Lundi,  28 septembre 2020  16:28

Manifestation prévue à Ottawa pour dénoncer l’inaction du gouvernement fédéral vis-à-vis de l’aviation et du tourisme


Manifestation prévue à Ottawa pour dénoncer l’inaction du gouvernement fédéral vis-à-vis de l’aviation et du tourisme

(Avec Michael Pihach)

Alors que plusieurs actions sont envisagées ces jours-ci pour sensibiliser la population et les gouvernements à la situation des personnes oeuvrant dans le secteur du tourisme-voyage, des travailleurs du secteur de l’aviation prévoient une manifestation devant le parlement d’Ottawa – le 23 septembre, de 10 h à 13 h* – pour protester contre l’inaction du gouvernement fédéral à venir en aide aux secteurs canadiens de l’aviation et du tourisme.

L’initiative émane d’un pilote d’Air Canada Express (Tony Maxit) et d’un groupe de travailleurs de l’aviation récemment créé sur Facebook : Aviation and workers made redundant in Canada by the COVID-19 crisis (Les travailleurs de l’aviation licenciés au Canada en raison de la crise de la COVID-19).

Ce groupe indépendant, qui compte plus de 9 600 membres, n’est pas affilié à l’ACTA, ni à l’AAVQ, ni à la Table ronde canadienne du voyage et du tourisme, bien que leurs objectifs se rejoignent à plusieurs égards.

« Nous sommes des professionnels de l’aviation qui veulent sauver leur industrie d’une manière sécuritaire, responsable et professionnelle. Nous suivons les règles, comme nous l’avons toujours fait, mais refusons d’être les victimes de l’inaction du gouvernement », expliquent les organisateurs.

Jusqu’à présent, quelque 800 personnes se sont montrées intéressées par la manifestation et plus de 160 ont confirmé vouloir y participer.

« Nous espérons que le gouvernement comprendra l'urgence de fournir une aide financière à l'industrie du voyage qui souffre, mais aussi d’atténuer les mesures de quarantaine imposées aux voyageurs à destination et en provenance du Canada, qui sont excessives et causent des dommages choquants à notre industrie », a déclaré à PAX l’un des membres du groupe, Marc-André Bibeau.

M. Bibeau entend aussi participer à la manifestation afin de convaincre la population que « le transport aérien est sûr à 100% grâce à toutes les mesures mises en place par les compagnies aériennes. »

Ce qui est demandé

  • Nous demandons que le gouvernement du Canada vienne en aide à l’industrie aéronautique ainsi qu’au monde du tourisme avec des aides financières directes pour les compagnies aériennes, les aéroports canadiens, ainsi que Nav-Canada.
  • Nous demandons au gouvernement qu’il adopte des règlements plus souples permettant un retour sécuritaire et responsable des passagers internationaux sans le besoin d’une quarantaine obligatoire dans le territoire canadien après un voyage à l’étranger.
  • Nous demandons au gouvernement canadien de faire passer le message suivant : il est totalement sécuritaire de voyager vers plusieurs destinations.

Ce qui n’est PAS demandé

  • Attaquer tout individu politique, parti politique ou personne publique.

À ce chapitre, les organisateurs de la manifestation expliquent que tous les partis politiques doivent être traités de la même manière puisque aucun n’a appuyé la cause de l’aviation canadienne à ce jour.

Ils disent aussi comprendre que les décideurs sont soumis à de fortes pressions contradictoires provenant de plusieurs groupes – certains demandant par exemple que les frontières restent fermées.

Bref, leur initiative se veut « un effort solidaire et cela doit rester comme cela ».

Le masque de rigueur !

Autre chose qui n’est pas souhaitée par les organisateurs :

  • S’afficher comme anti-masque, anti-vaccin, ou bien anti quoi que ce soit. « Gardons ces choses pour nos vies personnelles », disent-ils.

« Si nous nous présentons quelque part, nous porterons des masques, nous pratiquerons la distanciation sociale, nous serons polis, ordonnés et civils et, par-dessus tout, nous nous en tiendrons à faire passer notre message : sauvez l’aviation canadienne et le tourisme canadien.

Soulignons que le groupe a posé d’autres gestes auparavant, demandant notamment à ses membres d’envoyer des lettres aux décideurs.

Son initiative survient alors que, parallèlement, plusieurs autres démarches sont en cours ou en train d’être élaborées, au Québec comme ailleurs au Canada. Des initiatives ayant pris place en Europe (en France et en Belgique) semblent aussi beaucoup inspirer les acteurs locaux de l’industrie.

*Cette date doit encore être confirmée.




La manifestation à Ottawa aura peut-être lieu le 23 septembre… peut-être pas !


Une manifestation aura bientôt lieu à Ottawa pour dénoncer l’inaction du gouvernement fédéral vis-à-vis de l’aviation et du tourisme. Ça, c’est (presque) sûr.

Mais cette manifestation se déroulera-t-elle le 23 septembre, comme nous l’avons indiqué (et comme c’est indiqué sur la page Facebook des organisateurs) ? Ça, c’est moins sûr !

« Notre groupe est en train de se structurer et certains membres bien intentionnés prennent des initiatives un peu prématurées. La date du 23 septembre est bel et bien considérée, mais il reste encore beaucoup de choses à régler avant de pouvoir la couler dans le béton », indique Jean-Sébastien Guay, qui fait partie du groupe Aviation and workers made redundant in Canada by the COVID-19 crisis (Les travailleurs de l’aviation licenciés au Canada en raison de la crise de la COVID-19).

Entre autres choses, les organisateurs tiennent à peaufiner un message cohérent, qui sera bien compris et bien reçu par la population. Il leur reste aussi plusieurs éléments de la logistique – transport, sécurité, permis, etc. – à structurer.

« C’est une grosse machine. Nous tenons à ce que notre manifestation soit une belle manifestation. Nous préférerons la reporter de quelques jours, s’il le faut, plutôt que de précipiter les choses sans que la structure appropriée soit en place », explique le président d’Aero Emplois (qui précise être membre du groupe à titre personnel).

La date définitive de la manifestation sera déterminée au cours des prochains jours. PAX fera état de l’information dès qu’elle sera disponible.


Indicateur