Les transporteurs canadiens qui ont disparu depuis 1990


Les transporteurs canadiens qui ont disparu depuis 1990

Jetlines décolle sous d’excellents auspices puisque, selon le Conference Board of Canada, le contexte économique est particulièrement propice à la création d’un véritable transporteur low cost au pays. Il s’agit néanmoins du premier projet sérieux de nouvelle compagnie aérienne depuis plusieurs années. Une vingtaine de nouvelles compagnies aériennes low cost, charter ou régulières fondées après 1990 ont depuis déposé leur bilan, victime d’une mauvaise conjoncture (notamment le 11 septembre 2001 et la crise du SRAS en 2003). Nous en dressons, ci-dessous, la liste, sans toutefois tenir compte des compagnies cargo et de certains petits transporteurs régionaux qui exploitaient des avions turbopropulsés. Nous n’avons pas non plus tenu compte des diverses tentatives d’Air Canada dans le créneau des vols à bas tarifs comme Tango, Zip ou Jetz.

Royal Aviation : 1991 à 2001

(Cette compagnie charter, fondée par Michel Leblanc, fût vendue à Canada 3000 qui allait faire faillite 10 mois plus tard. Elle exploitait 22 appareils.)

Nationair (Mirabel) : 1986 à 1993

(Principal transporteur canadien vers les destinations soleil, pendant sept ans, Nationair a été victime de sa réputation, après le plus grand crash de l’histoire de l’aviation canadienne survenu à Djeddah, en Arabie Saoudite, qui se solda par 261 morts en juillet 1991. Sa réputation déplorable de compagnie qui économisait sur l’entretien de ses avions abouti à une faillite retentissante, deux ans plus tard.)

Triton Airlines (St John’s, Terre-Neuve) : février 1993 – octobre 1994

Air Club International (Mirabel) : 1993 à 1998

(La compagnie a été fondée par Claude Lévesque, ancien vice-président marketing de Nationair, avec le soutien des propriétaires de Tours Mont-Royal. Elle a surtout fait de la sous-traitance, notamment pour les pèlerinages à La Mecque).

Fortunair (Mirabel) : juin 1994 à août 1994

(Lancée avec l’appui de Sol-Vac, important grossiste québécois, plus tard racheté par Vacances Signature, Fortunair devait combler le trou laissé par Nationair.)

Greyhound Air (Winnipeg) : juillet 1996 à septembre 1997

Vistajet (Toronto) : avril 1997 à septembre 1997

(Transporteur low cost – à ne pas confondre avec Vista Jet, compagnie suisse de jets privés.)

NacAir (Thunder Bay) : 2000 à 2008

Roots Airlines (Toronto) : mars 2001 à mai 2001

(Le transporteur était une filiale de Roots Canada)

Jetsgo : juin 2001 à mars 2005

(Fondée par Michel Leblanc, qui exploita également Inter Canadien et Royal Aviation, ce fût le seul véritable transporteur low cost canadien d’une certaine envergure.)

Zoom Airlines (Ottawa) : mai 2002 à août 2008

(Compagnie aérienne associée au voyagiste Go Travel Direct qui, comme son nom l’indique, vendait en direct aux consommateurs. Le patron de l’entreprise, Hugh Boyle, fût longtemps l’homme le plus détesté du réseau de distribution traditionnel.)

Harmony Air (Vancouver) : 2002 à 2007

Val Air (Québec) : décembre 2003 à février 2004

Maestro (Québec) : décembre 2006 à mars 2007

La liste ne serait pas complète si nous n’y incluions pas quelques transporteurs fondés avant 1990, mais qui ont marqué l’histoire du voyage et dont les conseillers et propriétaires d’agences actifs dans l’industrie depuis plus de 15 ans se souviennent certainement. Il s’agit de :

- Canada 3000, fondée en 1988, elle fit faillite en novembre 2001, victime des retombées du 11 septembre.

- Skyservice, née en 1986, disparu en en mars 2010), qui fut le principal fournisseur aérien de grossistes comme Vacances Signature et Sunquest.

- Wardair (née en 1952, rachetée par Canadien International en 1989), dont la qualité du service reste imprégnée dans bien des mémoires.

- Minerve Canada qui opéra quelques mois, de 1988 à 1989.

Depuis les débuts de l’histoire du transport aérien au Canada, 86 transporteurs ont disparu.

Indicateur