Volenretard.ca tire un premier bilan après 3 mois d’activité


Volenretard.ca tire un premier bilan après 3 mois d’activité

Lancé en juillet dernier, le site Web volenretard.ca aide les voyageurs, dont le vol a été annulé ou retardé, à obtenir une compensation juste et prend en charge les démarches parfois longues et épineuses qui accompagnent ce désagrément.

En tant qu’ancien employé d’un des plus grands transporteurs aériens canadiens, Jacob Charbonneau, fondateur de volenretard.ca, connaît les rouages de l’industrie et les subtilités de la législation. En aussi peu que 3 mois, son équipe a ainsi reçu plus de 200 demandes de service et enclenché le processus de réclamation pour plus de 400 voyageurs.

David contre Goliath

Selon la société, ce bilan confirme surtout son postulat de départ : « Défendre ses droits devant des compagnies multinationales au budget quasi-illimité n’est pas chose facile. Ces dernières refusent régulièrement les dédommagements en invoquant une circonstance extraordinaire et la plupart des passagers n’ont pas suffisamment d’informations ou de temps pour déposer une demande d’indemnisation. »

Dans les 12 derniers mois, on été enregistrés pas moins de 634 retards et 115 annulations de vols éligibles à une compensation en vertu de la loi européenne, pour un estimé de 187 000 voyageurs impactés. Pourtant, seuls 2% des passagers ont déposé une demande d’indemnisation, ce qui permet d’estimer les dédommagements non réclamés à plus de 155 millions de dollars.

Pour une législation canadienne du droit des passagers

Si volenretard.ca peut accompagner les voyageurs dans leurs démarches, c’est essentiellement en vertu des juridictions mises en place par des pays comme les États-Unis ou les membres de l’Union Européenne, qui énoncent clairement les droits des passagers aériens et définissent les dédommagements auxquels ils peuvent prétendre en cas de refus d'embarquement, de vol annulé ou de retard.

Selon Jacob Charbonneau, le Canada, quant à lui, accuse un retard important en ce qui a trait à la protection de ses voyageurs, laissant leur indemnisation au bon vouloir des compagnies aériennes.

« Notre objectif est simple : nous désirons que la législation canadienne soit modifiée afin qu’elle protège mieux les voyageurs et qu’elle reconnaisse leurs droits », ajoute-t-il.

Indicateur