Les projets pilotes à YYZ, YYC et YVR sont prometteurs, mais…


Les projets pilotes à YYZ, YYC et YVR sont prometteurs, mais…
Daniel-Robert Gooch, président du CAC.

Alors que des projets pilotes sont en cours dans trois grands aéroports canadiens (YYZ, YYC et YVR), le Conseil des aéroports du Canada (CAC) juge que « les tests rapides sont prometteurs pour rétablir une partie du trafic passager perdu »...

Toutefois, il faut déjà voir plus grand, plus loin, plus globalement, car...

« la portée [de ces projets pilotes] est très limitée et on ne sait pas quand ils seront élargis », souligne Daniel-Robert Gooch, président du CAC.

C’est dans ce contexte que le CAC – de concert avec l’Airports Council International (ACI) – exprime son soutien aux nouvelles orientations de l’OACI pour le redémarrage et la relance des voyages aériens.

LIRE PLUS – Ce que propose l’OACI pour réduire le risque de transmission de la COVID-19 en avion 

Une approche mondiale cohérente et harmonisée

« Les orientations mises à jour publiées par l’OACI constituent une étape importante dans une approche mondiale visant à établir des normes et des pratiques fondées sur des données scientifiques solides », commente Kevin M. Burke, président et chef de la direction de l’ACI – North America.

Selon le rapport de l’OACI, le redémarrage et la relance du secteur de l’aviation nécessiteront en effet une approche cohérente et harmonisée avec des normes industrielles claires et de bonnes pratiques.

Puisque la grande majorité des arrivées internationales au Canada sont assujetties à une quarantaine de 14 jours, la nécessité d’effectuer des tests cohérents au niveau national et en harmonie avec le reste du monde est particulièrement cruciale pour le secteur aérien canadien.

Le renforcement de l’harmonisation internationale est un objectif auquel collaborent activement la FAA des États-Unis, Transports Canada, l’OACI et les intervenants de l’industrie, reconnaît (et approuve) l’ACI-NA.

Les bonnes pratiques sont là pour rester

Le CAC et l’ACI rappellent que les aéroports nord-américains ont réagi rapidement à la COVID-19 en établissant des protocoles sanitaires améliorés.

En plus d’un nettoyage beaucoup plus fréquent, l’accent est mis, notamment sur…

  • la réduction des « points de contact » dans les zones publiques et les toilettes;
  • l’amélioration des systèmes de ventilation et de filtration de l’air;
  • la disponibilité accrue de désinfectants pour les mains dans de nombreuses zones aéroportuaires pour les passagers et les employés;
  • la sensibilisation à la nécessité d’assurer l’éloignement physique;
  • l’encouragement ou l’exigence d’utiliser un revêtement facial en tissu;
  • une éducation et une formation supplémentaires offerte aux employés et aux entrepreneurs des aéroports.

« Une bonne part de ces pratiques resteront en vigueur dans un avenir prévisible », concluent le CAC et l’ACI.

LIRE PLUS – Un «passeport santé numérique» pour rouvrir les frontières? C’est ce que préconisent oneworld, SkyTeam et Star Alliance 

Notons que l’intervention du CAC et de l’ACI-NA s’inscrit dans la même optique que celle de oneworld, SkyTeam et Star Alliance, dont PAX faisait état hier.

Les trois alliances mondiales de transporteurs aériens souhaitent que les gouvernements adoptent rapidement « une approche de dépistage harmonisé » (un passeport santé numérique normalisé et des protocoles de dépistage de la COVID-19 chez les passagers) « comme le recommandent les directives de l’OACI ».


Indicateur