Vendredi,  23 octobre 2020  17:40

Les systèmes de circulation d'air des avions limitent la propagation de la COVID-19

  • Aviation
  •   09-10-2020  11:10
  •   Pax Global Media

Les systèmes de circulation d'air des avions limitent la propagation de la COVID-19
Pax Global Media

L'Association du transport aérien international (IATA) continue de démontrer que le risque que les passagers contractent le COVID-19 dans un avion est faible.

LIRE PLUS : L'IATA assure que le risque de transmission de la COVID est minime à bord des avions

L'association a tenu à jour un décompte des cas publiés depuis le début de la pandémie.

Depuis le début de 2020, 44 cas de COVID-19 ont été signalés dans lesquels la transmission aurait été associée à un voyage en vol (y compris les cas confirmés, probables et potentiels). Au cours de la même période, quelque 1,2 milliard de passagers ont voyagé.

« Le risque qu'un passager contracte le COVID-19 à bord semble très faible. Avec seulement 44 cas potentiels identifiés de transmission liée au vol parmi 1,2 milliard de voyageurs, soit un cas pour 27 millions de voyageurs. Nous reconnaissons que cela peut être une sous-estimation, mais même si 90% des cas n'étaient pas signalés, ce serait un cas pour 2,7 millions de voyageurs. Nous pensons que ces chiffres sont extrêmement rassurants. En outre, la grande majorité des cas publiés sont survenus avant que le port de masques faciaux en vol ne se généralise », a déclaré le Dr David Powell, conseiller médical de l’IATA, dans un communiqué.

Nouvelle recherche

Une nouvelle explication du pourquoi de ces chiffres si bas est venu d'une publication conjointe faite par Airbus, Boeing et Embraer d'une recherche séparée sur la dynamique des fluides computationnelle (CFD) menée par chaque constructeur dans son avion.

Bien que les méthodologies différaient légèrement, chaque simulation détaillée a confirmé que les systèmes de circulation d'air des avions contrôlent efficacement le mouvement des particules dans la cabine, limitant la propagation des virus.

Les données des simulations ont donné des résultats similaires :

  • Les systèmes de circulation d'air des avions, les filtres HEPA (High Efficiency Particulate Air), la barrière naturelle du dossier de siège, le flux d'air descendant et les taux d'échange d'air élevés réduisent efficacement le risque de transmission de maladies à bord en temps normal.
  • L'ajout du port de masque au milieu des problèmes de pandémie ajoute une couche supplémentaire de protection supplémentaire, ce qui rend le fait d'être assis à proximité dans une cabine d'avion plus sûr que la plupart des autres environnements intérieurs.

Collecte de données

La collecte de données de l’IATA et les résultats des simulations séparées sont conformes aux faibles chiffres rapportés dans une étude récemment publiée par Freedman et Wilder-Smith dans le Journal of Travel Medicine.

Bien qu’il n’existe aucun moyen d’établir un décompte exact des cas possibles associés au vol, la sensibilisation de l’IATA auprès des compagnies aériennes et des autorités de santé publique, combinée à un examen approfondi de la littérature disponible, n’a pas permis d’indiquer que la transmission à bord est courante ou répandue.

En outre, l'étude Freedman / Wilder-Smith souligne l'efficacité du port de masque pour réduire davantage le risque.

Approche à plusieurs niveaux des mesures préventives

Le port du masque à bord a été recommandé par l'IATA en juin et est une exigence commune à la plupart des compagnies aériennes depuis la publication et la mise en œuvre subséquentes du Guide de décollage par l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

LIRE PLUS : Ce que propose l’OACI pour réduire le risque de transmission de la COVID-19 en avion

Ces directives ajoutent plusieurs couches de protection au-dessus des systèmes de circulation d'air, ce qui garantit déjà un environnement de cabine sûr avec de très faibles risques de transmission de maladies en vol.

« Les directives complètes de l’OACI pour la sécurité des voyages aériens au milieu de la crise du COVID-19 reposent sur de multiples niveaux de protection, qui impliquent les aéroports ainsi que les aéronefs. Le port du masque est l'un des plus visibles. Mais la gestion des files d'attente, le traitement sans contact, la réduction des mouvements dans la cabine et la simplification des services à bord font partie des multiples mesures prises par l'industrie aéronautique pour assurer la sécurité des vols. Et cela s'ajoute au fait que les systèmes de circulation d'air sont conçus pour éviter la propagation de maladies avec des débits d'air et des taux de renouvellement d'air élevés, et une filtration très efficace de tout air recyclé », a déclaré le Dr. Powell.

Les caractéristiques de conception des aéronefs ajoutent une couche supplémentaire de protection contribuant à la faible incidence de la transmission en vol. Ceux-ci inclus :

  • Interactions face à face limitées, les passagers faisant face à l'avant et se déplaçant très peu
  • L'effet du dossier agissant comme une barrière physique au mouvement de l'air d'une rangée à l'autre
  • La minimisation du flux d'air avant-arrière, avec une conception de flux segmenté qui est généralement dirigée vers le bas du plafond au sol
  • Le taux élevé d'air frais entrant dans la cabine. L'air est échangé 20 à 30 fois par heure à bord de la plupart des avions, ce qui se compare très favorablement à l'espace de bureau moyen (2 à 3 fois par heure en moyenne) ou aux écoles (en moyenne 10 à 15 fois par heure).
  • L'utilisation de filtres HEPA qui ont un taux d'efficacité d'élimination des bactéries / virus de plus de 99,9%, garantissant que l'alimentation en air entrant dans la cabine n'est pas une voie d'introduction de microbes.

Assurer la sécurité des voyageurs

Cet effort de recherche démontre la coopération et le dévouement à la sécurité de toutes les personnes impliquées dans le transport aérien et prouve que l'air en cabine est sûr, dit l'IATA.

Une étude récente de l'IATA a révélé que 86% des voyageurs récents estimaient que les mesures COVID-19 de l'industrie les maintenaient en sécurité et étaient bien mises en œuvre.

«Il n'y a pas de solution miracle unique qui nous permettra de vivre et de voyager en toute sécurité à l'ère du COVID-19. Mais la combinaison de mesures mises en place rassure les voyageurs du monde entier sur le fait que la COVID-19 n'a pas vaincu leur liberté de voler. Rien n'est totalement sans risque. Mais avec seulement 44 cas publiés de transmission potentielle de COVID-19 en vol parmi 1,2 milliard de voyageurs, le risque de contracter le virus à bord semble être dans la même catégorie que d'être frappé par la foudre », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et PDG de l'IATA.

Et d'ajouter pour conclure :

« Les recherches informatiques détaillées sur la dynamique des fluides des avionneurs démontrent que la combinaison des caractéristiques de conception existantes de l’avion avec le port de masque crée un environnement à faible risque pour la transmission COVID-19. Comme toujours, les compagnies aériennes, les fabricants et toutes les entités impliquées dans l'aviation seront guidés par la science et les meilleures pratiques mondiales pour assurer la sécurité des vols pour les passagers et l'équipage. »

Indicateur