Mercredi,  30 septembre 2020  5:41

Vols annulés : Transat souhaiterait rembourser « à condition que le fardeau ne soit pas excessif »


Vols annulés : Transat souhaiterait rembourser « à condition que le fardeau ne soit pas excessif »
Jean-Marc Eustache, président et chef de la direction de Transat A.T.

Lors du point de presse téléphonique sur les résultats du deuxième trimestre, le président et chef de la direction de Transat A.T., Jean-Marc Eustache, a abordé la controverse des crédits pour voyage futur qui fait la manchette depuis plusieurs semaines.

LIRE PLUS : 2e trimestre de Transat : « La pandémie a fait plonger nos résultats »

Évoquant les consommateurs souhaitant un remboursement plutôt qu’un crédit, M. Eustache a déclaré ceci :

« Nous comprenons tout à fait que certains d'entre eux n'ont pas l'intention ou la possibilité de voyager et souhaiteraient un remboursement. Nous souhaiterions également pouvoir le proposer… à condition que le fardeau ne soit pas excessif. »

Dans cette optique, Transat souhaite que les gouvernements fédéral et provincial annoncent un soutien financier aux compagnies aériennes, comme cela a été fait dans d’autres juridictions, comme les États-Unis et l'Union européenne, qui exigent que les compagnies aériennes remboursent les consommateurs dont les vols ont été annulés en raison de la COVID-19.

« Je dis clairement aux différents paliers de gouvernement : aidez-nous à trouver une solution qui soit acceptable pour toutes les parties prenantes, nous ne demandons pas mieux », a déclaré Jean-Marc Eustache.

LIRE PLUS Transat annonce la reprise de ses opérations le 23 juillet

Les résultats du deuxième trimestre dévoilés aujourd’hui révélaient que parmi les dépôts clients, au 31 mai 2020, les crédits-voyages représentaient 416 M$, dont 58 % étaient placés en fiducie. La différence correspond à des dépôts effectués directement auprès d'Air Transat ou de filiales étrangères, précisait-on.

Transat convenait que « ceci l'expose à des litiges ainsi qu'à des mesures d'application par des autorités législatives et réglementaires et à des recours collectifs, que la Société entend de bonne foi et à bon droit contester ».

Indicateur