Au tour des dirigeants syndicaux de faire pression sur les PM du Canada pour qu’ils rouvrent le tourisme


Au tour des dirigeants syndicaux de faire pression sur les PM du Canada pour qu’ils rouvrent le tourisme

« Le secteur du voyage et du tourisme a interrompu ses activités il y a plus de 16 semaines, et aucun plan de réouverture n’est encore prévu. Cette situation ne peut plus durer et n’est plus justifiée », affirment une dizaine de dirigeants syndicaux, dans une nouvelle lettre ouverte adressée au premier ministre du Canada et à ceux des provinces et territoires.

Ce message rendu public vendredi (17 juillet) est la dernière initiative de la Table ronde canadienne du voyage et du tourisme, qui a posé plusieurs gestes semblables au cours des dernières semaines dans le cadre de l’initiative #temps de voyager (#timetotravel).

Entre autres, les grands chefs d’entreprise canadiens ont auparavant pris la plume pour faire pression sur les gouvernements. Alors qu’on est habitué à voir patrons et syndicats s’opposer, ils s’entendent parfaitement, cette fois, quant à l'importance de rouvrir le voyage et le tourisme.

LIRE PLUS : « Il est temps de rouvrir le Canada aux déplacements par avion ! »

« Il est temps de lever les règles d’isolement trop restrictives ainsi que les avis aux voyageurs de portée généralisée et d’autoriser le secteur du voyage et du tourisme canadien à redémarrer, graduellement et prudemment », plaident les dirigeants syndicaux.

Pourquoi ne pourrions-nous pas faire de même ?

Ils mettent en relief le contraste entre la situation au Canada et les dernières mesures prises par d’autres pays qui aplatissent la courbe et rouvrent graduellement leurs propres territoires en autorisant des voyages restreints.

« D’autres pays, qui se préoccupent tout autant des problèmes de santé publique et dont les courbes épidémiques sont semblables aux nôtres, ont décidé de prudemment rouvrir le secteur du tourisme intérieur et international. Pourquoi ne pourrions-nous pas faire de même ? », demandent-ils.

LIRE PLUS : « Rouvrez les portes de notre pays », demandent les leaders de l’industrie à Trudeau

Plusieurs pays de l’Union européenne ont reconnu que la population canadienne peut voyager en toute sécurité sur leur territoire sans devoir être mise en quarantaine, insistent les dirigeants syndicaux.

« Ils croient en la capacité des Canadiens et des Canadiennes d’agir de manière responsable lorsqu’ils voyagent à l’étranger, et ils ont confiance en notre approche collective pour protéger tout un chacun. »

À l’opposé, le gouvernement du Canada maintient ses règles d’isolement trop restrictives et ses avis aux voyageurs de portée généralisée, s’insurgent-ils.

« Il envoie ainsi le message aux Canadiens et aux Canadiennes que même si, à l’évidence, ils sont parvenus à aplatir la courbe, ils ne sont pas suffisamment dignes de confiance pour qu’on les laisse voyager. »

LIRE PLUS : Des leaders du tourisme-voyage écrivent à François Legault : « des mesures urgentes sont nécessaires ! »

Protéger la santé publique ET soutenir le tourisme-voyage 

Les dirigeants syndicaux plaident donc pour qu’on autorise les ressortissants des pays sûrs à voyager au Canada et pour que la population canadienne puisse visiter les autres provinces sans contraintes.

« Il est temps que le gouvernement fédéral agisse immédiatement afin de protéger la santé publique tout en soutenant le secteur du voyage et du tourisme, si essentiel pour le Canada. L’idée qu’il soit impossible de faire les deux est tout simplement erronée. »

L’effondrement du secteur canadien du voyage et du tourisme aurait des répercussions considérables à la fois sur l’économie et sur la santé publique, préviennent les dirigeants syndicaux.

« Des effets dévastateurs sont à craindre pour des millions de travailleurs canadiens et leur famille, tant à court qu’à long terme.  […] Nos membres — ainsi que des millions de Canadiens et Canadiennes qui gagnent leur vie dans ce secteur — sont impatients de retrouver l’emploi qu’ils adorent. »

« Il est temps d’adopter une approche plus nuancée », concluent les dirigeants syndicaux.

La lettre ouverte est signée par Barret Armann (président, Unifor Local 7378), Claude Buraglia (président du conseil exécutif supérieur de Jazz), Rob King (président du conseil, CALDA – Association canadienne des régulateurs de vol), Tim Perry (président, ALPA – Association des pilotes de ligne), Doug Best (président national, CATCA – Association canadienne du Contrôle du Trafic aérien), Jerry Dias (président national, Unifor), Wesley Lesosky (président de la composante Air Canada du SCFP), James Walker (président, ASNAC – Association des spécialistes de la navigation aérienne du Canada), Jennifer Kalmar (présidente, SABC – Syndicat des Agents de Bord du Canada) et Michael McKay (président du conseil exécutif national, APAC – Association des pilotes d’Air Canada).

Indicateur