. « La table est mise » [pour une légitimation des crédits voyage], estime l’Association.

LIRE PLUS : Crédits voyage : nouvelles notes discordantes

L’AAVQ applaudit le fait que le gouvernement semble bien au fait de la problématique. D’une part, le premier ministre reconnaît qu’il pourrait ne pas avoir pas assez d’argent dans le FICAV pour rembourser les clients des agents de voyages. D’autre part, il convient que les transporteurs/fournisseurs n’ont pas, eux non plus, suffisamment de fonds pour rembourser les clients.

En réponse à une question un peu alambiquée posée lors du point de presse d’hier, le premier ministre a indiqué que son gouvernement n’avait pas encore pris de décision dans ce débat complexe. La question du journaliste ne faisait pas particulièrement bien paraître l’industrie du voyage, notons-le, puisqu’elle suggérait que celle-ci exerce des pressions sur le gouvernement pour qu’il change les règles « pour que les voyageurs ne soient pas indemnisés par le fonds ».

En réponse, le premier ministre a d’abord évoqué ses antécédents chez Transat.

« C’est un secteur que je connais bien à cause de mon ancienne vie », a-t-il rappelé.

« Il y a un problème »

Il a aussitôt enchaîné en parlant de la capacité limitée du FICAV à rembourser tout le monde.

« Je peux vous dire tout de suite qu’il n’y a probablement pas assez de fonds dans le Fonds d’indemnisation pour rembourser tout le monde. »

En disant ceci, le premier ministre semblait effectivement donner raison au président de l’AAVQ, Moscou Côté, qui profite de toutes les tribunes pour véhiculer ce message, depuis plusieurs semaines déjà.

Poursuivant sa réponse, le premier ministre a ajouté que la capacité de remboursement des transporteurs est également limitée.

« Il faut comprendre que les transporteurs, y compris les gros comme Air Canada et Air Transat, n’ont absolument pas les fonds actuellement pour être capables de rembourser tout le monde. […] Les transporteurs ont un loyer important à payer chaque mois sur les avions… Ils n’ont pas non plus cet argent-là… »

À la recherche d’une solution

Que faire pour régler ce problème ? Le gouvernement planche sur la question, mais n’a pas encore pris de décision, a expliqué François Legault.

« Toute la question du remboursement des dépôts des consommateurs – Comment on fait pour aider les transporteurs ? Quelle partie va venir du gouvernement fédéral ? Quelle partie va venir du gouvernement du Québec ? – ce sont des choses qu’on regarde actuellement. Mais pour l’instant, il n’y a rien de décidé concernant l’indemnisation. »

Patience…

Rappelons que l’Office de la protection du consommateur a mis à jour sa FAQ sur la COVID le 9 avril dernier pour y indiquer que « des discussions sont en cours avec différents interlocuteurs sur toute la question des crédits voyage. L’Office espère faire le point prochainement ».

Pour leur part, c’est le 25 mars que l’AAVQ et l’ATOQ ont formellement demandé au gouvernement du Québec d’amender le Règlement sur les agents de voyages pour officialiser la pratique des fournisseurs d’offrir un crédit voyage plutôt qu’un remboursement en cas d’événement de force majeure.

On ignore encore quelle forme prendra la réponse du gouvernement.

LIRE PLUS : Vidéo sur les crédits voyage : ouverte au compromis, l’AAVQ presse le gouvernement à répondre

Bémol...

Si l’AAVQ espère que « la table est mise » pour une légitimation des crédits voyage à la suite de l’intervention du premier ministre, il faut préciser que ce dernier a néanmoins exprimé un bémol quant à cette option dans sa réponse.

« Évidemment, mon premier choix, ce serait de rembourser, avec de l’argent, les consommateurs », a conclu François Legault.

Indicateur