Transport aérien : le port d’un masque devient obligatoire à plusieurs étapes clés


Transport aérien : le port d’un masque devient obligatoire à plusieurs étapes clés

Le ministre des Transports du Canada a annoncé de nouvelles mesures exigeant que tous les passagers aériens aient un masque non médical ou un couvre-visage amovible pour se couvrir le nez et la bouche à plusieurs étapes du voyage.

LIRE PLUS : Le masque obligatoire pour les voyageurs qui entrent au Canada

Les voyageurs aériens sont incités à porter leur masque non médical ou leur couvre-visage autant que possible, mais ils doivent obligatoirement se couvrir le nez et la bouche dans les situations suivantes :

  • aux points de contrôles des aéroports canadiens, lorsque les agents effectuant le contrôle ne peuvent pas maintenir une distance de deux mètres entre eux et le passager;
  • durant le vol, lorsqu’il est impossible de se tenir à distance des autres ou selon les instructions des employés du transporteur aérien;
  • d’après les directives d’une autorité ou d’un responsable de la santé publique.

Ces mesures entreront en vigueur le 20 avril 2020, à midi, HAE.

Pas de masque ? Pas d’accès !

Les passagers de tous les vols au départ ou à destination d’un aéroport canadien devront également montrer qu’ils ont le masque non médical ou le couvre-visage nécessaire au moment de l’embarquement, sans quoi ils pourraient se voir refuser l’entrée dans la zone stérile de l’aéroport ou l’embarquement à bord de l’aéronef.

Les transporteurs aériens ont la responsabilité d’aviser les passagers, au moment de l’achat de billets au comptoir ou en ligne, qu’ils doivent avoir un masque non médical ou un couvre-visage pendant le voyage lorsque l’éloignement physique n’est pas possible, pour éviter de mettre la sécurité d’autrui en danger.

Il est de la responsabilité des passagers d’avoir en leur possession le couvre-visage approprié.

Qu’est-ce qu'un bon masque ?

Un masque non médical ou un couvre-visage devrait épouser confortablement les contours du visage de façon à couvrir la bouche et du nez, en étant fixé à la tête par des attaches ou des cordons formant des boucles que l’on passe derrière les oreilles. Il devrait être facile de le mettre et de l’enlever au besoin, par exemple au moment de vérifier l’identité du passager.

Bien que le port d’un masque non médical ou d’un couvre-visage ne se révèle pas utile pour protéger la personne qui le porte, il s’agit toutefois d’une mesure supplémentaire importante que tous les voyageurs peuvent prendre pour protéger ceux qui les entourent, même s’ils ne présentent aucun symptôme.

Les passagers peuvent respecter ces exigences en suivant les renseignements publiés par l’Agence de la santé publique sur la façon de porter un masque non médical ou un couvre-visage et, au besoin, d’en fabriquer à la maison.

Navires, trains et autocars

Soulignons que port d’un masque non médical ou un couvre-visage amovible est aussi exigé, désormais, dans plusieurs situations liées au transport maritimes (traversiers et de navires à passagers), au transport ferroviaire (notamment VIA Rail) et au transport routier (autocars).

Air Canada emboîte le pas

À la suite de la directive publiée aujourd'hui par Transports Canada, Air Canada a annoncé rendre obligatoire le port du couvre-visage pour ses clients et ses équipages – une mesure qu'elle recommandait déjà. Dès le 20 avril, les clients devront montrer qu'ils disposent d'un couvre-visage approprié avant de monter à bord d'un avion d'Air Canada.

AC indique que les clients peuvent apporter leur propre couvre-visage, qui peut être une écharpe ou tout autre article similaire en tissu. Au contrôle de sûreté, l'ACSTA fournira un masque approprié aux voyageurs qui n'ont pas leur propre couvre-visage.

Indicateur