Vendredi,  22 janvier 2021  8:04

Un nouveau ministre des Transports alors que « l’aviation est en crise »


Un nouveau ministre des Transports alors que « l’aviation est en crise »
Omar Alghabra

Marc Garneau ayant été désigné comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la faveur d’un remaniement ministériel, c’est le député de Mississauga-Centre, Omar Alghabra, qui lui succède comme ministre des Transports du Canada.

C’est donc à ce proche du premier ministre, ingénieur mécanique de formation, qu’il reviendra d’annoncer d’importantes décisions dans le secteur aérien, comme l’aide très attendue par les transporteurs aériens ainsi que l’approbation (ou non) de la transaction entre Air Canada et Transat.  

Avant d’être nommé aux Transports, Omar Alghabra agissait comme secrétaire parlementaire du premier ministre (renouvellement de la fonction publique) et de la vice-première ministre.

Sa biographie le présente comme un activiste communautaire de longue date qui se passionne pour le travail au sein d’organismes locaux et qui a publié de nombreux articles dans le Toronto Star le Huffington Post.

« Parmi ses nombreuses activités, M. Alghabra a travaillé inlassablement à soutenir les initiatives visant à aider les nouveaux Canadiens à s’intégrer sur les plans social et économique », précise-t-on.

Tandis que « l’aviation est en crise »…

Le Conseil national des lignes aériennes du Canada (qui représente Air Canada, Air Transat, Jazz Aviation et WestJet) a souhaité la bienvenue au ministre Alghabra dans son nouveau portefeuille – « alors qu’il assume ce rôle à un moment critique pour notre industrie ».

« Les décisions prises par le gouvernement fédéral dans les semaines et les mois à venir auront un impact direct et fort sur l’avenir de l’aviation canadienne, l’avenir de nos employés et l’avenir des communautés que nous servons », déclare Mike McNaney, PDG du CNLA.

L’aviation est en crise, insiste M. McNaney :

« Les principales compagnies aériennes du Canada fonctionnent toujours sans aide sectorielle et perdent donc des parts de marché au profit de concurrents étrangers qui ont bénéficié d’un soutien sectoriel important de la part de leurs gouvernements. »

Les circonstances sont dramatiques :

« La réalité est que des dizaines de milliers d’employés de l’aviation ont perdu leur emploi, que des milliards de dollars d’avions sont stationnés et hors service, et que la capacité du marché a été réduite de plus de 80 % alors que les transporteurs s’efforcent de fournir un certain niveau de service tout en maintenant leur viabilité financière. »

Néanmoins, les membres du CNLA se disent déterminés à travailler avec le ministre Alghabra pour un redémarrage continu et sûr de l’aviation.

Ils souhaitent cependant le faire en s’appuyant « sur les mesures prises par les pays du monde entier, en particulier l’utilisation d’une stratégie de test COVID-19 robuste liée à des mesures de quarantaine et de contrôle aux frontières ».

Indicateur