Vers une syndicalisation du personnel naviguant de WestJet?


Vers une syndicalisation du personnel naviguant de WestJet?
Marie-Eve Valliéres

Marie-Eve est une Montréalaise pour qui le voyage n'a plus de secrets. Ayant vécu à Londres et en France, elle nourrit une soif d'aventure et de découverte depuis maintenant neuf ans. 29 pays plus tard, Marie-Eve continue de bourlinguer à travers le monde.

La haute-direction de WestJet a réagi ce matin au sujet de la requête en accréditation des membres de son personnel de cabine, suite à une demande déposée auprès du Conseil canadien des relations industrielles par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

« Nous respectons les droits de nos employés sur le choix de leur représentation. Bien que nous préférions travailler directement avec nos groupes d'employés comme nous le faisons depuis 1996, nous sommes déterminés à aller de l'avant et concentrerons nos efforts à la poursuite du succès de l'organisation pour nos invités, nos employés et nos actionnaires », indiquait d'Ed Sims, président et chef de la direction.

Il faut savoir que ce regroupement syndical représente près de 12 000 agents de bord chez dix transporteurs aériens.

De son côté, le président du SCFP se montre optimiste :

« Nous espérons que ce n’est que la première de nombreuses victoires pour améliorer les conditions de travail des membres d’équipage WestJet. Les employés de WestJet ont un syndicat fort, prêt pour le décollage ! », a déclaré Mark Hancock, président national du SCFP.

Il déplore d'ailleurs que WestJet aurait, selon ses sources, nui aux activités d’organisation syndicale à l’aéroport de Calgary en les forçant, notamment, à télécharger de la documentation antisyndicale sous peine de mesures disciplinaires. Selon le SCFP, toutes ces actions contreviennent au Code canadien du travail.

Indicateur