À Rabais réintroduit ses forfaits-maison


À Rabais réintroduit ses forfaits-maison

Sylvie Myre, présidente de Voyages À RabaisVoyages À Rabais va remettre en ligne ses «forfaits-maison».

«Nous avons conclu avec Sunwing un accord qui nous permet de commercialiser à nouveau comme des produits maison des forfaits auxquels nous avons incorporé des plus value exclusives pour les voyages au départ de Montréal et de Québec», nous déclarait Sylvie Myre, présidente de Voyages À Rabais. «Nous sommes ravis de l’ouverture d’esprit manifestée par Sunwing. Et nous sommes toujours en négociation avec d’autres tour opérateurs, car nous comptons bien élargir cette gamme de produits maisons.»

En ce qui concerne les départs de Montréal, les éléments à valeur ajoutée incorporés aux forfaits sont notamment des coupons valables pour une course de taxi de 30 $ avec les chauffeurs adhérant à l’application UBER ou encore des tarifs réduits (5 $ par jour) dans les stationnements de deux hôtels situés à proximité de l’aéroport Montréal-Trudeau : le Holiday Inn et le Clarion, sans oublier la Protection Soleil. Au début de ce mois, Sylvie Myre nous confiait que cette «Protection» lancée l’an dernier a entraîné le remboursement à une soixantaine de consommateurs. Offerte à certaines périodes de l’année, elle garantit aux clients qu’ils recevront un remboursement de l’ordre de 50% à 100% de la valeur de leur forfait s’il pleut au moins pendant 5 heures par jours durant trois jours consécutifs.

Les clients de Voyages À Rabais partant de Québec qui achètent un forfait-maison bénéficient d’autres prestations.

Rappelons qu’à la fin août, plusieurs voyagistes avaient imposé un interdit de ventes à Voyages À Rabais, en se référant à la relation «mandant/mandataire». Certains d’entre eux reprochaient à l’agence de Trois-Rivières de commercialiser leurs produits comme s’il s’agissait de forfaits-maison, sans référence à leurs marques de commerce. D’autres réagissaient surtout aux baisses de prix diluées sous la couverture «maison». Toutes ces réactions faisaient suite à des plaintes émanant, non pas du réseau de distribution traditionnel, mais d’autres grandes agences en ligne considérées comme des discounters. Les plaintes émanaient aussi bien de l’Ontario que du Québec.  Après cinq jours de Boycott, À Rabais avait recommencé à afficher sur son site tous les voyagistes sous leurs marques respectives et en se conformant aux prescriptions de la relation «mandant/mandataire».

Indicateur