Vers une grève des agents de contrôle à l'Aéroport de Montréal ?


Vers une grève des agents de contrôle à l'Aéroport de Montréal ?

Les quelque 950 agents de contrôle de l'Aéroport de Montréal viennent de se doter d'un mandat de grève. Ces agents, employés par la firme Sécuritas, membres du syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, ont également rejeté les dernières offres patronales dans une proportion de 97 pour cent.

Les négociations achoppent sur les salaires, les assurances collectives ainsi que sur la nécessité d'introduire des primes. Le syndicat estime que les offres patronales sont inférieures sur le plan salarial à tout ce qui s'est signé comme condition de travail récemment dans l'Est du Canada ainsi que dans les aéroports régionaux et à l'aéroport de Québec.

Leurs tâches ont trait à la sécurité à l'aéroport, puisqu'ils procèdent aux fouilles des passagers, bagages et véhicules, en plus de vérifier les non-passagers qui travaillent à l'aéroport.

« Nos membres sont offusqués de voir qu'on leur propose des salaires et une contribution patronale aux assurances collectives moindres que dans les autres aéroports, c'est un manque de respect. Ça se reflète dans l'ampleur du vote de rejet des offres patronales », explique le représentant syndical des Métallos, Michel Courcy, dans un communiqué.

Comme il s'agit d'emplois reliés à la sécurité, une éventuelle grève serait soumise aux dispositions touchant les services essentiels. En conséquence, le Conseil canadien des relations industrielles devra déterminer le niveau de ces services à maintenir si le débrayage était effectivement déclenché.

Indicateur