Rachat de Transat : Air Canada fait le point


Rachat de Transat : Air Canada fait le point

Quelques heures après la surenchère du développeur et propriétaire immobilier Mach pour l'action de Transat, Air Canada fait le point sur son entente exclusive avec Transat A.T. annoncée le 16 mai dernier pour procéder au regroupement des deux sociétés.

Air Canada annonce ainsi qu'elle est en train de régler les derniers détails de son entente exécutoire en vue de l'acquisition de toutes les actions émises et en circulation de Transat A.T. et du regroupement des deux sociétés afin de créer un chef de file du marché mondial du voyage d'agrément dont le siège social est au Québec.

L'entente d'exclusivité entre Transat et Air Canada prévoit une indemnité de rupture de 15 M$ payable à ce dernier si le voyagiste venait à accepter une offre supérieure dans les 30 jours suivant l'entente. Cette période d'exclusivité se terminera vers la fin juin 2019. L'indemnité s'appliquerait évidemment si Transat se laissait tenter par l'offre présentée ce matin par le groupe que dirige Vincent Chiara.

LIRE PLUS : Surenchère pour l’achat de Transat : Vincent Chiara propose 14 $ par action

Croissance au Québec ?

Entre-temps, Air Canada fait valoir que son offre d'acquisition de Transat entraînera « une création d'emplois et une croissance économique au Québec, compte tenu des occasions d'affaires liées au voyage et au tourisme ». La société souligne aussi disposer de tous les fonds nécessaires pour réaliser la transaction.

Le transporteur à la feuille d'érable insiste sur ce point : son offre n'est assujettie à aucune condition de financement et n'a pas besoin de l'aide du gouvernement ou des contribuables. Cela s'inscrit dans la démarche privilégiée par le premier ministre François Legault, qui souhaite éviter l'octroi d'une aide financière gouvernementale. Pour sa part, l'offre de Mach est conditionnelle (notamment) à une aide financière d'environ 120 M$ du Gouvernement du Québec.

Par ailleurs, la mise au point d'Air Canada ne spécifie pas si tous les emplois actuels seront maintenus au Québec. En contrepartie, dans son offre, Mach indique que le siège social, l'équipe de la haute direction et le centre décisionnel de la Société seraient réellement basés à Montréal et qu'aucune mise à pied des employés actuels de Transat et/ou de ses filiales n'aurait lieu à la suite de la transaction.

Aucune confirmation

Air Canada précise que la transaction, évaluée à 520 M$, demeure assujettie à la conclusion des ententes définitives, aux compléments de vérification diligente, à l'approbation des organismes de réglementation et des actionnaires, ainsi qu'à d'autres conditions propres à la conclusion d'une telle transaction. 

Rien ne garantit que la transaction sera conclue de la manière décrite ni même de quelque façon que ce soit, souligne la société dans sa mise au point.

Transat ne commente pas

Du côté de Transat, on a indiqué aujourd'hui avoir pris connaissance du communiqué du Groupe Mach exprimant son intérêt de privatiser Transat. Cela dit, Transat indique ne pas avoir l'intention de faire de nouvelle annonce ou de commentaire additionnel à ce sujet.

Transat précise néanmoins que ses opérations se poursuivent dans le cours normal et n'entraînent aucun changement pour ses clients, ses fournisseurs et ses employés. En particulier, les voyageurs et clients de Transat peuvent continuer à voyager, réserver leurs vols d'avion et forfaits avec Transat comme d'habitude.




Indicateur