Nouvelle exigence de tests pré-départ des É.-U. : l’IATA applaudit; l’ASTA mitigée


Nouvelle exigence de tests pré-départ des É.-U. : l’IATA applaudit; l’ASTA mitigée
Source : IATA

L’IATA (International Air Transport Association) accueille favorablement l’annonce des CDC (Centers for Disease Control and Prevention) des États-Unis en vertu de laquelle, à compter du 26 janvier, tous les voyageurs se rendant aux États-Unis devront présenter une preuve de test négatif à la COVID-19 réalisé dans les trois jours précédant le vol.

LIRE PLUS – Tous les voyageurs aériens arrivant aux É.-U. devront fournir un test négatif de dépistage de la COVID-19 

Pour donner confiance aux gouvernements

« Des tests systématiques avant le départ sont essentiels pour donner aux gouvernements la confiance nécessaire pour rouvrir les marchés sans quarantaine », explique Douglas Lavin, vice-président, Relations avec les membres et Relations extérieures, Amérique du Nord, l’IATA.

Selon lui, les tests permettront de s’assurer qu’aux niveaux actuels d’infection, l’aviation ne deviendra pas un vecteur significatif de nouvelles transmissions aux États-Unis.

« De plus, les sondages auprès des voyageurs de l’IATA montrent que les passagers appuient fortement les tests et qu’ils sont prêts à les subir », ajoute M. Lavin.

L’IATA se dit aussi encouragée par la souplesse dont font preuve les CDC en acceptant les tests d’antigène et de PCR, et en permettant aux passagers qui ont déjà eu la COVID-19 de démontrer qu’ils sont immunisés.

« Au fur et à mesure que l’efficacité des tests est confirmée, nous devons passer rapidement aux prochaines étapes, soit lever les restrictions de voyage qui empêchent les voyages à partir de l’Europe et d’autres marchés clés, et supprimer les exigences de quarantaine imposées par des États et administrations locales aux États-Unis », a déclaré M. Lavin.

LIRE PLUS – L’IATA mise sur une carte-voyage pour la réouverture sécuritaire des frontières 

L’IATA profite de l’occasion pour rappeler être en train d’élaborer sa IATA Travel Pass, une application mobile devant permettre de gérer les flux d’information à propos des tests de dépistage, des vaccins , l’immunité, etc. L’Association appelle le gouvernement américain à autoriser le partage de ces informations par le biais de sa IATA Travel Pass.

L’ASTA plus circonspecte…

Comparée à l’enthousiasme de l’IATA, la réaction de l’ASTA (American Society of Travel Advisors) est nettement plus mitigée.

Certes, l’ASTA dit appuyer un régime de dépistage précis et rapide pour les voyageurs aériens, au lieu des mises en quarantaine obligatoires et des interdictions de voyager.

L’Association prévient toutefois que, ne serait-ce qu’en raison du délai entre le test et le vol, de la période d’incubation et des faux positifs, la nouvelle exigence des CDC ne suffira pas à arrêter la propagation du virus. À cet égard, l’ASTA mise davantage sur le vaccin, sur les tests faits aux É.-U. et sur le port du masque obligatoire dans tous les lieux publics.

LIRE PLUS – L’ASTA appelle à une révision du calendrier du paiement des commissions 

Crise logistique redoutée

Surtout, l’ASTA s’inquiète de ce que la nouvelle exigence créer une crise logistique – une préoccupation qui trouvera facilement des échos au Canada.

« Lorsque les voyageurs seront bloqués parce qu’ils ne sont pas en mesure d’obtenir un test à temps pour le départ, cela déclenchera un effet domino dans toute la chaîne… Le doute quant à la possibilité de se procurer un test et la possibilité d’être bloqué provoquera une incertitude qui incitera de nombreux voyageurs de reporter les plans », observe le président de l’ASTA, Zane Kerby.

Selon lui, les CDC devraient à tout le moins publier une liste de destinations exemptées afin que les conseillers en voyages et les consommateurs puissent prendre des décisions éclairées.

« Exiger des tests de dépistage du virus lorsque l’infrastructure mondiale nécessaire pour effectuer ces tests n’existe pas imposera des contraintes supplémentaires à l’économie des voyages sans régler le problème », conclut M. Kerby.

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER

Indicateur