Samedi,  27 février 2021  10:47

Trudeau, « nous entendez-vous? » Les travailleurs de l’aviation se tournent vers les médias sociaux pour sauver leur industrie


Trudeau, « nous entendez-vous? » Les travailleurs de l’aviation se tournent vers les médias sociaux pour sauver leur industrie
Michael Pihach

Michael Pihach est un acteur actif de l'industrie des médias au Canada depuis plus de 10 ans. Il a débuté sa carrière en tant que journaliste et éditeur pour diverses publications, telles que le Toronto Xtra! et les magazines IN, ainsi que le magazine 2B à Montréal.

Êtes-vous à l’écoute, premier ministre Trudeau ? Et vous, Omar Alghabra, ministre des Transports ?

Les travailleurs canadiens de l’aviation se tournent vers les médias sociaux afin d’attirer l’attention du gouvernement fédéral, car les compagnies aériennes, qui n’ont toujours pas reçu d’aide sectorielle, continuent de subir de lourdes pertes qui les obligent à faire des mises à pied massives.

LIRE PLUS – Les travailleurs de l’aviation manifestent à Montréal et Toronto  

#SaveCanadianAviation

Appuyée par le mot-clic #SaveCanadianAviation, la campagne présente des travailleurs de l’aviation – des pilotes aux agents de bord, en passant par les professionnels de la logistique – posant dans leur uniforme et tenant une affiche avec un message adressé au premier ministre et au ministre des Transports : 

« Pouvez-vous nous entendre? » (Can you hear us ?)

L’initiative, qui prend de l’ampleur depuis plusieurs semaines, a été organisée par les membres de la page Facebook « Aviation workers made redundant in Canada by the COVID-19 crisis » (Travailleurs de l’aviation rendus superflus au Canada par la crise de la COVID-19). 

Cette page, qui compte plus de 13 100 membres, est un endroit où les travailleurs de l’aviation touchés par la crise de la COVID-19 peuvent « faire connaître leur existence et leurs problèmes » aux gouvernements fédéral et provinciaux du Canada.

« Les travailleurs de l’aviation et notre industrie ont été ignorés au cours des 11 derniers mois, a déclaré le groupe à PAX par courriel. Notre plus grande préoccupation est la suivante : y aura-t-il une industrie canadienne vers laquelle revenir après la pandémie ? »

Plusieurs d’entre eux se demandent s’ils devraient présenter leur candidature à des compagnies aériennes étrangères pour pouvoir faire voler les Canadiens après la pandémie…

« Si rien n’est fait, nous ne serons pas prêts à concurrencer les transporteurs étrangers, qui ont déjà reçu 200 G$ d’aide et qui en recevront encore. »



Une industrie en crise

Alors que le secteur canadien de l’aviation est en crise depuis le tout début de la pandémie de COVID-19, Ottawa dit que l’aide financière aux compagnies aériennes s’en vient, mais aucun accord n’a pas encore été annoncé.

Pendant ce temps, les transporteurs continuent de dépenser des millions de dollars en argent, tout en coupant dans leurs services et leurs effectifs, tandis que la demande pour le transport aérien continue de chuter toujours plus bas.

Cette année seulement, environ 2900 emplois dans le secteur de l’aviation ont été éliminés au Canada, ce qui s’ajoute aux dizaines de milliers de postes qui ont été supprimés l’an dernier.

La semaine dernière, WestJet a confirmé une autre série de compressions, prévoyant la suppression de quelque 120 membres d’équipage d’ici mars.

Le mardi 9 février, Air Canada a pour sa part annoncé la suspension de 1500 employés en même temps que celle de 17 autres itinéraires internationaux.

Ces nouvelles ont succédé de peu à l’annonce de la suspension jusqu’au 30 avril de tous les vols à destination du Mexique et des Caraïbes par Air Canada, WestJet, Sunwing et Transat, à la demande du gouvernement du Canada.

C’est ce qui a amené Air Canada, le 4 février dernier, à annoncer une pause dans son service de Rouge, ce qui va aussi éliminer environ 80 postes.

Le durcissement des restrictions aux voyages du Canada a également été néfaste, entraînant l’annulation de quelque 50 000 réservations en janvier seulement.

Mettre un visage sur les travailleurs affectés

La campagne « Pouvez-vous m’entendre? » met un visage sur les travailleurs qui ont été directement touchés par les actions du gouvernement – ou par son inaction.

« Mener une campagne sur les médias sociaux semble être la bonne chose à faire maintenant », a déclaré le groupe, soulignant que les restrictions actuelles en matière de santé limitent les possibilités de mobilisation en personne.

La campagne a déjà généré une bonne couverture médiatique. Elle a même reçu l’appui de la députée Stephanie Kusie, qui y a participé avec sa propre photo, assortie du mot-clic #SaveCanadianAviation.

Les instigateurs de la campagne appartiennent au même groupe qui a mené des manifestations à l’échelle nationale, l’automne dernier, pour demander à Ottawa d’adopter des mesures permettant de relancer l’industrie du voyage et du tourisme en toute sécurité. Ces manifestations avaient attiré des centaines de professionnels de l’aviation, et même des agents de voyages, à Vancouver, Toronto, Ottawa et Montréal.



« Nous n’arrêterons pas tant qu’ils n’auront pas pris des mesures pour remédier adéquatement à la situation », a déclaré le groupe, en encourageant tous les travailleurs de l’industrie du voyage – y compris les agents de voyages – à se joindre à leur mouvement.

Et surtout...

« N’oubliez pas de "tager" Justin Trudeau et Omar Alghabra et d’utiliser le mot-clic #SaveCanadianAviation », concluent-ils.

Indicateur