Oui aux vaccins. Non à ce qu’ils soient obligatoires pour voyager !


Oui aux vaccins. Non à ce qu’ils soient obligatoires pour voyager !

Certes, les vaccins aideront à long terme. Mais ils ne doivent pas être une obligation pour voyager. Les voyages internationaux peuvent d’ores et déjà redémarrer en toute sécurité, grâce à une combinaison de régimes de test efficaces et de protocoles d’hygiène robustes.

LIRE PLUS – Les agents de bord du Canada devraient-ils être vaccinés en priorité contre la COVID-19 ? 

Telle est, du moins, la position défendue par le World Travel & Tourism Council (WTTC) et d’autres instances de l’industrie du voyage, comme le Conseil international des aéroports (ACI), le Forum économique mondial (WEF) et la Chambre de commerce internationale (ICC).

Les quatre organisations unissent leurs forces pour appeler à la restauration immédiate des voyages internationaux en utilisant des processus éprouvés, et sans attendre ni exiger de vaccinations.

Bien sûr, le WTTC se félicite du récent déploiement des vaccins et se dit convaincu qu’ils joueront un rôle majeur, à long terme, dans la lutte contre le coronavirus et la restauration des voyages internationaux.

Néanmoins, ils ne doivent pas être une obligation de voyager, car cela retardera davantage la relance du secteur déjà en difficulté du voyage et du tourisme.

« Le tourisme ne peut tout simplement pas attendre »

« Il faudra un temps considérable pour vacciner le monde et pour que les vaccins aient un effet significatif sur la population mondiale, et le secteur mondial des voyages et du tourisme ne peut tout simplement pas attendre », explique Gloria Guevara, présidente et chef de la direction du WTTC.

Selon le WTTC, le secteur du voyage et du tourisme doit redémarrer maintenant, des millions d’emplois étant en jeu. Une étude récente du WTTC a démontré que 174 millions d’emplois dans le monde du voyage et du tourisme sont désormais menacés.

« La vaccination ne doit pas être une exigence pour voyager, mais doit coexister avec les régimes de test et être considérée comme une amélioration progressive des voyages déjà sûrs », souligne Gloria Guevara.

Gloria Guevara, PDG du WTTC.

Quatre mesures clés

En collaboration avec l’ACI, le WEF et l’ICC, le WTTC a identifié quatre mesures clés qui doivent être mises en œuvre pour rétablir les voyages internationaux en toute sécurité :

  • des régimes de test mondialement reconnus avant le départ;
  • des protocoles communs de santé et d’hygiène alignés sur les normes établies à l’échelle mondiale définies par l’OACI (et sur les protocoles WTTC Safe Travels);
  • un régime de gestion des risques (et non pas d’évitement des risques, comme dans les quarantaines qui écrasent les voyages d’affaires et de loisirs);
  • des laissez-passer de voyage cohérents et reconnus au niveau international – comme les CommonPass, AOK Pass et IATA Travel Pass... (Le WTTC s’oppose toutefois à l’introduction de « passeports de santé », estimant que ceux-ci pourraient également retarder la reprise.)

« Les gouvernements doivent maintenant faire preuve de leadership en ouvrant des couloirs de voyage bilatéraux sur les principales routes internationales avec des pays qui appliquent les mêmes processus robustes de gestion des risques », conclut Gloria Guevara.




Photo : Daniel Schludi / Unsplash


Vaccination : l’IATA redemande que les travailleurs de l’aviation soient priorisés

Hier (15 décembre), l’Association du transport aérien international (IATA) a de nouveau exhorté les gouvernements à considérer les travailleurs de l’aviation comme des travailleurs essentiels devant être priorisés dans le cadre de la campagne de vaccination contre la COVID-19 qui s’amorce.

Selon l’IATA, la vaccination des travailleurs de l’aviation ne devrait toutefois survenir qu’une fois que les travailleurs de la santé et les groupes vulnérables auront été protégés.

Nous ne demandons pas que les travailleurs de l’aviation soient en tête de la liste, mais que les gouvernements s’assurent que les travailleurs du transport soient considérés comme essentiels lorsque les plans de déploiement de la vaccination seront mis au point », a déclaré Alexandre de Juniac.

Le directeur général et chef de la direction de l’IATA fait valoir que l’appel de l’Association est conforme à la feuille de route proposée par le Groupe stratégique consultatif d'experts (SAGE) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon le SAGE, les travailleurs du transport comptent parmi les secteurs essentiels autres que la santé et l’éducation, au même titre que la police, par exemple.

À cet égard, l’IATA rappelle que transport aérien jouera un rôle vital en assurant la prompte distribution des médicaments, des tests, des équipements de protection et éventuellement, des vaccins partout dans le monde.



Indicateur