Mach ne surenchérira pas pour Transat… et remet les pendules à l’heure !


Mach ne surenchérira pas pour Transat… et remet les pendules à l’heure !
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Bonne nouvelle pour Air Canada : le Groupe Mach confirme qu’il ne surenchérira pas pour Transat.

« Mach ne déposera pas une proposition supérieure telle que définie dans la Convention d'arrangement », affirme l’entreprise dirigée par Vincent Chiara par voie de communiqué.

LIRE PLUS : Mach renoncerait à Transat… mais les enchères ne sont pas fermées !

Dans la même déclaration, Mach souligne n’avoir jamais « retiré » sa proposition visant à acheter Transat au coût de 14 $ l’action, contrairement à ce qui a été véhiculé par certains médias.

Mach affirme qu’au contraire, c’est le conseil d'administration de Transat qui a implicitement rejeté l’offre en signant une convention d'arrangement avec Air Canada.

Mach explique que sa Proposition Amendée était assujettie à certaines conditions – dont celle que Transat ne signe pas une convention d'acquisition définitive avec Air Canada. Cette condition n'ayant pas été respectée, la proposition est simplement devenue nulle et sans effet. Mach n’a pas eu à la retirer.

Sur un ton dénotant une certaine amertume, Mach relève par ailleurs que le conseil d'administration de Transat n'a pas même daigné répondre à sa Proposition Amendée :

« … et ce, malgré que notre Proposition Amendée supérieure n'était pas conditionnelle à l'obtention d'un financement et l'expiration de la période d'exclusivité avec Air Canada le 26 juin 2019 », souligne Mach dans le communiqué.

Et maintenant ?

Il est maintenant clair que Mach ne déposera pas de nouvelle proposition. Néanmoins, il demeure théoriquement possible qu’un autre investisseur présente une offre supérieure à celle d’Air Canada d’ici à ce que les actionnaires de Transat approuvent la Convention d'arrangement (ce qu’ils seront appelés à faire au plus tard le 26 août).

LIRE PLUS : Air Canada rachète Transat

Si AC n’égalait pas cette éventuelle nouvelle offre et que le conseil de Transat acceptait cette dernière, l'estimant « dans l'intérêt de Transat [et] plus avantageuse du point de vue financier », Transat devrait verser une indemnité de rupture de 15 M$ à Air Canada.

Par ailleurs, si la proposition qui représente environ 520 M$ d’Air Canada était plutôt contrecarrée par l’opposition d’organismes de réglementation – par exemple Transports Canada ou le Bureau de la concurrence –, Air Canada pourrait devoir verser à Transat une indemnité de rupture inversée d'un maximum de 40 M$.

Indicateur