Vendredi,  3 février 2023  18:45

OACI: nouvelles recommandations sur la gestion du risque COVID pour les voyages aériens


OACI: nouvelles recommandations sur la gestion du risque COVID pour les voyages aériens

L'OACI (Organisation de l'aviation civile internationale) vient de publier des recommandations renforcées à l'intention des pays sur la gestion des risques et l'introduction d'exigences nationales relatives au COVID-19 pour les voyages aériens.

LIRE PLUS – Le «Rapport 2022 sur la sécurité de l’OACI»: des résultats très positifs 


Maintenir la connectivité aérienne tout en atténuant les risques

Publiées dans un nouveau bulletin de l'OACI dans le cadre du programme CAPSCA, ces recommandations visent à aider les pays à maintenir la connectivité aérienne tout en prenant des mesures prudentes et fondées sur des données probantes pour atténuer les risques actuels de transmission du virus de la COVID.

« Ce nouveau bulletin de l'OACI souligne clairement qu'à mesure que de plus en plus d'États lèvent leurs restrictions transfrontalières liées au COVID-19 pour les voyageurs aériens, il est important, pour accroître la connectivité du transport aérien et améliorer la facilitation partout dans le monde, que les restrictions liées à une pandémie ne soient introduites et maintenues que sur la base d'une gestion des risques fondée sur des données probantes, et qu’elles soient conformes aux recommandations et orientations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l'OACI », souligne Juan Carlos Salazar, secrétaire général de l'OACI.

Il ajoute :

« Cette approche contribue à améliorer les voyages, le tourisme, le commerce et les économies. »

AVANT d’implanter des mesures

Les recommandations de la CAPSCA commencent par les principes dont les pays devraient tenir compte AVANT d’implanter des exigences en matière de transport aérien et d’autres mesures d'atténuation connexes.

« On note dans ce bulletin la nécessité de procéder à des évaluations régulières et approfondies des risques, fondées sur des données probantes et des indicateurs comparables, en plus d'évaluer les ressources de santé publique applicables dans les États de départ et de destination, d'assurer une bonne communication entre les diverses parties prenantes concernées, et de trouver un équilibre entre le risque pour la santé publique et la nécessité de poursuivre les services », indique Salvatore Sciacchitano, président du Conseil de l'OACI.

Il poursuit :

« Toutes ces priorités ont été mises en évidence par les recommandations CART du Conseil de l'OACI, qui ont aidé l'aviation à se remettre de la pandémie. Et les principes restent tout aussi pertinents aujourd'hui alors que nous sommes confrontés à ces nouveaux variants. »

Des recommandations supplémentaires sont fournies sur la manière dont les pays peuvent atténuer les risques liés à la COVID-19 dans l'aviation, notamment par une vaccination mondiale accrue.


Également dans le guide

Le guide passe également en revue les variants actuels de la COVID-19 qui circulent dans le monde.

Il fournit des suggestions sur le maintien de frontières ouvertes et la reconnaissance des équipages aériens et autres professionnels de l'aviation civile en tant que travailleurs essentiels.

Par ailleurs, il explore les considérations à évaluer par les pays lorsqu'ils décident de mettre en œuvre des stratégies de test…

Les divers facteurs mentionnés dans les recommandations comprennent notamment :

  • la grande variation géographique actuelle des variants du virus de la COVID en circulation et des niveaux de vaccination,
  • les autres agents pathogènes respiratoires présentant des risques,
  • l'évolution du nombre de cas et de décès liés au COVID-19 pays par pays,
  • et les capacités des systèmes de santé publique à gérer les nouvelles épidémies de COVID en plus de leur charge de travail habituelle.

« Notre travail dans le cadre de la collaboration CAPSCA bénéficie du soutien important et étroit de l'OMS, et ces recommandations ont tenu compte des nombreux facteurs que les gouvernements nationaux doivent désormais prendre en considération en termes de mesures sanitaires relatives au transport aérien », conclut Juan Carlos Salazar.

 




Pour toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX. Suivez-nous sur FacebookLinkedIn et Twitter.



Indicateur