COVID-19 : des assureurs modifient leur couverture, d’autres pas (encore)


COVID-19 : des assureurs modifient leur couverture, d’autres pas (encore)
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Depuis hier (5 mars), Manuvie considère que le COVID-19 comme un « événement connu ». Par conséquent, tous les titulaires d’une assurance annulation de voyage et Interruption de voyage souscrite depuis hier se verront refuser toute demande de règlement reliée au COVID-19.

LIRE PLUS - Coronavirus : les recommandations d’un assureur

Manuvie justifie sa décision en rappelant que c’est le 29 janvier que le gouvernement du Canada a publié un avertissement aux voyageurs de niveau 3 concernant le COVID-19 en Chine.

« Depuis, le COVID-19 s’est étendu à l’échelle mondiale, d’autres avertissements de haut niveau du gouvernement canadien ont été émis et les pays continuent d’augmenter le nombre de cas signalés. Il est reconnu comme une préoccupation mondiale et est surveillé de près par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). »

L’assurance annulation de voyage et Interruption de voyage de Manuvie comprend une exclusion « pour des raisons, circonstances, événement, etc., dont l’acheteur est au courant avant l’établissement de cette assurance ». C’est cette exclusion qui s’applique aux contrats établis depuis le 5 mars.

Manuvie précise que l’exclusion s’applique à l’échelle mondiale, y compris dans les territoires où il n’y a pas d’avertissement aux voyageurs ou d’éclosion du COVID-19. Elle ne s’applique toutefois pas aux contrats souscrits avant le 5 mars 2020.

D’autres assureurs, dont TuGo, ont adopté des mesures semblables.

« Aucune couverture ne sera fournie en vertu de l’assurance annulation et interruption de voyage pour les demandes de règlement reliées au COVID-19 (Coronavirus) pour les polices achetées le 4 mars 2020 ou après », a annoncé TuGo sur son site.

Pas de changement chez Croix Bleue

En revanche, d'autres assureurs, dont Croix Bleue, n’ont pas (encore) annoncé de telles dispositions.

« Nous suivons la situation de très près, mais pour l’instant, nous maintenons les dispositions déjà existantes. Nous n'avons pas apporté de changements », indique à PAX Josianne Cousineau, vice-présidente, marketing et relations publiques chez Croix Bleue.

Dans le cadre des dispositions existantes, les exclusions s’appliquent à partir du moment où le gouvernement du Canada émet un avertissement officiel d’éviter tout voyage non essentiel dans un pays ou territoire, ou d’y éviter tout voyage.

« Si un client prévoit aujourd’hui aller dans un pays où le gouvernement ne recommande pas d’éviter les voyages, il peut se munir d’une assurance annulation et interruption de voyage. Et si le gouvernement rehausse ensuite le niveau d’avertissement avant son départ ou pendant son voyage, il pourra bénéficier de son assurance. »

Josianne Cousineau indique que si Croix Bleue décidait de modifier sa politique, les changements s’appliqueraient à partir du moment de cette décision; ils ne seraient pas rétroactifs.

La position actuelle de Croix Bleue lui accorde sans doute un certain avantage concurrentiel par rapport à d’autres acteurs de milieu appliquant désormais l’exclusion applicable aux événements connus.

Il n’est évidemment pas exclu que Croix Bleue – qui analyse la situation en continu – finisse par emboîter le cas à ses concurrents. Mais ce n’est pas le cas actuellement.

Indicateur