Sécurité des cies aériennes : malgré une baisse du nombre d’accidents, l’industrie a connu un recul en 2020


Sécurité des cies aériennes : malgré une baisse du nombre d’accidents, l’industrie a connu un recul en 2020

Le nombre total d’accidents d’avion est passé de 52 en 2019 à 38 en 2020. Le nombre total d’accidents mortels a également diminué, passant de 8 en 2019 à 5 en 2020.

Voilà qui paraît positif à première vue !

LIRE PLUS – Diminution du nombre d’accidents aériens au Canada en 2020 

Toutefois, si on tient compte de l’importante réduction du nombre de vols en 2020 (-53 %), force est de constater que l’aviation a moins bien performé au chapitre de la sécurité en 2020.

En 2020, on a ainsi dénombré 1,71 accident d’avion par million de vols. C’est davantage que la moyenne sur cinq ans (2016-2020), qui était de 1,38 accident par million de vols.

Le directeur général et chef de la direction de l’IATA, Alexandre de Juniac, fait remarquer que l’importante réduction du nombre de vols a accru l’impact de chaque accident sur le calcul des taux.

« Mais les chiffres ne mentent pas, et nous ne permettrons pas que cela devienne une tendance », enchaîne-t-il.

« Un moyen de transport sûr »

« L’aviation est un moyen de transport sûr, bien que l’industrie ait connu un recul en 2020 », insiste Alexandre de Juniac.

L’Association relève d’ailleurs que le taux d’accidents des compagnies aériennes membres de l’IATA était de 0,83 par million de vols en 2020 – ce qui a représenté une amélioration par rapport au taux moyen sur cinq ans de 0,96.

Quant au risque de mortalité, il est demeuré inchangé par rapport à la moyenne sur cinq ans de 0,13.

Prendre l’avion chaque jour durant 461 ans…

Avec un risque de mortalité de 0,13 en moyenne dans le transport aérien, une personne devrait prendre l’avion chaque jour durant 461 ans avant d’être impliquée dans un accident causant au moins un décès, indique l’IATA.

En moyenne, une personne devrait voyager par avion chaque jour durant 20 932 ans pour subir un accident fatal à 100 % des personnes à bord, ajoute l’Association.

Encore plus d’accent sur la sécurité

Ces impressionnantes statistiques n’incitent évidemment pas l’IATA à prendre la sécurité à la légère.

« Nous allons mettre encore davantage d’accent sur la sécurité en cette période de réduction des opérations, et au moment où nous reconstruirons les horaires de vols et que le monde rouvrira », assure M. de Juniac.

Le DG de l’IATA se félicite du fait qu’en 2020, pour la première fois en plus de quinze ans, il n’y a pas eu de cas de perte de contrôle en vol. Il faut savoir que depuis 2016, ce sont ces accidents qui sont à l’origine de la plus grande proportion de décès.

« L’absence de tels incidents en 2020 représente une évolution positive », note le DG de l’IATA.

Malheureusement, l’année 2021 a mal commencé à ce chapitre, selon les rapports préliminaires des enquêtes sur la perte tragique du vol SriwijayaAirSJ182

« Nous devons continuer d’apprendre et de nous améliorer », conclut Alexandre de Juniac.



Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !


Indicateur