Jeudi,  23 septembre 2021  23:42

Les gens veulent voyager, ils en ont besoin et ils le feront, selon l’IATA

  • Aviation
  •   10-05-2021  12:53
  •   Pax Global Media

Les gens veulent voyager, ils en ont besoin et ils le feront, selon l’IATA
Willie Walsh, directeur général de l'IATA.
Pax Global Media

L’IATA se réjouit de ce que le trafic de passagers ait augmenté en mars par rapport au mois précédent. Tandis que les voyages internationaux demeurent bloqués, le rebond de mars est surtout attribuable certains marchés intérieurs, notamment en Chine.

LIRE PLUS – Aviation : une lueur d’espoir malgré des indicateurs pointant dans la mauvaise direction

L’IATA y voit néanmoins un signe d’espoir…

« L’élan positif observé en mars dans certains marchés intérieurs clés est révélateur de la forte reprise à laquelle nous nous attendons dans les marchés internationaux à mesure que les restrictions de voyage seront levées », observe Willie Walsh, directeur général de l'IATA.

« Les gens veulent voyager, et ils en ont besoin. Et nous avons confiance qu’ils le feront lorsque les restrictions seront éliminées », ajoute-t-il.

Globalement, la demande totale de voyages aériens en mars 2021 était en baisse de 67,2 % par rapport à mars 2019 (l’année de référence). Il s’agit d’une amélioration comparativement au déclin de 74,9 % enregistré en février 2021par rapport à février 2019.

Mais si le trafic de passagers internationaux en mars était inférieur de 87,8 % à celui de mars 2019, le trafic intérieur total n’était en baisse « que » de 32,3% par rapport à avant la crise…

« Nous commençons à voir des développements positifs… »

« L’apparition de nouveaux variants de la COVID-19 et l’augmentation des cas dans certains pays expliquent la réticence des gouvernements à lever les restrictions de voyages et les mesures de quarantaine », se désole Willie Walsh.

Mais tout n’est pas noir…

« Nous commençons à voir des développements positifs, comme la déclaration récente de la présidente de la Commission européenne, Ursulavon der Leyen, annonçant que les passagers vaccinés en provenance des États-Unis seraient autorisés à entrer sur le territoire de l’Union européenne. »

Il enchaîne :

« Au moins 24 pays ont déjà annoncé qu’ils accueilleraient les voyageurs vaccinés. Nous nous attendons à ce que cela se poursuive et s’accélère à mesure que le nombre de personnes vaccinées augmentera. »

Oui aux vaccins, mais gare à la discrimination !

Le DG de l’IATA lance toutefois un avertissement :

« Les gouvernements ne doivent pas s’appuyer uniquement sur la vaccination, car cela risque d’entraîner de la discrimination à l’endroit des personnes qui ne peuvent être vaccinées pour des raisons médicales ou autres, ou qui n’ont pas accès au vaccin, ce qui est le cas actuellement dans une grande partie du monde. »

Selon l’IATA, des tests abordables, rapides et efficaces doivent aussi être offerts comme solution de rechange au vaccin afin de faciliter les voyages.

« Plus encore, tant que ces mesures sanitaires seront requises, les gouvernements doivent accepter les certificats numériques de test de COVID-19 et de vaccination et appliquer des normes mondiales pour la délivrance de leurs propres certificats de vaccination et résultats de tests », insiste Willie Walsh.

L’IATA dit déjà observer des attentes intolérables dans certains aéroports, alors que les compagnies aériennes, les passagers et les autorités frontalières doivent s’en remettre à des processus papier à une époque où les aéroports ne sont plus conçus pour répondre à leurs besoins.

L’IATA croit que son Travel Pass peut faire œuvre utile à ce chapitre.

« Le Travel Pass de l’IATA relève ce défi en permettant aux voyageurs de contrôler et de partager leurs certificats numériques de vaccination ou leurs résultats de test avec les compagnies aériennes et les autorités frontalières, facilitant les procédures et réduisant les risques associés aux documents frauduleux », conclut Willie Walsh.



Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur