Vendredi,  27 janvier 2023  18:22

"Bouclez votre ceinture ! Les professionnels du voyage se réjouissent de la suppression des tests avant l'arrivée


"Bouclez votre ceinture ! Les professionnels du voyage se réjouissent de la suppression des tests avant l'arrivée

L'industrie canadienne du voyage a eu une bonne raison de sabrer le champagne jeudi 17 mars, après que le gouvernement fédéral eut annoncé officiellement qu'il mettrait fin, le 1er avril, aux tests COVID-19 avant l'arrivée des voyageurs entièrement vaccinés.

Les tests aléatoires à l'arrivée (sans quarantaine en attendant les résultats) resteront en vigueur, mais les Canadiens vaccinés qui voyageront à l'étranger dans deux semaines n'auront plus à craindre d'être bloqués à destination à cause d'un test positif au retour.

LIRE PLUS: C'est officiel: Ottawa met fin le 1er avril aux tests pré-arrivée pour tous les voyageurs vaccinés.

Ce changement est une bonne nouvelle pour les conseillers en voyages et l'industrie du voyage en général, qui, depuis des mois, demandaient à Ottawa de mettre fin aux tests aux frontières et d'uniformiser les règles du jeu avec les autres pays ayant abandonné cette exigence.

Le 28 février, les tests antigéniques de pré-entrée ont remplacé les tests PCR moléculaires, auparavant obligatoires (et plus longs et plus coûteux). Mais les professionnels du secteur ont fait valoir que toute forme de test avant l'arrivée constitue un obstacle aux voyages internationaux.

Annonce officielle du 17 mars

Le mandat de vaccination du Canada pour les avions, les trains et les navires demeure et pour les voyageurs partiellement ou non vaccinés qui entrent au Canada, les règles de test avant l'entrée ne changent pas.

À moins d'en être exemptés, tous les voyageurs âgés de cinq ans ou plus qui ne sont pas entièrement vaccinés doivent continuer à présenter la preuve d'un résultat acceptable au test COVID-19 avant l'entrée au pays, a indiqué le gouvernement dans un communiqué de presse hier.

Les voyageurs de ce groupe continueront également à subir un test PCR à l'arrivée et devront en subir un autre le huitième jour pendant leur quarantaine de 14 jours.

Tous les Canadiens doivent utiliser ArriveCAN pour entrer au Canada (Pax Global Media)

Tous les voyageurs doivent encore utiliser ArriveCAN pour entrer au Canada (et ceux qui ne le font pas pourraient devoir passer un test à leur arrivée et rester en quarantaine pendant 14 jours, quel que soit leur statut vaccinal, précise Ottawa).

Les passagers de croisière entièrement vaccinés au Canada ne seront plus non plus tenus de passer un test avant de débarquer de leur navire.

La fin des tests préalables à l'arrivée s'ajoute à la levée par Ottawa, le mois dernier, de son avis déconseillant les voyages non essentiels.

La mise à jour d'Ottawa saluée dans toute l'industrie

La Table ronde canadienne sur le voyage et le tourisme a qualifié à plusieurs reprises les tests aux frontières d'obstacle " non fondé sur la science ", en s'appuyant sur le propre comité consultatif d'experts sur les tests et le dépistage COVID-19 d'Ottawa qui, en mai 2021, a conseillé d'éliminer les tests avant l'arrivée pour les voyageurs complètement vaccinés, et sur les témoignages de médecins qui affirment que les tests avant l'arrivée n'ont plus de sens.

"Cette évolution positive permettra au Canada de mieux s'aligner sur les autres grands pays, constitue une reconnaissance du fait que l'industrie canadienne du voyage et du tourisme est depuis longtemps l'une des plus sûres du pays, et rapproche l'industrie d'un retour à la normale", a déclaré la Table ronde hier dans un communiqué.

Un soutien ciblé toujours nécessaire

Dans une déclaration à PAX, Avery Campbell, directeur, défense des intérêts et relations avec l'industrie à l'Association canadienne des agences de voyages (ACTA), a applaudi la nouvelle de jeudi.

« En partenariat avec la Table ronde canadienne sur le voyage et le tourisme, l'ACTA a plaidé intensément pour ce résultat », a déclaré M. Campbell, remerciant ceux qui se sont engagés dans des efforts de terrain pour aider à assouplir les restrictions frontalières. C'est une condition préalable à la reprise des voyages et du tourisme ».

Mais le travail de plaidoyer n'est pas terminé, a averti M. Campbell, car les revenus ne sont perçus qu'une fois le voyage effectué, ce qui signifie que les agences de voyage et les conseillers en voyages indépendants "seront parmi les derniers à s'en remettre."

C'est pourquoi les subventions salariales et locatives "essentielles" prévues par le Programme de relance du tourisme et de l'hôtellerie doivent être prolongées jusqu'en septembre, a déclaré M. Campbell, et un "soutien financier immédiat" doit être offert aux agents de voyage indépendants.

"Même si nous constatons une hausse des réservations, et que nous nous attendons à en voir davantage à la suite de l'annonce d'aujourd'hui, notre secteur est à plusieurs mois de la reprise et un soutien continu est nécessaire", ajoute M. Campbell.

Judith Coates, co-fondatrice de The Travel Agent Next Door (courtoisie)


L'Association canadienne des conseillers en voyages indépendants (ACITA) est d'accord. La levée des restrictions relatives aux tests "va certainement renforcer la demande de voyages en 2022", a déclaré la cofondatrice de l'ACITA, Judith Coates, de l'agence de voyages The Travel Agent Next Door, "mais cela ne fait pas disparaître les deux dernières années, ni le fait que pendant tout ce temps, le gouvernement a ignoré les demandes d'aide pour notre secteur formulées par les conseillers en voyages indépendants".

Bien que Mme Coates ait pris la nouvelle de jeudi "comme une victoire pour tous les voyageurs canadiens", il y a "encore beaucoup de travail devant nous", a-t-elle dit.

"Bouclez votre ceinture !"

Flemming Friisdahl, président et fondateur de The Travel Agent Next Door (TTAND), a qualifié l'élimination des tests de "beaucoup trop tard".

"Le gouvernement a toujours dit qu'il suivrait la science, alors il est grand temps", a déclaré Friisdahl. "Mais j'espère que nous continuerons à avoir une exigence de masque pour les avions, car il offre une protection et son efficacité." La bonne nouvelle, c'est que les consommateurs veulent voyager, a déclaré Friisdahl, et que ce mois-ci sera le "meilleur mois de vente jamais enregistré par TTAND".

Louise Fecteau, directrice générale de Transat Distribution Canada (TDC), estime que l'assouplissement des restrictions aura "certainement un impact positif sur la demande des voyageurs, car certains étaient freinés par la logistique et les coûts parfois lourds de ces tests."

"Nos professionnels du voyage sont impatients de faire leur travail, qui consiste à se concentrer sur la création d'itinéraires de voyage adaptés aux besoins de leurs clients. La suppression de cette exigence est également un élément logistique de moins dont nos professionnels du voyage doivent se préoccuper", a déclaré Mme Fecteau.

Christine James, vice-présidente de TL Network Canada, estime que cette mise à jour est "une excellente nouvelle sur deux fronts".

"Pour les clients qui peuvent facilement rentrer au Canada après leurs voyages à l'étranger sans les dépenses et la pression supplémentaire d'avoir à subir des tests avant leur retour et pour l'industrie touristique du Canada qui accueille le monde à nouveau !", a précisé Mme James à PAX. Nos membres signalent déjà une augmentation significative du nombre de demandes de renseignements de la part de leurs clients depuis l'annonce de cette mesure !"

Pour Gregory Luciani, président et directeur général de TravelOnly, cette annonce est "une grande victoire pour nous."

"Nous devrions vraiment profiter du moment et du sentiment d'espoir et de prospérité", a déclaré M. Luciani. "Cela dit, le combat n'est pas terminé et je crois que toutes les restrictions de voyage devraient être abandonnées et que davantage de soutien gouvernemental devrait être fourni à tous les niveaux de notre industrie. Nous sommes maintenant prêts à voir le plus grand rebondissement de l'histoire de notre industrie. Bouclez votre ceinture !"

Zeina Gedeon, PDG de Travel Professionals International (TPI), s'est fait l'écho de cette opinion.

"En supprimant les tests, nous sommes sur la bonne voie pour la reprise", a déclaré Mme Gedeon à la PAX, "mais nous avons un très long chemin à parcourir avant de nous approcher de la nouvelle normalité ! Notre industrie est en ruine, non grâce à toutes les fermetures gouvernementales et les recommandations aux gens de ne pas voyager", a déclaré Gedeon. "Notre industrie a été décimée à cause du COVID et à cause des décisions de notre gouvernement".

"Maintenant, il incombe au gouvernement de nous aider à former, promouvoir et susciter l'intérêt pour notre industrie", a-t-elle ajouté. "Nous avons besoin de programmes, de financement, de requalification et d'initiatives axées sur la stimulation de la croissance et de la durabilité."

Beaucoup de demandes, peu de stocks

Plusieurs conseillers en voyages affirment que ces changements renforceront la confiance des consommateurs après deux années de fermetures et de confinement aux frontières liées à la pandémie. Ils constatent déjà de fortes demandes de renseignements et de réservations, alors que l’inventaire des possibilités se fait rare, surtout pour les dernières « destinations soleil ».

Indicateur