Projet pilote de dépistage de la COVID à YYC : l’espoir d'un avenir meilleur ?


Projet pilote de dépistage de la COVID à YYC :  l’espoir d'un avenir meilleur ?

Le remplacement de la quarantaine obligatoire par des tests rapides de dépistage de la COVID dans tout le Canada n’est peut-être pas pour demain. Mais le projet pilote qui commencera le 2 novembre en Alberta pourrait bel et bien être étendu au reste du Canada si l’expérience s’avère concluante. Ce qui soulève l'espoir...

LIRE PLUS – Les tests rapides de dépistage remplaceraient bientôt la quarantaine obligatoire au Canada !

Ébruitée par le Toronto Sun, la nouvelle de ce projet pilote a été officiellement annoncée hier (22 octobre) lors d’une conférence de presse à l’aéroport international de Calgary (YYC).

Parmi les participants à cette conférence, le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney (virtuellement), le président de l’administration aéroportuaire de Calgary, Bob Sartor, et le président-directeur général de WestJet, Ed Sims.

Ils ont confirmé qu’à compter du 2 novembre, des tests de dépistage de la COVID-19 seront offerts à YYC (ainsi qu’au poste frontalier terrestre de Coutts, en Alberta).

L’objectif ultime : réduire l’exigence de quarantaine

Mené conjointement par le gouvernement du Canada et le gouvernement de l'Alberta, le programme pilote vise ultimement à réduire l’exigence actuelle de quarantaine de 14 jours pour les voyageurs internationaux.

Dans un premier temps, les voyageurs internationaux qui reviennent au Canada par l'aéroport international de Calgary après un vol sans escale seront invités à y participer.

Pour les voyageurs admissibles, la quarantaine ne sera requise que jusqu'à ce qu'un résultat négatif soit obtenu, ce qui pourra réduire la quarantaine de 14 jours à aussi peu que 2 jours.

Une première étape

L'aéroport international de Calgary croit que ce projet pilote est une première étape pour soutenir la reprise sûre et saine du transport aérien.

« Ces tests novateurs sont la bouée de sauvetage dont nos aéroports et nos partenaires aériens ont besoin pour instiller la confiance dans le transport aérien. […] L'annonce d'aujourd'hui apporte l'espoir d'un avenir meilleur. Une nouvelle ère de voyages est à nos portes », a déclaré Bob Sartor.

Bob Sartor, président de l’administration aéroportuaire de Calgary, et Ed Sims, PDG de WestJet.

WestJet applaudit

Partie prenante de l’expérience, WestJet applaudit aussi l’initiative.

« Je félicite et remercie le premier ministre Justin Trudeau et le premier ministre Jason Kenney d'avoir pris cette mesure importante pour offrir la tranquillité d'esprit aux voyageurs », a déclaré Ed Sims.

L’accueil de WestJet est d’autant plus favorable que son siège et sa plus grande plaque tournante se situent à Calgary.

« Nos invités résidant dans la province seront les premiers à vivre cet essai important comme solution de rechange à une quarantaine de 14 jours », a ajouté M. Sims, en rappelant que WestJet a toujours préconisé « une approche scientifique fondée sur de multiples couches de tests pour aider à réduire les exigences de quarantaine en toute sécurité ».

WestJet a profité de l’occasion pour rappeler qu’elle a transporté en toute sécurité plus de 1 million d'invités sur plus de 25 000 vols depuis mars – « et aucun cas de transmission à bord n'a été déclaré. »

Air Canada salue « l'initiative albertaine »

Par voie de communiqué, Air Canada a aussi salué l'initiative albertaine visant à assouplir l'exigence de quarantaine de 14 jours. La société affirme avoir a agi à titre de précurseur pour préconiser l'utilisation de tests rapides de dépistage afin de protéger ses clients et ses employés.

« Plus tôt cette année, Air Canada s'est associée à McMaster HealthLabs (MHL) et à l'Autorité aéroportuaire du Grand Toronto pour effectuer une étude portant sur le dépistage qui continue de donner des résultats positifs, démontrant ainsi la validité du dépistage comme manière d'assouplir les exigences en matière de restrictions de voyages et de quarantaine. »

Depuis le début de l'étude à YYZ (le 3 septembre dernier), MHL a mené près de 28 000 tests de dépistage volontaire de voyageurs qui arrivent au pays. Comme le montraient les résultats provisoires, plus de 99 % des participants ont obtenu un résultat négatif à la suite de leur test de dépistage de la COVID-19, alors que moins de 1 % ont reçu un résultat positif.

Selon Calin Rovinescu, président et chef de la direction d'Air Canada, les résultats de l'étude de MHL à Toronto-Pearson ont joué un rôle crucial pour faire comprendre au gouvernement fédéral et aux agences de santé publique le bien-fondé d'ajouter l'assouplissement des mesures de quarantaine à cette nouvelle initiative de dépistage.

« Nous savons que les Canadiens s'attendent à ce que le riche ensemble de données provenant des résultats de ces tests mène à un assouplissement immédiat des exigences du gouvernement fédéral en matière de quarantaine, ce qui permettra aux familles de se retrouver et à l'économie de reprendre », dit-il.

Il ajoute :

« Nos sondages auprès des clients montrent clairement que les Canadiens préfèrent des solutions de rechange sécuritaires et ayant des assises scientifiques aux exigences de quarantaine générales. »

Autres bravos...

Le Conseil national des lignes aériennes du Canada (Air Canada, Air Transat, Jazz Aviation LP et WestJet) s’est également dit heureux de l’annonce.

« Nous avons plaidé pour l’adoption de régimes et de protocoles d’essai comme une étape essentielle pour protéger la santé des Canadiens tout en permettant à l’aviation de progresser et de fournir la connectivité et les vols nécessaires pour soutenir la reprise économique du Canada »

Du même souffle, le CNLA demande instamment au gouvernement fédéral de s’engager le plus rapidement possible avec les autres aéroports du Canada et les gouvernements provinciaux respectifs, afin de réduire les exigences de quarantaine – « en particulier dans un contexte où des données sur l’efficacité des tests sont déjà disponibles au Canada et dans le monde ».

Jerry Dias, président national d'Unifor s’est réjoui d'« un bon pas en avant pour sauver notre secteur de l’aviation ».

« Les essais actuels montrant que les quarantaines de 14 jours sont plus longues que nécessaire; il n'était pas du tout logique que le Canada ait des exigences différentes de celles de nombreux autres pays. […] Le Canada doit penser de manière nationale et stratégique pour que notre secteur de l'aviation puisse sortir de l'ère de la COVID-19 et être compétitif et participer une fois de plus à la prospérité du pays. »

Pour sa part, le ministre des Transports, Marc Garneau, a vanté sur Twitter « un bel exemple de notre collaboration » entre Santé Canada, l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC),  l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), les gouvernements provinciaux et territoriaux, ainsi qu’avec l’industrie des transports – « afin de réduire le risque de transmission tout en établissant de nouvelles mesures de sécurité pour les voyageurs ».

Indicateur