Vendredi,  3 décembre 2021  10:34

Les passagers ont confiance en la sécurité à bord et approuvent le port du masque

  • Aviation
  •   26-07-2021  10:23
  •   Pax Global Media

Les passagers ont confiance en la sécurité à bord et approuvent le port du masque
Pax Global Media

La majorité des passagers aériens sont persuadés de la sécurité des voyages en avion et soutiennent le port du masque à court terme. En même temps, la plupart sont aussi frustrés du « facteur de contrariété » qui entoure les protocoles liés à la COVID-19 – notamment la confusion et l’incertitude au sujet des règles de voyage, les exigences de test et le coût élevé des tests.

C’est ce que démontre un sondage mené en juin auprès de 4700 voyageurs dans 11 marchés du monde par l’Association du transport aérien international (IATA).

LIRE PLUS – L’IATA entend réduire considérablement sa présence à Montréal 

Le sondage révèle ainsi que :

  • 85 % des passagers croient que les aéronefs sont nettoyés et désinfectés en profondeur;
  • 65 % conviennent que l’air à bord de l’avion est aussi propre que dans une salle d’opération.

Parmi ceux qui ont voyagé depuis juin 2020, 86 % se sont sentis en sécurité à bord grâce aux mesures relatives à la COVID-19 :

  • 89 % croient que les mesures de protection ont été bien mises en œuvre;
  • 90 % croient que le personnel des compagnies aériennes fait un bon travail pour faire respecter les mesures.

En faveur du masque, mais pas pour toujours

Les passagers sont fortement en faveur du port du masque à bord (83 %) et de l’application stricte des règles (86 %), mais la majorité croit aussi que l’exigence de port du masque devrait être levée dès que possible.

« Les voyageurs aériens reconnaissent et apprécient les mesures de sécurité mises en place pour réduire le risque de transmission de la COVID-19 durant le vol. Et ils sont en faveur du maintien de ces mesures tant qu’elles seront nécessaires, mais ils ne veulent pas qu’elles deviennent permanentes », observe Willie Walsh, directeur général de l'IATA.

Il ajoute :

« Entre-temps, nous devons tous respecter les règles et nous préoccuper de la sécurité de nos compagnons de voyage. Il est inacceptable que les incidents liés à des passagers turbulents aient doublé comparativement à 2019, et l’augmentation des comportements de violence physique est une source particulière de préoccupation. »

Le désir de voyager affecté

En même temps, les répondants au sondage admettent qu’ils ont du mal à respecter les règles et les exigences liées à la COVID-19 et que cela affecte leur désir de voyager:

  • 70 % croient que les règles et la paperasserie qui en découle sont difficiles à comprendre;
  • 67 % considèrent que l’organisation des tests a été une source de problème;
  • 89 % pensent que les gouvernements doivent standardiser la certification des vaccins et de tests.

« Ces réponses devraient faire réaliser aux gouvernements qu’ils doivent faire un meilleur travail de préparation du redémarrage. Près des deux tiers des répondants comptent recommencer à voyager quelques mois après que la pandémie sera endiguée (et les frontières ouvertes). Et 85 % s’attendent à reprendre les voyages après six mois », note Willie Walsh.

Des solutions numériques

Selon le DG de l’IATA, pour éviter que les aéroports et les autorités frontalières soient submergés, les gouvernements doivent s’entendre pour remplacer les processus papier « par des solutions numériques comme le Travel Pass de l’IATA » pour gérer la documentation relative aux vaccins et aux tests.

Le sondage de l’IATA démontre d’ailleurs que près de neuf répondants sur dix aiment l’idée d’utiliser une application mobile pour enregistrer leurs documents de santé et 87 % sont en faveur d’un système numérique sécurisé pour gérer les preuves de santé.

Toutefois, 75 % déclarent qu’ils vont utiliser une application seulement s’ils contrôlent pleinement leurs données de vaccin et de test.

« Le Travel Pass de l’IATA permet aux voyageurs de recevoir, d’entreposer et de partager leur information de santé avec les gouvernements et les compagnies aériennes, tout en conservant le contrôle de cette information sur leur propre appareil mobile. Il est temps que les gouvernements facilitent des solutions numériques comme le Travel Pass de l’IATA pour éviter le chaos dans les aéroports quand les voyages reprendront », conclut Willie Walsh.




Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur