Mercredi,  30 novembre 2022  12:29

Transport aérien: la forte demande aide l’industrie à composer avec «les prix exorbitants du carburant»


Transport aérien: la forte demande aide l’industrie à composer avec «les prix exorbitants du carburant»

Les données sur le trafic de passagers en septembre de l’IATA indiquent que la reprise des voyages aériens demeure vigoureuse en dépit des incertitudes économiques et géopolitiques.

En effet, le trafic total en septembre 2022 a augmenté de 57 % par rapport à septembre 2021. À l’échelle mondiale, le trafic actuel représente 73,8 % de ce qu’il était en septembre 2019.


LIRE PLUS – Le trafic aérien mondial atteint maintenant 70,8 % des niveaux d’avant la COVID, selon l’IATA  


Si on ne tient compte que du trafic intérieur, il n’était en hausse que de 6,9 % par rapport à septembre 2021, ce qui représentait 81 % du niveau de septembre 2019.

Quant au trafic international, l’augmentation sur un an a atteint 122,2 % ! Le trafic de septembre 2022 a représenté 69,9 % du niveau de septembre 2019. Tous les marchés signalent une forte croissance, l’Asie-Pacifique arrivant en tête.


Des passagers nombreux, mais déçus… et qui veulent être entendus !

Le directeur général de l'IATA, Willie Walsh, souligne que la forte demande est bénéfique puisqu'elle aide l’industrie à composer avec les prix exorbitants du carburant.

Toutefois, l’industrie doit se montrer attentive à ce que lui disent les voyageurs, enchaîne-t-il.

« Après près de trois années de complexité des voyages en raison de la pandémie, le sondage Global Passenger Survey 2022 (GPS) nous indique que les passagers désirent de la simplicité et de la commodité. C’est un message important pour les compagnies aériennes, mais aussi pour les aéroports et les gouvernements », dit-il.

Ces derniers sont responsables de plusieurs processus de facilitation qui ont déçu les passagers dans certains aéroports durant la saison d’été qui s’achève dans l’hémisphère Nord [notamment au Canada !], rappelle Willie Walsh.


Éliminer les goulots d’étranglement

« Selon le sondage GPS, la majorité des passagers souhaitent qu’on utilise les données biométriques plutôt que les passeports lors des contrôles frontaliers. Et 93 % des passagers sont favorables aux programmes de voyageurs de confiance pour accélérer les contrôles de sûreté », illustre le DG de l’IATA.

Selon lui, « la modernisation de l’expérience de facilitation va non seulement contribuer à éliminer les goulots d’étranglement, mais va aussi créer une meilleure expérience pour tous ».


Anomalie chinoise

Dans le contexte actuel où la demande de transport aérien poursuit sa reprise, la Chine représente un contre-exemple, constate l’IATA.

« L’anomalie demeure la Chine qui poursuit sa stratégie zéro COVID, maintenant les fermetures des frontières et créant une situation de montagnes russes dans son marché intérieur, avec une baisse de trafic en septembre de 46,4 % en glissement annuel », commente Willie Walsh.

Il poursuit :

« Cela contraste fortement avec le reste de la région Asie-Pacifique qui, malgré les mauvais résultats de la Chine, affiche une hausse de 464,8 % du trafic international comparativement à septembre 2021. »

Les transporteurs d’Amérique du Nord font bien

Du côté des transporteurs d’Amérique du Nord, ils ont enregistré une augmentation de trafic de 128,9 % en septembre 2022, par rapport à septembre 2021.

La capacité a augmenté de 63 % et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 24,6 points de pourcentage pour atteindre 85,4 % – le taux le plus élevé parmi toutes les régions pour un quatrième mois consécutif.






Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.



Indicateur