Transaction Transat-AC : «Le Canada est fermé à la concurrence», réagit WestJet; «Vers un duopole au Canada», craint le Bloc québécois


Transaction Transat-AC : «Le Canada est fermé à la concurrence», réagit WestJet; «Vers un duopole au Canada», craint le Bloc québécois
Ed Sims, président-directeur général de WestJet.

WestJet réagit mal à l’approbation par le gouvernement du Canada de la prise de contrôle de Transat par Air Canada – « sans recours importants ».

LIRE PLUS – Ottawa approuve l’acquisition proposée de Transat par Air Canada 

Par voie de communiqué, WestJet affirme que « le Canada est fermé à la concurrence » et déplore que « le gouvernement ne [tienne] pas compte des conseils de son propre Bureau de la concurrence ».

« Cette décision témoigne d'un mépris flagrant pour tous les Canadiens qui croient en une saine concurrence. Lorsque les Canadiens chercheront de nouveau à explorer le monde et à retrouver leur famille et leurs amis, ils devront faire face à moins de choix et à des tarifs plus élevés », a déclaré Ed Sims, président-directeur général de WestJet.

« Les Canadiens devraient être profondément déçus »

WestJet rappelle que le Bureau de la concurrence du gouvernement a déclaré ce qui suit au sujet de l'achat proposé :

« L’élimination de la rivalité entre ces compagnies aériennes se traduirait par une augmentation des prix, une diminution des choix et des services, et une réduction importante des déplacements des Canadiens sur diverses routes où leurs réseaux existants se chevauchent. »

Selon Ed Sims, il est difficile d'imaginer une entente aussi anticoncurrentielle au sein d'une industrie où le joueur numéro un achète le joueur numéro trois sans recours importants.

« Il s'agit d'un sérieux recul pour l'économie canadienne. Le Bureau de la concurrence lui-même a décrit ces mesures de recours superficielles comme inadéquates. Les Canadiens devraient être profondément déçus. »

Soulignons que les critiques de WestJet quant à l’approbation par Ottawa de la prise de contrôle de Transat par Air Canada surviennent, paradoxalement, alors que plusieurs soupçonnent la compagnie d’être elle-même ce mystérieux acheteur anonyme qui aurait fait une offre de rachat de Sunwing…

LIRE PLUS – Malgré le okay d'Ottawa à l’achat de Transat par AC, l’affaire n’est pas dans le sac ! 


« Vers un duopole au Canada », dénonce le Bloc québécois


Le Bloc québécois énonce explicitement ce soupçon dans le communiqué qu’il a diffusé aujourd’hui… pour critiquer l’accord d’Ottawa à l’acquisition de Transat par Air Canada !

« Avec l’acquisition, selon les données du Bureau de la concurrence, Air Canada détiendrait désormais 60 % de la capacité Canada-Europe et 45 % vers les destinations soleil, mais la situation pourrait bientôt être pire. Le Bloc Québécois rappelle qu’une offre d’achat a aussi été déposée pour Sunwing. Cette offre aurait vraisemblablement été faite par WestJet. »

Le député Xavier BarsalouDuval, porte‑parole du Bloc Québécois en matière de Transports, craint que la décision du ministre des Transports soit un prélude « vers un duopole au Canada » !

« La décision du ministre crée un dangereux précédent qui ouvre la voie à encore plus de concentration. Comment le ministre Alghabra pourrait-il refuser l’achat de Sunwing par WestJet après avoir autorisé la vente d’Air Transat à Air Canada ? »

Il insiste : 

« Finalement, on passerait de quatre transporteurs à un duopole qui détiendrait 95 % des parts de marché vers les destinations soleil. La conséquence pour les consommateurs sera inévitablement des prix plus élevés ».

Ottawa a négligé « l’offre rivale », selon le Bloc

Évoquant l'offre présentée par une société d'investissement de Pierre-Karl Péladeau, le porte‑parole bloquiste dénonce à nouveau le fait que le gouvernement du Canada ait ignoré cette « offre rivale à celle d’Air Canada ».

« En ignorant l’offre rivale à celle d’Air Canada, Omar Alghabra a agi comme s’il n’y avait pas d’autre acquéreur pour Air Transat, sacrifiant à la fois la concurrence et un fleuron québécois », dit-il.

M. Barsalou‑Duval note que « la crise de la COVID‑19 est temporaire, mais la disparition d’Air Transat, elle, sera permanente ».

« Par son inaction totale depuis un an, le gouvernement canadien n’a fait qu’exacerber les difficultés financières des transporteurs aériens. Le gouvernement aurait pu aider le secteur aérien et ne l’a pas fait. Il a préféré laisser Air Canada acheter Air Transat pour une bouchée de pain, et ce, à l’encontre de l’avis du Bureau de la concurrence », conclut-il.


LIRE PLUS – Vente de Transat à Air Canada : « Il existe une alternative à cette folie », affirme le Bloc Québécois 

LIRE PLUS – Proposition non sollicitée de PKP : Transat remet les pendules à l’heure 

LIRE PLUS – WestJet demande à Ottawa de rejeter l’entente entre Air Canada et Transat   

LIRE PLUS – Les actionnaires de Transat votent à 91 % en faveur du plan d'arrangement révisé avec Air Canada 

LIRE PLUS – Vote des actionnaires : «Nous sommes satisfaits», déclare Jean-Marc Eustache 

LIRE PLUS – L’acquisition de Transat par Air Canada inquiète le Bureau de la concurrence


Indicateur