Pas de reprise avant le 2e trimestre de 2021 ? ADM contrainte à « des choix crève-cœur »


Pas de reprise avant le 2e trimestre de 2021 ? ADM contrainte à « des choix crève-cœur »
Philippe Rainville, président-directeur général d'ADM Aéroports de Montréal.

COVID oblige : ADM Aéroports de Montréal est dans l’obligation de suspendre tous les projets de construction sur les sites aéroportuaires (sauf les travaux d’urgence). Pour maintenir ses opérations, l’administration aéroportuaire doit en outre réduire ses effectifs de 30 %.

LIRE PLUS - Nouvelles mesures sanitaires à YUL : voici comment ça va se passer

ADM explique devoir « prendre des décisions difficiles [en raison de] la fermeture des frontières aériennes du Canada qui perdure depuis près de six mois [et compte tenu de] l'absence d'aide gouvernementale spécifique pour un secteur d'activité qui ne se relèvera pas d'ici plusieurs années selon tous les experts internationaux ».

ADM souligne que la baisse du trafic de passager de 14,5 millions (-71%) comparativement à 2019 mènera à des pertes de revenus d'environ 500 M$ par rapport au niveau anticipé pour l'année en cours.

Le pire des scénarios

« Le report des dates d'ouverture des frontières canadiennes et le maintien de la quarantaine obligatoire nous laissent croire qu'il n'y aura pas de reprise du trafic aérien avant le deuxième trimestre de l'année 2021 », explique Philippe Rainville, président-directeur général d'ADM.

Cette situation met évidemment une pression financière énorme sur l’organisation. 

« Nos revenus quasi inexistants nous obligent à faire des choix crève-cœur que nous avons tenté de repousser le plus longtemps possible. Aujourd'hui, nous devons dire adieu à une partie de notre équipe gagnante, qui a permis aux sites de YUL et YMX de connaître un essor phénoménal », se désole Philippe Rainville.

Alors qu’ADM comptait 600 employés au sein de ses rangs au début de la crise, ce nombre passe donc à 428. ADM explique que la Subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC) fut salutaire au cours des derniers mois, mais que les changements substantiels annoncés récemment à ses modalités ne lui permettent plus d’y souscrire dans les mêmes proportions.

Inquiétudes pour la station du REM

Quant aux projets de construction, ils seront limités au minimum vital et sécuritaire. Tous ceux qui ne visent pas la protection de l'intégrité des actifs seront mis à l'arrêt.

Ainsi, le projet de construction de la très attendue station du REM à YUL se poursuivra uniquement en mode planification.

« Dans l'éventualité où nous devrions suspendre sa construction, ce serait une occasion ratée d'un projet longuement attendu de lier efficacement notre aéroport international à sa ville grâce à une infrastructure verte et moderne », s’inquiète Philippe Rainville.

Néanmoins, ADM est en discussions avec les ordres de gouvernement pour un prêt adapté à la situation actuelle, lequel pourrait permettre la poursuite des travaux.

Notons que le resserrement budgétaire annoncé par ADM fait suite aux nombreuses mesures de rationalisation déjà adoptées au printemps, notamment un gel des embauches, l'annulation des hausses salariales, la fermeture temporaire de certaines zones de l'aérogare et la fermeture d'une piste à YUL.

Indicateur