Près de 6 G$ pour aider AC; les voyageurs seront remboursés; les agents ne devront pas rendre leurs commissions


Près de 6 G$ pour aider AC; les voyageurs seront remboursés; les agents ne devront pas rendre leurs commissions
Omar Alghabra et Chrystia Freeland.

Pour « aider Air Canada à survivre au ralentissement économique actuel », le gouvernement du Canada a annoncé hier (12 avril) un soutien financier à la compagnie, sous forme de prêts remboursables et d’une participation au capital.

Cette entente donnera accès à Air Canada à des liquidités maximales de près de 6 G$ (5,879 G$) par l'intermédiaire du Crédit d'urgence pour les grands employeurs (CUGE).

En conférence de presse, la vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland, et le ministre des Transports, Omar Alghabra, se sont félicités d’« un accord gagnant pour le gouvernement », concluant des « discussions assez difficiles et compliquées »…

« C’est une bonne entente pour le Canada. Et c’est une bonne entente pour les Canadiens aussi », a déclaré Mme Freeland.

Cette annonce était pour le moins attendue : le Canada était, en effet, le seul pays du G7 à ne pas avoir offert une aide spécifique à son industrie aérienne.

Le ministre Alghabra a toutefois rappelé que les transporteurs avaient déjà reçu l’équivalent de 2 G$, grâce à d’autres formes d’aide, comme la subvention salariale.

Et les autres transporteurs ?

L’aide annoncée hier ne concerne qu’Air Canada, mais le gouvernement a souligné que des négociations se poursuivent avec d’autres transporteurs canadiens pour déterminer le soutien financier qu’ils pourraient recevoir – notamment WestJet, avec qui des « discussions constructives » sont en cours.

Chaque entente sera différente, puisque les entreprises ont des caractéristiques et des besoins différents. Mais toutes seront soumises à des conditions strictes – notamment, que la compagnie aérienne rembourse les passagers pour des annulations liées à la pandémie.

Cette condition avait déjà été annoncée par l’ex-ministre des Transports, Marc Garneau, l’automne dernier.

LIRE PLUS – Air Canada ne reprendra pas la commission des agences 

Remboursement des voyageurs

De fait, les modalités de l'entente convenue avec Air Canada incluent l’exigence du remboursement des passagers qui en font la demande pour certaines annulations liées à la pandémie faites par le transporteur.

Air Canada s'est engagée à fournir un remboursement à ses clients dès que possible, c'est-à-dire à compter du 30 avril 2021, au plus tard.

En fait, dès aujourd’hui (13 avril), Air Canada offre le choix d'un remboursement selon le mode de paiement initial aux clients admissibles qui ont acheté des billets non remboursables pour un voyage commençant au plus tôt en février 2020, mais qui n'ont pas voyagé en raison de la COVID-19.

Les agents conservent leur commission !

La bonne nouvelle pour les agents de voyages, c’est que – s’ils peuvent participer au traitement des remboursements de billets qu'ils ont vendus –, ils ne seront pas tenus de rembourser leur commission à Air Canada.

« En appui à ses agences de voyages partenaires, Air Canada ne reprendra pas la commission de vente que celles-ci ont touchée quant aux billets remboursés », a confirmé Air Canada par voie de communiqué.

Rappelons que la perspective d’un rappel de commissions semait une grande inquiétude au sein du réseau de distribution et faisait l’objet des principales revendications des associations de l’industrie.

Remboursement des crédits : une aide de 1,4 G$ pour TOUTES les cies

À noter : le gouvernement du Canada se dit déjà prêt à aider toutes les compagnies aériennes à rembourser les bons de voyage (crédits-voyage) de leurs clients – et non seulement Air Canada.

C’est avec une facilité de crédit d’un maximum de 1,4 G$ que la CFUEC (Corporation de financement d'urgence d'entreprises du Canada) aidera les compagnies à verser les remboursements aux consommateurs.

Les compagnies auront ensuite sept ans pour rembourser l’aide ayant servi au remboursement des voyageurs.



Redémarrage de services intérieurs suspendus

Outre le remboursement des voyageurs, Air Canada a dû s’engager à respecter d’autres importantes conditions pour pouvoir bénéficier du soutien financier fédéral.

Ainsi, l’entente prévoit le redémarrage des services aux aéroports suspendus temporairement par Air Canada. Le service reprendra donc au plus tard le 1er juin 2021 aux aéroports suspendus suivants : Bathurst, Comox, Fredericton, Gander, Goose Bay, Kamloops, North Bay, Penticton, Prince Rupert, Saint John, Sandspit, Sydney et Yellowknife.

Pour les sept aéroports où Air Canada avait annulé le service de façon permanente, la compagnie aérienne tentera de conclure des accords intercompagnies avec d'autres transporteurs aériens.

Protection des emplois et rémunération des cadres

Air Canada s'est aussi engagée à maintenir ses niveaux d'emplois actuels afin de respecter les conventions collectives et de protéger le régime de retraite des travailleurs. À l'heure actuelle, Air Canada compte 14 859 employés canadiens actifs.

L’entente comporte aussi des restrictions sur certaines dépenses et des restrictions s'appliquant aux dividendes, aux rachats d'actions et à la rémunération des hauts dirigeants. Celle-ci est plafonnée à 1 M$.

Soutien de l'industrie aérospatiale canadienne

Par ailleurs, l’entente oblige Air Canada à continuer d'être « un client essentiel de l'industrie aérospatiale canadienne » en effectuant les achats d'aéronefs qu'elle avait prévus dans son plan d'affaires – ce qui comprend 33 appareils A220 d'Airbus construits aux installations d'Airbus situées à Mirabel, au Québec.

« Nous serons prêts »

Michael Rousseau, président et chef de la direction d'Air Canada, s’est réjoui de l’entente convenue avec le gouvernement du Canada, affirmant qu’elle plusieurs objectifs convergents, comme :

« … procurer à Air Canada un niveau de protection important, mieux résoudre le remboursement aux clients de billets non remboursables, maintenir nos effectifs et revenir sur les marchés régionaux », énumère-t-il.

Mais le plus important, selon lui, c’est que le programme procure les liquidités supplémentaires dont Air Canada pourra avoir besoin pour se rebâtir et pour continuer à contribuer à l'économie canadienne durant la reprise et à long terme.

« À l'heure où la campagne de vaccination s'accélère, nous continuons de travailler avec le gouvernement du Canada à l'évolution de mesures de dépistage et d'atténuation de la quarantaine sûres et fondées sur des données scientifiques dans l'optique de relancer notre secteur en toute sécurité. »


« Nous savons que les Canadiens sont impatients de retrouver leurs amis et leur famille, de prendre ces vacances tant attendues et d'entamer enfin ces voyages d'affaires. Nous serons prêts à assurer leurs déplacements de façon sécuritaire au pays comme à l'étranger », conclut Michael Rousseau.



Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !


Indicateur