Finalement, l’IATA maintiendra sa présence à Montréal


Finalement, l’IATA maintiendra sa présence à Montréal
Nadine Girault, Willie Walsh, Stéphane Paquet et Pascale St-Onge. [Montréal International]

Il y a un peu moins d’un an, un article de PAX révélait en primeur que « l’IATA entend réduire considérablement sa présence à Montréal ».

Nous avions appris qu’« afin de réaliser des gains d'efficacité et de s'aligner sur les réalités commerciales anticipées de l'après-COVID », la prestigieuse organisation internationale prévoyait de réduire « très significativement » sa présence à Montréal, où elle a son siège social depuis 1945, pour concentrer ses activités à Genève, où elle a son siège exécutif.

LIRE PLUS – L’IATA entend réduire considérablement sa présence à Montréal  


L’IATA s’est ravisée !

Bonne nouvelle : l’IATA s’est (partiellement) ravisée. En effet, l’Association s’engage à maintenir son siège social et poursuivre sa mission à Montréal jusqu’en 2032, et ce, tout en soutenant 250 emplois de haute qualité, notamment en aviation civile, en droit, en finance et en technologies de l’information. 

(C’est cependant une cinquantaine d’emplois de moins qu’il y a un an.)


20 M$

Cette entente fait suite à l’octroi d’une contribution financière de 10 M$ de Développement économique Canada pour les régions du Québec et d’une contribution équivalente du ministère des Relations internationales et de la Francophonie, attribuée à l’IATA et distribuée sur une base annuelle par l’entremise de Montréal International.

L’entente a été signée le 13 juin dans les bureaux montréalais de l’IATA par le directeur général d’IATA, Willie Walsh, en présence de Pascale St-Onge (ministre responsable de l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec), de Nadine Girault (ministre des Relations internationales et de la Francophonie) et de Stéphane Paquet (président-directeur général de Montréal International).


Montréal, capitale mondiale de l’aviation civile

Rappelons que l’IATA représente quelque 290 compagnies aériennes qui assurent 82 % du trafic aérien mondial. Alors que Montréal aime à se présenter comme la « capitale mondiale de l’aviation civile », le départ de l’IATA aurait été un coup dur.

La confirmation de l’engagement de l’IATA envers Montréal a donc été saluée par Montréal International, l’agence de promotion économique du Grand Montréal.

« L’IATA représente un acteur important au sein de l’écosystème d’organisations internationales en aviation civile que l’on retrouve dans la métropole et qui compte notamment l’OACI, Airports Council International (ACI), la Fédération internationale des Associations de contrôleurs aériens (IFATCA) et la Fédération internationale des associations de pilotes de ligne (IFALPA). Aujourd’hui, plus d’une douzaine d’organisations dans cet écosystème unique au monde mènent quotidiennement leurs activités mondiales à partir de Montréal, faisant de la métropole canadienne un haut lieu de savoir et d’expertise dans le domaine aérien », a rappelé Montréal International.







Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur